image

Quand ta PAL avoisine les 300 livres et que tous. les bouquins te tentent, il te faut trouver une solution! Quand tu zieute sur la blogo et que tu te dis Eureka, je vais piquer l’idée.
Bon book jar en français ça donne  bocal à livres, bein j’aime bien l’idée donc je garde la dénomination en français, car c’est rigolo et c’est en français 😉

Donc j’ai fais mon tirage au sort et  22/11/63 de Stephen king, va m’accompagner, pendant une quinzaine de jours, vu le gros pavé.

Le bocal à bouquin aura lieu tout les mardis sauf si c’est un pavé de plus de 500 pages.

Pour le moment les livres sur liseuse n’entrent pas dans le bocal.

J’espère que l’idée vous plaît 🙂

image

Je ne pouvais pas passer à côté !  Je vous souhaite donc de joyeuses pâques. Cette photo me correspondant plus qu’une photos de petits lapins tout joyeux 😂😂😂

imageAuteur : Sophie Van der Linden – Edition Folio – 5,90€ – 144 pages

Et je me vois là, dans tout ça. Une petite chinoise de dix-sept ans, une paysanne, partie à l’usine parce que son grand frère entrait à l’université. Quantité des plus négligeables, petite abeille laborieuse prise au piège de sa ruche. Enfermée là pour une éternité.
Aujourd’hui en Chine. Mei, jeune ouvrière de dix-sept ans vit, dort et travaille dans son usine. Elle rêve aussi.

Ce que j’en ai pensé

Mei, jeune fille de 17 ans, qui s’éveille à la vie, n’a pas eu la chance de naître garçon. Son frère part à l’université et elle en fille obéissante part à l’usine, malgré ses capacités et ses désirs, pour payer les études du garçon. Elle rêve d’une vie meilleure, d’amour et ne sera confrontée qu’à la réalité. C’est une bonne ouvrière mais elle rêve à une autre vie.
Elle lit, en cachette la nuit dans son dortoir, un roman que sa grand-mère lui a donné, et se fabrique un autre monde…

Très beau roman, court, cinglant de réalité. Les conditions de travail inhumaines, la description des chaînes de montage, la cadence et l’ambiance sont vraiment bien décrits.

Ce livre ne peut que nous renvoyer à nos sociétés de consommation ou de surconsommation.

Les passage appréciés

« Ce qui devait être exceptionnel est devenu l’essentiel. »

« Sortir, en une propulsion due au seul souffle de la liberté. Puis courir, la vie en dépend, toute et à jamais. Droit devant, vers la nature, l’inconnu, à toute force. »

« Je n’ai pas été au bout de ma douleur car je sais qu’elle est sans fin. Pourtant, je dois garder ma fierté. Alors, j’ai repoussé ma colère au fond de mon ventre, je l’ai ratatinée, jusqu’à en faire un petit paquet de rien. Et je l’ai laissée là, en me jurant de ne jamais l’oublier. Et de revenir la chercher s’il le fallait. »

CVT_UN-SOUFFLE-UNE-OMBRE_2792

Auteur : Christian Carayon – Edition Fleuve noir – 20,90€ – 542 pages

Été 1980. Le lac de Basse-Misère, dans le sud du Massif central. Un groupe d’adolescents de bonne famille est massacré sur l’îlot où il était parti camper, en marge de la fête du club nautique local. Dans toute la région, l’onde est sismique. Comme un point de bascule irréversible, qui signe la fin d’une époque d’insouciance, et le début du déclin de la vallée. À Valdérieu, principale agglomération du pays, quelque chose s’est brisé pour toujours.
Trente-quatre ans plus tard, le meurtrier supposé croupit derrière les barreaux. Mais à l’université de Toulouse, le chercheur en histoire Marc-Édouard Peiresoles ne croit pas en sa culpabilité. Originaire de Valdérieu, et témoin impuissant du cataclysme alors qu’il n’était que collégien, il décide de retourner sur place, et de reprendre toute l’enquête. Comme on replonge dans ses propres traumatismes. Comme on lève le voile sur trois décennies de non-dits, en grattant le vernis d’une communauté beaucoup moins lisse qu’il n’y paraît. Derrière les fantômes des adolescents disparus, c’est bientôt le lac de Basse-Misère qui se réveille, tel un prédateur endormi. Déjà prêt à engloutir ses prochaines victimes…

12187951_491830094328808_1628574373924911089_o

Ce que j’en ai pensé

Merci à Babelio et aux éditions Fleuve Noir pour l’envoi de ce livre.

Au début de ma lecture, j’ai été déstabilisée par l’emploi du « je ». Je me demandais si je ne lisais pas une autobiographie, n’étant pas fan de genre de lecture, j’avoue que je n’avais pas envie de passer 542 pages à lire la vie d’une personne !

Bon j’ai quand même vite compris que l’auteur n’allait pas parler de lui. On se fait finalement très bien à l’emploi de la première personne. Il a quand même fallu que j’aille vérifier si ces lieux existaient ainsi que cette histoire somme toute assez macabre du meurtre de ces ados.

Le roman se situe dans une ville où cet évènement traumatique aura été la cause de son déclin. Le narrateur, enfant de 11 ans au moment des faits, donne un nom au tueur pour exorciser sa peur et comprend à l’âge adulte qu’il a été imprégné par ce qui s’est passé 30 ans plus tôt et cherche donc à donner un sens à toutes ses questions.

L’auteur n’a pas cherché à faire un roman policier, mais à nous livrer une enquête menée par un historien et c’est là que le professeur en Christian Carayon ressort.

Les personnages sont très bien travaillés. Les paysages eux-mêmes sont un personnage à part entière, grandiose et sombre à la fois. Il y aune atmosphère à couper au couteau par moment et on ne souhaite qu’une chose, malgré certaines lenteurs au début, tourner les pages pour en connaitre la suite. Car oui, l’ambiance de Carayon parvient à s’imposer et on ne peut que plonger dedans.

Les 100 dernières pages, tout prend son sens, tout devient cohérent, tout s’explique et là waouhhh !!

On s’aperçoit que ce professeur d’histoire, en déclin au début, reprend du poil de la bête au rythme du dénouement des nœuds de son enquête et le personnage triste, chagrin au début sort de sa coquille et tout prend son sens pour lui et c’est un délice pour le lecteur. Comme une fleur fanée qui revit grâce à l’eau avec laquelle on vient de l’arroser.

Un très bon et beau roman, que j’aurais bien du mal à classer dans un genre bien défini, ce qui lui donne un cachet encore plus grand à mon sens car il est inclassable.

La rencontre avec l’auteur grâce à Babelio a été un vrai plaisir, un homme simple qui gagne à être connu et reconnu, un homme amoureux de sa région et comme nous tous imprégné par les personnes qui jalonnent notre existence.

Les passage appréciés

« Jamais un plaisir pur, toujours assauts divers, Voila comme je vis cette crainte maudite «  Jean De La Fontaine

« Je suis parti sur cette piste en sachant qu’il me manquait l’instant qui avait tout fait déraper. Comment on passe de deux adolescents en train de faire zizi-pan-pan à trois cadavres… « 

« Je vais enfin pouvoir donner un visage à mes peurs. »

« Le jour où mes parents m’ont offert ma chienne, j’étais à la fois heureux et terrifié qu’on ajoute ainsi un être mortel à ma liste déjà trop longue. Je me suis effondré en larmes. Mes parents ont cru que l’émotion m’avait submergé et, bien des années après, racontaient encore l’anecdote avec un mélange d’amusement et de tendresse. Je n’avais pas pleuré de joie ce jour-là.je portais déjà le deuil de ce petit animal que j’ai aimé au premier regard. « 

 10606309_511938422317975_3445114388143512099_n

challenge-un-pave-par-mois

Le-Secret-du-Poids-Livre-Plume-et-Coquetteries

Auteur : Florence Delorme – Edition Delorme– 19€ – 143 pages

Comment se fait-il que certaines personnes arrivent à rester mince toute leur vie, tandis que d’autres traînent constamment des kilos superflus, qu’elles n’arrivent pas à perdre ? Est-ce là une injustice contre laquelle on ne peut rien ? Etre mince ou en surpoids, ou entre les deux, est-ce une destinée ? Non, non, mille fois non. Vous pouvez avoir la silhouette que vous avez choisie. Pour cela, vous devez savoir comment le poids fonctionne. Le Secret du Poids vous offre cette connaissance. Cette méthode explique concrètement comment garder la ligne en mangeant ce que l’on veut. Elle repose sur des données alimentaires qui existent depuis toujours. Ces données sont ensuite englobées dans une vision de l’alimentation tout à fait particulière : gaie, simple, permissive et étonnante. Entrez dans un concept que j’ai façonné au cours des années ; il a enchanté mes amies les plus proches, qui, grâce à cette méthode, n’ont plus jamais connu de problèmes de poids et se sentent enfin libres ! Rejoignez-nous ! L’auteur de la méthode, Florence Delorme, n’est ni médecin, ni nutritionniste, et pourtant elle donne, via l’application, des clés essentielles qui permettent, en quelques minutes, de comprendre comment marche le poids. Le Secret du Poids est née d’une réflexion qu’elle a eue à l’âge de 20 ans sur le poids. Elle s’est beaucoup documentée et s’est aperçue que les calories permettaient, bien comprises, de gérer sa ligne avec plaisir et facilité. Se servant de cette méthode durant dix ans, l’enseignant à ses proches qui étaient curieux de l’utiliser eux aussi, elle décide en 2012 d’écrire un livre sur les calories et leurs petits secrets, afin que ce savoir circule et soit transmis au plus grand nombre.

Le Secret du Poids, kesako ? Comment perdre du poids sans aucun effort

Résumer la méthode inventée par Florence DELORME : Mincir sans être au régime, ni se priver, aucun aliment n’est à bannir de son alimentation d’où la notion de rééquilibrage plutôt que de régime. En effet, le Secret du poids est basé sur la méthode calorique, autrement dit en comptabilisant les calories ingérées dans la journées et en respectant un certain quotta, la perte de poids se fait en douceur et durablement.

L’idée c’est de visualiser les calories comme un budget quotidien que l’on gère, un peu sur le modèle d’un budget financier. Une femme a besoin de 1 800 calories par jour en moyenne, et chaque aliment vaut tant de calories au 100 grammes. Calories que l’on décompte du budget journalier. Certains aliments sont riches donc chers en calories et d’autres beaucoup moins comme la plupart des légumes. Pour mincir il suffit d’évaluer le nombre de kilos que l’on souhaite perdre, faire une multiplication pour le transformer en calories et voilà comment on obtiens la dette calorique que l’on va devoir rembourser.

Comment ? Il faut éviter d’atteindre ou dépasser le budget moyen journalier de 1 800 calories.

Pour savoir à combien s’élève la dette, on multiplies le nombre de kilos que l’on souhaite perdre par 7 000 calories.

Au départ, j’étais sceptique, pour moi impossible de perdre du poids sans sport, sans restriction et sans frustration.

La méthode nous cale sur une base de 1800 calories (pour maintenir son poids de forme), moi j’ai décidé de me caler 1200 calories pour perdre.

Certaines vont penser que c’est fastidieux et compliqué de compter ses calories pour chaque aliment, de peser … mais en fait cela devient un automatisme et on finit par voir « l’oeil » sur les quantités.
Pour certains aliments, des photos nous aident à visualiser ce que cela représente au niveau quantité.

Au départ, je devais juste essayer, histoire de…. en pesant, notant, pour les aliments qui ne figurent pas dans l’application, on peut les rentrer manuellement en s’appuyant avec les informations nutritionnelles qui figurent sur les emballages alimentaires. Au final, je me suis prise au jeu et ma perte de poids a été visible au bout de 2 mois ! Au bout de 9 mois de méthode j’ai perdu 14 kg en tout 🙂

En fin de compte, cette application n’aide pas seulement à compter les calories, elle nous fait prendre conscience de ce que l’on mange et ça c’est le plus important.

Désormais, je sais exactement ce que j’ingère, je sais exactement comment gérer mes repas, je ne me prive absolument pas, je prends conscience de tous les aliments que j’achète grâce à cette méthode!

Certaines personnes vont trouver les phrases du coach « Flo » un peu « dures », mais je les trouve très sympa et je m’en sers comme garde fou!

La version papier est bien et complète l’application.

Pour ce TAG, je dois répondre aux questions posées par Geneviève du blog Collectif Polar, citer ensuite cinq blogueuses qui selon moi méritent cette récompense et leur poser à mon tour cinq questions.

Les questions auxquelles je dois répondre …

De quel auteur achèterais-tu n’importe quel livre, sans même lire le résumé ?

Je suis obligée d’en choisir qu’un ?!!! Bon bein comme je suis une tricheuse, je vais en citer 2 ! Mais à force, je sens que cela va concerner plusieurs auteurs 😉

Maxime Chattam et Frank Thilliez sans hésiter, sans lire le résumé, je leur fais confiance les yeux fermés.

J’attends avec impatience :

  • Le coma des mortels de Maxime Chattam sortie le 1er juin 2016, dont je n’ai pas encore vu de visuel
  • REVER de Franck Thilliez sortie 2 juin 2016

10344768_10154776646678747_2938447268686388887_n

Ton coup de cœur de 2015 ? Dis m’en un peu plus !

Un coup de foudre plutôt ! J’ai découvert Frank Thilliez en juillet 2015. En lisant Pandémia, une ancienne enquête est évoquée ! Bon j’aurai pu continuer et ne pas me poser de question, mais j’étais intriguée ! Du coup j’ai repris dans l’ordre les livres dans lesquels sont présents ses 2 inspecteurs fétiches. Et je me suis régalée ! J’ai lu les 9 bouquins entre fin juillet et début septembre ! Un pur délice.

Me reste à lire les One Shot, mais je suis attirée par tellement d’autres découvertes que ce n’est pas toujours évident !

Combien de livres lis-tu par an ?

Je n’ai pas lu, ou très peu pendant des années ! Je m’y suis remise vraiment en 2014. Je lis entre 35 et 40 bouquins par an ! Mais ce nombre augmente d’une année sur l’autre. Je fais pâle figure par rapport à certains, mais ce n’est pas une compétition, j’y prends plaisir et je m’éclate ! J’ai redonné le goût de lire à ma grande fille de 19 ans et ça pour moi c’est une réussite, car elle n’était pas lectrice du tout ! Mon fils de 9 ans, adore lire et il a l’air d’apprécier les livres qui le font frisonner . La relève semble assurée 😉

Pourquoi une PAL ? Qu’est ce que ça représente pour toi ? Un besoin, une envie irrépressible, la fièvre acheteuse ? Peux-tu m’expliquer l’effet PAL ?

LA QUESTION piège !

Pourquoi une PAL ? Pourquoi pas NA! Parce que j’ai envie, parce que j’aime avoir des bouquins qui attendent sagement que je vienne les dévorer 😉 Car je suis une amoureuse des livres, j’aime plonger dans son odeur, j’aime me lover dans ses pages et me recouvrir de ses lignes (bon ok, là ça devient trop hot).

Cette PAL représente un choix infini de lectures, de plaisirs. La plupart des livres qui s’y trouvent ont été achetés en vide grenier, ou d’occasion. Mais j’achète également des livres coup de coeur et c’est comme ça que ma PAL ne désemplie pas ! Il m’arrive même de m’acheter 2 fois le même livre ! Mes derniers achats coup de coeur : la Horde du contrevent version beau livre avec CD, je ne l’ai pas encore lu mais je l’ai 😉  je suis restée 1h00 à la librairie, je le prenais, je le reposais, je le regardais, il me zieutait aussi, c’était une découverte mutuelle, un pur bonheur …. Je peux être une vraie gamine face à un livre! Il y a un jeu de séduction qui se crée dès le premier regard, ok il ne répond pas… mais on partage beaucoup….

Mon plus grand plaisir, c’est de regarder ma bibliothèque et les livres qui m’attendent.

Pour enfin m’obliger à piocher dans ma PAL, ma dernière lubie, c’est une tirelire à bouquin 🙂 ou la fameuse book jar! Ma fille a la gentillesse de la réaliser pour mon plus grand mon plaisir.

Vous voyez les petits bouts de papiers tout colorés ? Dedans se cachent sûrement un ou des coups de coeur. Pour le moment bibliothèque et liseuse confondues, il y a 200 livres dans ma PAL!!!! Punaise! Merci Geneviève! grâce à toi j’ai eu la frayeur de ma vie… Bon bein cela veut-il dire que je ne peux plus aller au gré de mes envies livresques ? Si je suis franche (bon on a dit que ce TAG servait à se faire connaître, donc je suis sur le divan…. 😉 ) je ne peux pas résister, je vais butiner sur la blogosphère de belles découvertes livresques et ça il m’est impossible de résister! Donc ma PAL devient un trésor, dans lequel je vais piocher, un trésor que j’observe, qui me fait de l’oeil et m’appelle …

11223306_10206479957698498_8423547610380731161_n

1779688_10206479976338964_7892818049984184908_n

Ma PAL et moi, on s’aime, on se déchire, mais on revient toujours l’une vers l’autre 😉

J’aime beaucoup le concept d’Anne Ju, le CDC : conseil de curiosité. Je crois que je vais adopter…

Hé, dis-moi ! Comment est né ton blog ?

Mon blog est né d’un désir de changement et de partages plus personnels. Férue de loisirs créatifs j’avais une page sur FB suivie par plus de 1700 personnes et je ne m’y reconnaissais plus! Du coup je l’ai supprimé et j’ai créé ce blog 🙂 Je me sens plus en harmonie avec mes désirs et mes envies de partage. Je me sens un peu chez moi sur mon blog 😉 Je peux partager mes lectures, mes visionnages de films, séries et mes loisirs créatifs.

Merci Geneviève, tu en sais un peu plus sur moi …

Maintenant il  me reste à nommer les blogs tagués à leur tour :

Les fameuses questions :

  • Je vais être très indiscrète, mais j’aime voir des bibliothèques, une tite photo de la tienne 😉
  • Quel genre de livre tu ne liras jamais et pourquoi?
  • Une adaptation ciné d’un bouquin que tu trouve super et pourquoi (oui je sais j’aime bien les développements)
  • Qu’est ce qui peut te faire craquer pour un livre? Le contenu ou le contenant?
  • Bon et parce que moi j’aime poser cette question aussi : combien de livre dans ta PAL? Pourquoi? l’effet qu’elle te fait? Même question à laquelle j’ai pu répondre… avec une petite photo

A vous de jouer …