Premières lignes #4… Coups de vieux de Dominique Forma

Ils ont passé l’âge…
Si ce n’est de faire justice eux-mêmes.

Ils ont passé l’âge… Si ce n’est de faire justice eux-mêmes. Clovis le facho et André le gaucho. Deux frères ennemis à la longue histoire de coups tordus.
Le soir tombe sur Le Cap d’Agde. André, la soixantaine, s’aventure dans les dunes des échangistes. Bientôt, il aperçoit l’objet de ses fantasmes : une belle femme nue allongée sur le sable. Il s’approche. Son désir s’éteint aussitôt : la belle est morte, assassinée.
Craignant de devenir le suspect n° 1, André appelle Clovis à la rescousse. Avec l’aide d’Alexe, une libertine craquante, le duo improbable Algérie française et Gauche prolétarienne débute une sulfureuse enquête parsemée de sang, de sexe et de sales magouilles…

Il n’y a aucune incongruité, si vous visitez le pays bitterois, à goûter aux délices du Cap d’Agde. C’est cadeau, c’est compris dans le prix du billet TGV.

Le plaisir c’est maintenant. Dans la vie il faut pro-fi-ter. Trois syllabes pour que la jouissance virevolte entre tango et mambo.

André Milke, a pris sa douche, il s’est appliqué de la crème sur le corps, partout, là même où personne n’est supposé glissé la langue, puis il s’est lavé les dents ; il a guetté les dernières lueurs du jour en se mordillant les ongles, comme un gamin que ce préretraité n’est plus depuis longtemps. Il a quitté le château de Garens au volant de sa voiture de location.

Chaque soir, durant la période que dure les vacances, le soleil se couche derrière une dune spécifique du Cap d’Agde. Il s’agit d’une anomalie astrologique que chacun dans la région observe de mi-juin à fin septembre.

Sa voiture s’approche du village naturiste, maintenant, André Milke a l’oeil humide et les corps caverneux en ébullition.

L’habitacle du véhicule est saturé de fragrances poivrées de son parfum préféré. Habanita, crée en 1921, a le charme combiné du passé et de l’exotisme. Un parfum capiteux, destiné à une clientèle en majorité féminine, dont les odeurs épicent le derme à la perfection.

André Milke conduit avec prudence et tient son volant à deux mains, vigilent. Il n’est pas question qu’un incident gâche la promesse de cette soirée.

Quel est le pire qui pourrait m’arriver ? Vraiment le pire du pire ? S’interroge-t-il.

Crever un pneu et ne pas trouver la roue de secours. Il gaspillerait un temps précieux, car la plage horaire des amours furtives entre inconnus ne s’étire pas sur toute la nuit. S’il conduit prudemment, rien ce soir n’empêchera André Milke de se faire plaisir.

Une sympathique érection et la promesse de mains féminines cajolant sa petite colonne transforment le promeneur du troisième âge en poète licencieux. Comme une framboise posée par une main orfèvre au sommet d’un gâteau meringué, il se laissera grignoter du bout des lèvres ou dévorer à pleine bouche.


0 Comments

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.