L’affaire des sœurs Papin de Julien Moca et Christopher Peyraud

L’idée d’aborder les affaires criminelles sous forme de bande dessinée est très intéressante, même si le format, court, ne permet pas d’approfondir le sujet. Cela reste une bonne mise en bouche qui m’a poussé à me documenter sur Léa et Christine Papin, deux sœurs au service des époux Lancelin

Le 28 septembre 1933, s’ouvre un procès qui monopolise l’attention de la France : l’affaire des sœurs Papin. Sur fond de lutte des classes et de bras armé de la justice, ce procès sera bouclé en 45 semaines et jugé en 40 minutes. Autant dire que c’est assez expéditif pour ce type d’affaire.

Pour certains, c’est l’exploitation des classes laborieuses ; pour d’autres, il marque la volonté d’une justice rapide.

Christine Papin est condamnée à mort, alors que Léa Papin, l’est à dix ans de travaux forcés accompagnés de vingt ans d’interdiction de séjour pour meurtre avec collaboration.

Graciée par le Président Albert Lebrun le 22 janvier 1934, la peine de Christine est commuée aux travaux forcés à perpétuité.

Cette affaire, aussi sordide que complexe, a donné lieu à de nombreuses adaptations cinématographiques parmi lesquelles celle du réalisateur Jean-Pierre Denis Les Blessures assassines (2000)

Je trouve que le format BD se prête bien, à ce genre d’affaire criminelle, pourtant ici, j’ai trouvé que le sujet était survolé, sans vraiment donner une piste pour comprendre. Par ailleurs, les dessins étaient beaucoup moins agréables que ceux d’autres BD du dessinateur.

Le Mans, 2 février 1933. Léa et Christine Papin, les deux bonnes au service des époux Lancelin, assassinent leur maîtresse et la fille du couple. Les cadavres, affreusement mutilés, sont retrouvés gisant à terre, tête-bêche. Les armes du crime ? Les mains des soeurs, qui ont arraché les yeux de leurs victimes encore vivantes, un couteau de cuisine et un marteau. Quand la police arrive, les meurtrières sont nues, prostrées, étrangement enlacées dans le lit de Christine… Elles ne nient pas. Elles avouent, même :  » C’étaient elles ou nous.  » Ainsi commence  » l’affaire des soeurs Papin « , qui va bouleverser la France entière. Qu’a-t-il bien pu se passer dans la tête de ces femmes pour qu’elles se livrent à un acte d’une telle barbarie ? Ont-elles subi des abus de la part de leurs patrons, comme tendent à le montrer certains politiques qui vont accaparer l’affaire, ou bien sont-elles simplement folles ? Doit-on les condamner ? Les exécuter ? Les soigner ?… À vous d’en juger.

Parution : 24/10/2010 – Éditeur : De Borée – Pages : 45 – Genre : affaire criminelle, bande dessinée

Christopher Peyraud, né à Middlesbrough (Grande-Bretagne) en 1969. Il grandit dans le sud de la France, à Gréasque, près d’Aix-en-Provence. Après son baccalauréat, il vient à Paris faire des études d’arts appliqués. Il travaille par la suite comme graphiste et illustrateur avant de se lancer dans la bande dessinée.

En 1994, il crée le personnage de David Watts, un piéton lunaire dans un Paris de rêve qui côtoie des personnages célèbres (Darwin, Tolstoï, Kurt Cobain, Woody Allen, Oscar Wilde, Néfertiti…). Pour faire connaître ses contes inachevés, il fonde « La Comédie illustrée ». Rejoint par Jean-Philippe Peyraud, Jean-Paul Jennequin, Philippe Marcel, Massonnet et Philippe de la Fuente, l’autopublication devient un collectif d’auteurs.

En 1999, il commence une nouvelle série : Les filles. Pyjama Party, le premier volume, raconte le destin croisé de cinq étudiantes tourangelles. Cet album est son premier livre en couleur. La série Les filles est récupérée par les éditions Carabas après que les deux premiers titres (Pyjama party, Papier peint) sont épuisés à La Comédie illustrée. Il publie à La Comédie illustrée Les Irrécupérables, succession de gags sur le monde du jeu de rôle écrit par Mehdi Sahmi pour le magazine Casus Belli.

En 2004, il quitte l’atelier Pop pour fonder l’atelier Cachalot, avec un collègue de la Comédie illustrée, Philippe de la Fuente. Cette année-là, il publie All I Need Is Love aux éditions Panini.

En 2005, il signe dans la nouvelle collection Expresso des éditions Dupuis une série intitulée Les colocataires avec Sylvain Runberg.

En 2006, il écrit Love Song, une série dans la collection Polyptyque aux éditions du Lombard, qui raconte l’amitié entre quatre fans de rock sur fond de chansons des années 1960. Les couvertures de ses livres évoqueront, tour à tour, les Beatles, les Rolling Stones, les Kinks et les Who.

Il travaille sur des albums collectifs aux éditions Delcourt (Yannick NoahBob DylanÀ vous Cognac Jay…).

À partir de février 2014, Kennes éditions relance la série Les Filles. En octobre 2016, sort The Long and Winding Road avec Ruben Pellejero au dessin chez Kennes éditions. Christopher y retrouve l’univers du rock qu’il a déjà exploité dans Love Song. Le « Road-Comic » est un succès et reçoit les éloges de la presse francophone.

Après avoir convaincu Jean-François Pérès, chef des sports d’Europe 1, de faire une anthologie illustrée de l’Olympique de Marseille, ils y travaillent trois ans durant. Celle-ci sort en novembre 2018 aux éditions Hugo & Cie sous le titre « OM, un club, une légende – l’histoire illustrée de l’Olympique de Marseille ». 320 pages racontant l’histoire du club le plus célèbre de France.

Associé à Nicolas Finet, il dessine « Forever Woodstock » retraçant l’histoire du plus grand concert de tous les temps Festival de Woodstock, trois jours de concerts et de paix en 1969. Cet album sort pour les 50 ans de l’événement en septembre 2019. Toujours avec Nicolas Finet, il publie chez Marabulles un biopic sur la chanteuse Janis Joplin pour les 50 ans de son décès.

Julien Derouet est historien de formation.

Parallèlement à ses études universitaires sur l’histoire du neuvième art (une maîtrise et un master sur le sujet), il participe activement à l’organisation d’Angers BD, festival pour lequel il anime régulièrement des conférences.

Sous son vrai nom, il a commencé par publier Paroles de Mineurs d’ardoise et une étude sur le Chat dans la bande dessinée. Il revient à L’àpart – Cheminements en avril 2013 pour Les remèdes de mamy Loupette et un quiz historique.

Sous le pseudonyme de Julien Moca, il enchaîne les scénarios de bandes dessinées et des histoires pour les plus petits.

Aux éditions De Borée il a notamment publié les affaires criminelles Seznec, Besnard, Nozière, Dubuisson ou encore les sœurs Papin, ainsi que le Mangeur de Chaussettes aux éditions Cerise Bleue.

Il publie également une reprise des Pieds Nickelés avec Gérard Forton le petit-fils de la série ainsi qu’une affaire criminelle, Hélène Jegado avec son fidèle complice Gérard Berthelot.



Catégories :Challenge Polars et Thrillers, Objectif PAL, Romans graphiques, Thrillers

Tags:, , , , ,

5 réponses

  1. Une sacrée histoire ! Je suis intriguée. 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Figure toi que je ne connaissais pas du tout cette affaire et découvrir les affaires juridiques à travers la BD, je trouve ça très intéressant.
    Si ça t’intrigue c’est le but 😉

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Challenge : Objectif PAL – Ju lit les mots
  2. Objectif pal de mai ~ le bilan – Les lectures d'Antigone
  3. Bilan du Challenge polar et thriller 2020-2021 – Ju lit les mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :