Après des années de traumatismes, de cris, de larmes, j’ai décidé de dire STOP ! La vengeance étant un plat qui se mange froid, oui, OUI, j’ai mis 20 ans avant d’avoir raison de cette maudite balance, j’ai tout essayé :
image

Pffff juste 1 kg !!!
imageUn mensonge éhonté !

OK j’ai des kilos en trop ! Mais suis pas un yeti et puis les poils en hiver ça réchauffe 😂

J’ai donc fais appel aux plus grands psychopathes, meurtriers du monde du polar et ils ont été prolifiques, du moins leurs idées ont fusées.

Grâce à ces idées de génies tout cela ne sera qu’un mauvais souvenir !

On m’a proposé de la dégommer avec un 🔨 mais j’avais peur de me casser un 💅

De la jeter par la fenêtre mais elle revenait, toujours tenace !

De la fourguer à une personne que je déteste, mais suis une gentille nenette enrobée certes mais avec une conscience 😇

Le mieux c’était de l’exploser 😆 c’était une vraie idée de génie psychopathe ! J’ai donc zieuter cette maudite
image

Je l’ai prévenu, menacé mais c’est une grande sournoise!

La pire des meurtrières, une psychorigide tenace et mauvaise ! 👹

💣💣💣💣💣💣💣💣💣💣💣💣💣💣

Bye la mauvaise ! Bon sur ce j’ai bien mérité une « tite » récompense 🍕🍔🍟

N’hésitez pas à vous libérer 📣 du joug de ces maudites, après tout nous sommes des 👑

the_leftovers

Littéralement les « restants », dans le sens « ceux qui ont survécu à quelque chose »
La première saison est adaptée du roman
Les Disparus de Mapleton, de Tom Perrotta.

41-8dmAmfsL._SX305_BO1,204,203,200_

La série débute en nous montrant ces disparitions sans rien expliquer, le tout reste mystérieux. Dès le générique, on est mis dans l’ambiance…

51Z5F135ZKL

Scénario :  Joël Callède
Dessin : Denys Cowan
Couleurs : Hubert Védrine
Editeur : Delcourt
Planches : 46
Collection : Insomnie

Chaque nuit, une voix résonne dans la ville endormie. Celle du Bon Samaritain, animateur radio, qui s’adresse à tous ceux que le sommeil fuit, tous ceux qui voient resurgir dans les ténèbres leurs angoisses les plus profondes. Son credo est simple : tendre la main à chaque personne en détresse qui se tourne vers lui. Son émission est devenue un refuge pour les oubliés de la nuit qui cherchent encore un peu d’espoir. Samantha, 15 ans, n’a plus personne à qui se confier. Alors, ce soir, elle se décide à appeler le Bon Samaritain pour lui dire enfin ce qu’elle a sur le cœur :  » Je… J’ai peur de mon père… « 

 

J’ai été totalement happée, dégoutée et terrifiée par l’histoire, carrément soufflée à la fermeture de cette BD… Un excellent scénario digne des meilleurs romans de Stephen King. On ne s’ennuie pas une seconde. L’atmosphère est lourde, pesante et le personnage du bon samaritain joue un rôle important dans la mise en place de cette atmosphère qui a tendance à mettre le lecteur mal à l’aise.

Callede est excellent dans son travail de narration, et les illustrations de Denys sont sublimes.

danslanuit_06052003

image

Scénario : Bocquet, Olivier
Dessin : Bischoff, Léonie
Couleurs : Sauvêtre, Annelise Dumas, Sophie Lecloux, Aurélie
Lettrage : Buhry, Guy
Adapté de : Läckberg, Camilla
Achev. impr. : 01/2014
Editeur : Casterman
Planches :128

Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. Stimulée par cette flamme naissante, Erica se lance à la conquête de la vérité et met au jour, dans la petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître, des secrets détestables. Bientôt, on retrouve le corps d’un peintre clochard – encore une mise en scène de suicide…

109343532_o

Léonie Bischoff et Olivier Bocquet adaptent avec cette bande dessinée le livre de la célèbre série de polars de Camilla Läckberg, que je n’ai pas lu.

J’ai vraiment apprécié cette BD, dommage qu’elle soit trop courte ! L’ambiance nordique est bien rendue, les personnages sont attachants, l’intrigue est trop vite dévoilée, mais c’est sûrement le format BD qui veut ça. Le dessin des planches est très agréable, la mise en couleur très soignée.

Une très belle adaptation.

PlancheS_41140

 

91R+oyeZtLL

Auteur : V.M. Zito – Edition Le Livre de Poche – 528 pages

L’infection zombie a séparé les États-Unis en deux. L’Est, la Zone Libre, est complètement bouclé : personne n’y entre, personne n’en sort. L’Ouest, la Zone Occupée, a été abandonné aux morts. 
Henry Marco est pourtant resté dans le Nevada. Mercenaire au service des familles de l’Est, il traque et tue les zombies qu’on lui désigne, permettant aux proches de faire leur deuil. Maintenant le Ministère de l’Intérieur a besoin de lui pour une mission délicate : retourner en Californie, où tout a commencé. Retrouver un homme. Rapporter un secret.
 Mais dans l’Ouest ravagé de l’Amérique, tout est possible. Surtout le pire…

Chaque personnage possède un passé chargé, qui est dévoilé tout au long du roman. L’auteur joue la carte de l’horreur en distillant un côté affectif incontournable qui donne vie et sens à ses personnages pour les rendre sympathique ou antipathiques.

Ce n’est pas juste une énième histoire de morts-vivants, c’est une histoire de survie avec des enjeux politiques bien amenés.

Après il y a les les zombies ! Ils sont omniprésents et font partie du quotidien de notre héros qui a appris à les connaître. Le comportement des zombis est disséqué, décrit avec un réalisme étonnant. J’ai souvent grimacé, tant les détails étaient bien décrits et la terreur palpable.

On a aucun mal à se projeter avec les morts dans la Zone occupée.

Une écriture agréable, un suspense mené crescendo de main de maître, avec des phases d’action intenses tout au long du roman.

C’est un pur produit Zomb’s, donc pour les adeptes du genre vous ne serez absolument pas déçus.

Dans les passages les plus gores, mes pensées allaient directement vers Walkind Dead

Présentation de l’éditeur :

La civilisation a disparu. Un homme est resté. Pour tuer les morts. Depuis le début de l’infection zombie, il y a quatre ans, le fleuve Mississipi sépare les États-Unis en deux zones. À l’Est, la zone saine est sous le joug d’une dictature féroce ; l’Ouest, des contrées interdites et infectées, est le territoire des morts-vivants et de quelques groupes de survivants incontrôlables. Henry Marco, un ancien neurochirurgien, est resté dans le Nevada. Mercenaire au service des familles de l’Est, il traque et tue les zombies qu’on lui désigne, permettant aux proches de faire leur deuil. Mais Marco, qui a compris que les zombies reviennent toujours sur les lieux qu’ils ont aimés, espère surtout retrouver sa femme, disparue après la catastrophe. Un jour le Ministère de l’Intérieur engage Marco pour une mission particulière : retourner en Californie, où tout a commencé, et retrouver un scientifique aperçu avant l’épidémie dans une prison de haute sécurité. Cet homme pourrait détenir, peut-être, un remède à l’infection.

1312260953538502211846259

image

51fW-VOiy2L

Auteur : Évelyne BRISOU-PELLEN Edition PKJ– 150 pages

Maïlys sent qu’elle devient folle. La vieille bâtisse où sa famille vient d’emménager cache un secret. Derrière les nombreuses portes de la maison, Maïlys entend des voix, croise des silhouettes surgies du passé. Quel message tente-t-on de lui transmettre ?

Un livre qui se lit vite, une histoire qui se dévore dès 9/10 ans (pour un bon lecteur)  du suspens pas trop effrayant malgré des apparitions surnaturelles qui ne menacent jamais l’héroïne, mais la guident vers sa mission. Les enfants qui le liront sentiront qu’il y a un mystère à résoudre mais sans aucune mauvaise intention.

« Je ne pouvais détacher mon regard de la lampe à pétrole :

j’aurais parié qu’elle ne voulait pas que je la touche.

Cela paraît complètement idiot, mais c’est la stricte vérité. « 

Les premiers frissons garantis pour les plus jeunes.