Archives pour la catégorie Littérature anglaise/écossaise/irlandaise

Les Diables de Cardona de Matthew Carr

 

 

Parution : 16 mai 2018 – Sonatine EditionPrix papier : 23€ – Prix Numérique : 14,99€ – Pages : 448 – Genre : Thriller Historique

Avec Matthew Carr, on se retrouve parachuté dans l’Espagne du 16e siècle. Le 16e siècle où l’odeur du cramé des bûchers de l’Inquisition est très présente. Les bûchers flambent pour la gloire de Dieu et pour la paix des âmes innocentes, perverties par le Malin. Les liens entre l’Église et l’Etat n’ont jamais été aussi forts permettant à l’Inquisition de faire ce qu’elle veut de ces malheureux promis à l’enfer…

L’Espagne a été arrachée à cette longue occupation des Maures, qui aura laissée des traces, tant religieuses, culturelles qu’architecturales. Malgré les conversions en masse, souvent par la force… L’Inquisition vit dans un climat de suspicion omniprésent. Ces conversions, sont-elles sincères ? La torture, la terreur sont palpables et la vie de chacun peut basculer du jour au lendemain sur simple doute ou délation.

Le meurtre d’un simple curé, le Rédempteur qui promet le retour du califat en Espagne et c’est le feu aux poudres, enfin aux bûchers dont les cendres ne sont jamais froides.

L’auteur propose plusieurs genres dans son intrigue, y mêlant tout à la fois une aventure digne des trois Mousquetaires, une enquête menée de main de maître avec des personnages brillamment campés, le tout servi sur une toile historique que l’on connaît peu.

Cette densité dans l’intrigue, trouve un large écho dans notre présent et c’est plutôt agréable, même si j’aime beaucoup les thrillers historiques, cela permet de réaliser que l’histoire n’est que recommencement…

En lisant ce bouquin, je n’ai pu m’empêcher de faire le parallèle avec le film de Youssef Chahine « le destin », dont j’ai savouré chaque minute, tellement il était documenté, travaillé. Nous sommes ici dans le même genre, sans lourdeur ou ennui. La plume est visuelle, parfois poétique avec un brin de malice. On retrouve cette atmosphère particulière, sombre,  mais poétique avec une enquête qui se révèle un apprentissage de fond comme avec « Le nom de la Rose » de Umberto Eco. Dont l’influence n’est pas loin.

Il y a pourtant dans « Les Diables de Cardona » une modernité sous-jacente qui ne fait que mettre en exergue les limites de notre époque… Je dirais même les régressions de notre époque. La peur de l’autre, de l’inconnu, la haine des homosexuels, la condition des femmes… Bref tout y est sauf que nous sommes au 16e siècle ! Et c’est plutôt effrayant, car on réalise avec cette lecture, que notre modernisme ne fait qu’accroître la régression. Mais surtout, que malgré la modernité, les idées sont toujours présentent et n’ont pas évolué…

Une lecture qui laisse quelque peu un goût amer lorsque l’on observe le peu d’avancement dans le domaine de la tolérance et surtout à quel point la bêtise humaine est toujours présente… Larvée pour certaines, mais prégnantes pour d’autres…

L’auteur ne se contente pas de nous servir une simple fresque historique, puisqu’il l’agrémente d’une belle intrigue policière où le lecteur va tout à tour se perdre entre les fausses pistes et les personnages parfois discutables qui ne sont là que pour brouiller les indices.

Une intrigue brillante, menée avec brio, un page turner qu’on ne lâche pas facilement, tellement la plume est belle.

Avec « Les Diables de Cardona », on se sent plus intelligent en refermant le livre. Non seulement, on a lu un très bon thriller, mais en plus, un pan entier de l’histoire de l’Espagne n’a plus de secret pour nous. C’est malin et c’est bon.

Je remercie les éditions Sonatine et NetGalley pour cette jolie découverte.

Historien et spécialiste des religions, Matthew Carr est l’auteur de plusieurs livres de non-fiction. Également journaliste, il écrit pour The Guardian ou encore The New York Times et participe régulièrement à des conférences et à des séminaires. Né à Londres en 1955, Matthew Carr est reporter pour The Observer, The Guardian, ainsi que pour la BBC. Il a couvert de nombreux conflits : affrontements mafieux en Sicile, escouades de la mort espagnoles, conflit israélo-palestinien. Il vit actuellement dans le Derbyshire.

PicsArt_09-21-05.29.09

Publicités

Les fantômes de Manhattan de R.J. Ellory

Parution : 7 juin 2018 – Éditeur : Sonatine – Prix papier : 22,00€ – Prix Numérique : 14,99€ – Pages : 464 – Genre : thriller

Jusqu’à ce jour R.J Ellory était pour moi, le simple nom d’un auteur dont je découvrais le potentiel à travers les retours que j’avais pu lire à droite à gauche. Lorsque les éditions Sonatine proposent ce titre sur la plateforme NetGalley, je me suis laissée tentée et j’ai eu le plaisir d’accéder au livre. Je ne prenais pas trop de risques effectivement, je reconnais que débourser 22€ pour un livre dont j’appréhendais la lecture a de quoi freiner mon achat…

J’étais donc vierge de tout ressenti, de toute influence, ou de comparaison avec les autres opus de l’auteur. Ce qui je dois dire, est assez différent de ce que j’aime faire, puisque j’ai tendance à découvrir la plume d’un auteur dans l’ordre de sortie de ses romans…

Donc, avec « les fantômes de Manhattan », j’ai découvert non seulement une plume travaillée mais également une intrigue de qualité.

Et en tant que lectrice, je me suis souvent retrouvée en Annie, 31 ans , notamment à travers l’amour des livres, qui a hérité de la librairie de son père. Un personnage tout en délicatesse (là ce n’est pas moi), confronté à sa solitude qui ne lui pèse pas jusqu’au jour où une rencontre va faire basculer son train-train. Sa quête d’amour, de compréhension filiale, va l’entrainer dans les méandres d’un passé qu’elle ne soupçonnait pas, qui va faire basculer sa vie et certaines de ses convictions.

L’auteur nous entraîne dans un thriller sombre, de révélation en révélation qui même si elles sont douloureuses, seront pourtant salvatrices. La place des non-dits et de leur influence sur les trajectoires de vie.

L’amour des livres est d’une sensualité comparable à la sensualité de l’amour que Annie découvre pour la première fois… Un amour qui va la révéler et surtout être le révélateur de ce passé méconnu. Attention, ici nous ne sommes pas dans la romance gnangnan, puisque l’auteur ne tombe jamais dans la facilité dans les descriptions des rapports amoureux.

Une certaine langueur une bonne partie du récit qui apporte une certaine douceur, à la limite de la rêverie qui permet au lecteur de goûter à cette intrigue où la vengeance peut prendre des formes bien différentes. Une fragilité présente aussi bien dans le personnage d’Annie que dans les personnages secondaires, notamment Jack, le voisin et ami qui vit une lente descente aux enfers, à cause de ses fantômes…

Annie se prend une claque magistrale, mais ressortira grandit de cette épreuve, grâce aux découvertes qu’elle va faire à travers les révélations qu’un vieux monsieur Forrester va lui faire.

Manhattan, une ville qui grouille, une ville qui ne se repose pas, ne fait que mettre en exergue cette intrigue où chaque personnage traîne ses fantômes dans ses rues, au rythme de la densité de cette ville.

L’auteur tisse une trame hautement addictive avec un final en apothéose que l’on ne voit pas venir.

R.J. Ellory et moi venons de faire connaissance et notre relation ne va pas s’arrêter là, elle sera certainement explosive et haute en couleur.

Roger Jon Ellory est un auteur anglais de romans policiers et de thrillers.
Il a habité avec sa mère, son frère d’un an son ainé et sa grand-mère. Il n’a jamais connu son père et son grand père est mort noyé en 1957. Sa mère meurt d’une pneumonie foudroyante à 28 ans alors qu’il a à peine 7 ans. C’est sa grand-mère qui va l’élever seule. Mais elle a une santé fragile, et finalement décide de le placer en orphelinat avec son frère. Il y reste jusqu’à l’âge de 16 ans.
À 16 ans, il abandonne ses études et retourne dans la maison familiale de Birmingham. Sa grand-mère décède et il se retrouve seul, avec son frère, jusqu’à être incarcéré à 17 ans pour un vol de poules. Une fois sa peine purgée, il se lance dans la musique. Il devient un temps guitariste du groupe de rock « The Manta Rays », avant de se tourner vers la photographie.
Il commence à écrire en 1987. Entre 1987 et 1993, R.J. Ellory écrit pas moins de vingt-deux romans, chacun lui valant des refus éditoriaux des deux côtés de l’Atlantique. Il devra attendre 2003 pour que son roman, « Candlemoth », soit publié.
R.J. Ellory est lauréat du prix Nouvel Obs/BibliObs du roman noir 2009 pour « Seul le silence » (A Quiet Belief in Angels, 2007).
Aujourd’hui il se consacre entièrement à son écriture et à la musique avec son groupe de blues, « The Whiskey Poets ». Son œuvre, populaire et plébiscitée notamment en France, est fortement ancrée aux États-Unis malgré les origines britanniques d’Ellory.

PicsArt_09-21-05.20.04

chat-europeen-860070599