Archives mensuelles : mai 2014

Un Amour d’Hiver : WINTER’S TALE

Lorsqu’on voit ce film on se pose des questions sur la fiabilité des critiques presses, dont la plupart ont massacré le film. Car ce genre d’histoire tintée de fantastique se fait décidément trop rare de nos jours, et pourtant, quel spectacle !!

Scénarisé et réalisé par Akiva Goldsman, scénariste de renom : Da Vinci Code, Je suis une légende, I Robot ou Batman.

Peu friande des romances, pourtant en y ajoutant une petite dose de fantastique et une intrigue qui se déroule au début du 20ème siècle, partant d’une histoire d’amour un peu banale à la base, on arrive finalement à une histoire bien plus complexe, mais aussi plus enchanteresse.

Le film raconte l’histoire d’un petit voleur irlandais orphelin à New York, Peter Lake (Colin Farell). Celui-ci se retrouve traqué par son ancien employeur, Pearly Soames (Russell Crowe) qui a mis sa tête à prix, mais il parvient à s’échapper grâce à un mystérieux cheval blanc. Avant de quitter la ville pour se mettre à l’abri des hommes de Pearly, il décide de faire un dernier cambriolage et fait la rencontre d’une jeune fille, Beverly Penn, riche héritière condamnée par la tuberculose. Nait alors entre eux une relation unique, où Peter va tout tenter pour sauver celle qu’il aime.

La musique est tout simplement sublime et participe avec brio à créer une atmosphère enchanteresse. Mais venant de Hans Zimmer 😉 , on ne peut que s’attendre à quelque chose de sublime. J’ai particulièrement aimé la chanson du générique de fin intitulée « Miracle »

Ainsi que la chanson de Birdy 🙂

Les acteurs principaux sont au top, principalement au niveau du duo Farrell/Crowe sur le coté Bien contre le Mal. Et c’est également une bonne surprise du coté de Jessica Brown Findlay que je ne connaissais pas jusque là, et qui interprète une Beverly Penn touchante. Les seconds rôles ne sont pas en reste, surtout Will Smith, en Juge Lucifer, William Hurt en Isaac Penn, et la gamine qui joue « Little Willa ».

Avec également une apparition surprise d’Eva Marie Saint.

Mais l’élément que j’ai surtout adoré, c’est la photographie. Le travail de gestion des ombres et surtout de la lumière est tout bonnement génial, et maitrisé de bout en bout. Les décors sont particulièrement réussi, mais également les paysages hivernaux qui sont tout bonnement magnifiques. Ainsi, la maison des Penn au lac est simplement merveilleuse (oui je sais je m’emporte un peu). Bon j’avoue, tout n’est rose et gai dans ce film, loin de là… Car bon, l’histoire avec les démons, ça se révèle après réflexion au final peu crédible.

Concernant les effets spéciaux, j’avoue être assez partagé. D’un coté, certains font très kitch (je pense notamment aux ailes du cheval) et d’un autre, cet effet kitch n’est pas sans ajouter un petit effet fantastique indéniable. Mais bon, tout ça n’est vraiment pas tellement un problème, car dans l’ensemble, je n’ai absolument pas boudé mon plaisir.

Au final, une petite merveille à mon goût trop critiquée et trop mal distribuée (à peine deux semaines à l’affiche) pour être appréciée à sa juste valeur.

Publicités

Trilogie Divergente de Veronica ROTH

Cinq destins – Un seul choix.

L’histoire a lieu dans un monde futur, post-apocalyptique, non daté explicitement, dans la région de Chicago. Cette nouvelle société est organisée en 5 factions :

Altruiste, Audacieux, Érudit, Sincère et Fraternel et enfin une 6ème faction qui englobe les « Sans Faction ».

Le périmètre géographique est entouré de murs, gardés par les Audacieux, pour protéger les habitants d’une menace extérieure éventuelle. Les Audacieux ont également en charge le maintien de l’ordre dans la société. La faction des Altruistes est tournée vers le dévouement total, dont les principales caractéristiques sont le port de l’uniforme gris, l’absence d’ambition personnelle, l’absence de curiosité… Le renoncement aux intérêts personnels au profit de l’intérêt collectif a conduit à la nomination systématique de membres Altruistes pour constituer le gouvernement. Chaque faction vit dans un quartier de la ville qui lui est dédié, et les contacts sont rares entre les factions. Seuls les enfants, jusqu’à leur 16 ans, se croisent puisqu’ils fréquentent la même école.

Ce monde Dystopique se retrouve dans les tomes de la trilogie :

TOME 1 :

Sorti en octobre 2011, 445 pages

Différente. Déterminée. Dangereuse. DIVERGENTE

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions. À 16 ans elle doit choisir sa nouvelle appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitudes n’est pas concluant. Elle est divergente. Ce secret peut la sauver… ou la tuer.

La narration à la première personne nous immerge totalement dans la peau de Béatrice. Le récit est palpitant et très bien construit.

Le rythme et l’ambiance font battre notre coeur au rythme de Béatrice! On est emporté dans ses joies et ses peines, ses peurs et son courage pour les affronter et les dépasser.

Destiné à un public jeunes adultes (mais parfaitement adapté pour les moins jeunes, comme-moi 😉 ), la langue est facile d’accès.

Un livre qui mélange aventure, action et romance tout en développant des thèmes très intéressants qui amènent  le lecteur à une réflexion qui va au-delà du livre.

L’auteur, Veronica Roth soulève habilement la question sur les différentes facettes de la personnalité dans une société qui tend à n’en développer qu’une seule en refoulant le reste, en supprimant les imperfections et notre humanité.

TOME 2 :

Sortie en novembre 2012, 460 pages

Abandonnant une ville à feu et à sang, Tris est en fuite. Grâce à ses facultés de Divergente, elle a réussi à échapper au programme des Érudits qui a manipulé et lancé les soldats Audacieux à l’assaut des Altruistes. En trois jours, Tris a perdu sa faction, ses amis, ses parents. Pourtant, elle n’a pas le droit de baisser les bras. Elle seule peut se dresser face aux Érudits. Les combats ont repris, et le temps presse….

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Véronica Roth ne nous laisse aucun temps mort ! Elle reprend l’histoire exactement là où elle l’a laissé à la fin du premier tome. Autant dire que j’étais bien contente d’enchaîner ces deux lectures.

Et si le premier tome de la saga était surtout centré sur l’apprentissage des Audacieux, le second nous entraîne en pleine période de crise. Si les méchants étaient clairement les Erudits au départ, Veronica Roth commence à nous faire douter. On devine les complots, les trahisons, les mystères. Comme Tris, on découvre la vérité et l’auteur ne nous ménage pas , autant vous dire qu’on n’en fait qu’une seule bouchée !

Veronica Roth maîtrise à merveille son univers et nous offre encore une fois de plus une fin au suspense intenable

TOME 3 :

Sortie le 15 mai 2014, 464 pages

Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s’échapper. Le monde qu’ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu’on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d’une expérience censée sauver l’humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l’humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

On retrouve Tris et Tobias après le soulèvement réalisé par Evelyne mère de Tobias et leader des sans factions et à partir de là…les rebondissements s’enchaînent à une vitesse phénoménale. Si bien qu’il est impossible de deviner la tournure des évènements et la fin de ce livre… L’histoire devient plus complexe, au fur et à mesure on trouve des réponses sur l’existence des factions et de la ville, et ces réponses apportent encore plus de questions…
Les personnages évoluent de façon intéressantes.
Dans ce tome, l’histoire se déroule à la fois du point de vue de Tris mais aussi de Tobias. On passe de l’un à l’autre. On découvre ainsi un peu plus Tobias.
La fin, mes sentiments sont mitigés sur celle-ci. Je ne sais quoi en penser, à part qu’elle m’a fait vivre des émotions intenses!!

MON AVIS SUR LA TRILOGIE :

Veronica Roth a réussi en une trilogie à écrire trois livres totalement différents.
Une premier tome frais, un deuxième tome captivant et un troisième tome addictif!!!

Je viens de finir tous les 3 tomes en 4 jours!!! Impossible pour moi de « décrocher », je ne pensais pas ressentir autant d’engouement pour une trilogie! Chaque tome a son sens, chaque tome l’héroïne évolue ainsi que ceux qui l’entourent, le monde dans lequel ils vivent et qu’ils vont découvrir….

Veronica Roth nous offre un final en apothéose, une fin qui fera couler de nombreuses larmes et qui fait de Divergente une saga marquante. Pendant trois tomes, on vibre avec les personnages, les dernières lignes ne peuvent que ne peut que nous émouvoir : difficile de dire au revoir à des personnages à qui l’on s’est attaché !

Je pense que cette trilogie est parfaitement expliquée dans cette citation :

« Depuis tout petit, je sais une chose : que la vie nous abîme, tous. On n’y échappe pas.
Mais je suis en train d’en découvrir une autre : qu’on peut se réparer. On se répare les uns les autres. »

Scarlet de Marissa Meyer

MÊME DANS LE FUTUR,LES HISTOIRES COMMENCENT PAR « IL ÉTAIT UNE FOIS… »

Depuis les lointaines étoiles jusqu’aux recoins d’une sombre forêt,

les destins de Scarlet et de Cinder semblent liés. Alors que l’une cherche sa grand-mère mystérieusement disparue et que l’autre poursuit la quête de ses origines, la menace lunaire qui pèse sur l’humanité se renforce.

Cinder et Scarlet parviendront-elles à lui résister ?

Bien loin de l’Asie et du royaume du Prince Kai, la grand-mère de Scarlet Benoit est portée disparue. Scarlet réalise alors qu’elle n’a jamais su qui était vraiment son aînée et quels dangers pouvaient bien la menacer. Quand elle rencontre Wolf, un mystérieux street-fighter qui semble savoir où est sa grand-mère, elle n’a d’autre choix que de lui faire confiance. C’est en menant leur enquête que Scarlet et Wolf croisent la route de Cinder. Ensemble ils se ligueront contre Levana, la vicieuse Reine lunaire prête à tout pour asservir les Terriens et épouser le Prince Kai.

MON AVIS :

Marissa MEYER est un génie !

Cinder avait été pour moi une vraie révélation! alors j’attendais beaucoup de ce deuxième tome et je n’ai pas été déçue 🙂 Cette suite confirme tout le bien que j’en avais pensé 😉

Scarlet est une jeune française à la vie ordinaire, vivant dans une ferme à Rieux, en compagnie de sa grand-mère. Mais quand celle-ci disparaît et que tout le monde lui tourne le dos, elle n’a plus que Loup, ce combattant mystérieux et OH combien attirant, pour l’aider… Scarlet est prête à tout pour la retrouver !

En parallèle, nous suivons bien évidemment la suite des aventures de Cinder, qui va trouver un nouveau compagnon d’infortune en la personne du capitaine Thorne, un type drôle et qui se croit irrésistible. Son entrée en scène apporte une bouffée d’air frais, c’est plus que plaisant ! Il n’y a pourtant aucun malentendu entre Cinder et lui, point de triangle amoureux à l’horizon, tout ce petit monde a bien d’autres choses à se préoccuper.

Et en effet, la pression qu’exerce la diabolique Reine Levana s’intensifie, les derniers chapitres du livre sont à couper le souffle, on y trouve de l’action, de l’émotion, du rebondissement, de la trahison. En résumé, c’est génial ! J’ai adoré les nouvelles orientations qui ont été prises, le mélange du conte de fée à une intrigue moderne et truffée de technologie est toujours aussi pertinent, le scénario est bluffant. Je vais devoir attendre jusqu’en octobre pour lire la suite… 😦

Les personnages sont bien construits, approfondis et touchants ; l’histoire y est captivante, pleine de rebondissements et d’actions. La réécriture des contes sur fond de sciences fictions est passionnante. Ces deux premières héroïnes m’ont vraiment plu et la tournure que prend l’histoire est intéressante.

Cinder de Marissa Meyer

À New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire un paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare les robots et sa famille adoptive.

À seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches les plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre. Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami – le destin de Cinder prend un tour inattendu.

La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune ! Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.

MON AVIS :

Finalement, je n’aurais pas dû attendre aussi longtemps pour commencer cette saga, car j’ai dévoré ce livre du début à la fin.

J’aurais même aimé ne pas interrompre cette lecture pour aller travailler et dormir.

Le fait que Cinder soit un cyborg, ajoute un plus à l’histoire. En détournant un conte de notre enfance, l’auteur nous plonge dans un univers richement détaillé,  adulte, tout simplement bien travaillé.

J’ai apprécié chaque mot, chaque chapitre, chaque partie de ce roman, parce que du début jusqu’à la fin, l’action est présente sans relâche, sans temps mort ni superflu. La manière dont la pantoufle de verre est réadaptée m’a surprise et beaucoup plu.

Je n’ai pu m’empêcher de sourire en voyant les clins d’œils aux contes. L’écriture est fluide et les quelques termes techniques sont rapidement assimilés. Le récit à la troisième personne ne dénote pas. Tout est juste, sans fausses notes. Ce fut une lecture très agréable !