image

SYNOPSIS

A la mort de leur mère, lors de la lecture du testament, Jeanne et Simon Marwan reçoivent deux enveloppes. Ils doivent remettre la première à leur père, qu’ils avaient toujours cru mort. Quant à la seconde, elle est destinée à un frère dont ils n’avaient jamais entendu parler. Jeanne décide alors de partir pour le Liban à la découverte de son histoire familiale. Son jumeau, Simon, se montre plus réticent et ne veut rien connaître de plus sur cette mère qui s’est toujours montrée froide avec lui. Mais, par amour pour sa soeur, il accepte finalement de la suivre dans ce voyage. Au cours de leur périple, les deux jeunes gens vont découvrir un passé familial dont ils ne soupçonnaient pas l’existence…

Mon avis

« Pour résoudre une équation, il est inutile de commencer par vouloir déterminer les inconnues. » Venue chercher de l’aide auprès du professeur de mathématiques dont elle est l’assistante, Jeanne n’obtient que ce conseil sibyllin. Quelques heures plut tôt, devant le notaire, à la lecture du testament de leur mère Nawal, Jeanne et Simon, son frère jumeau, se sont vu remettre deux enveloppes, l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort avant leur arrivée au Canada, l’autre à un frère dont ils ignoraient jusqu’à l’existence. Pour déchiffrer cette énigme à deux inconnus, Jeanne part seule au Moyen-Orient..

Le Québécois Denis Villeneuve a transformé la pièce de son compatriote Wajdi Mouawad en une enquête tendue à l’extrême, où le destin de Nawal, mère donc, mais aussi terroriste et prisonnière de guerre, s’éclaire au gré de retours en arrière à la violence fulgurante. Le pays en question n’est jamais nommé, pour mieux brouiller les pistes et les cartes, et conférer une puissance quasi mythologique au récit. On devine qu’il s’agit du Liban…

Le spectateur évolue ainsi à vue, sans jamais avoir d’avance sur les jumeaux, contraint, comme eux, d’encaisser les révélations au fur et à mesure, de démêler sans cesse le vrai du faux.

Un petit bijoux, malgré  des moments durs et une fin qui nous laisse sans voix!

61V+F30XgLL

576 pages

Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.

Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…

Mon avis :

Quand on sait que l’histoire est tirée de faits réel ça peut faire peur !

Une intrigue parfaitement menée, des éléments pour pouvoir mener l’enquête, un auteur qui implique son lecteur : LA recette d’un des meilleurs thriller que j’ai lu.

L’écriture est fluide, rapide, cinglante, sans concession.

Une histoire composée de plusieurs histoires criminelles toutes liées et ficelées à la perfection. L’angoisse est présente du début jusqu’à la toute fin, la toute dernière page, la toute dernière ligne. Superbe ! L’auteur mêle intelligence et chaos. Vous vivrez des situations cauchemardesques.

Une excellente intrigue, un rythme qui ne vous laisse pas de répit, bref un excellent moment et un livre qui restera dans ma mémoire!

thrillerpolar-pativore3

51iPCvTW8eL

Présentation éditeur :

Le jour paraît sur Giverny. Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes… Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent : l’une, les yeux couleur nymphéa, rêve d’amour et d’évasion ; l’autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au cœur d’un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé…

Mon avis :

Quel roman ! L’élucidation d’un meurtre survenu à Giverny,

tout près de la propriété de Monet.

maison-giverny

L’histoire d’une très grande originalité, dont il est impossible de révéler quelque chose sans dévoiler l’époustouflante intrigue, nous emmène dans des ambiances saisissantes et un récit extraordinaire.

L’intrigue est construite comme une toile à laquelle on ajoute touche par touche des petits coups de pinceaux délicats et précis pour laisser apparaître peu à peu tout le tableau et permettre au lecteur de construire des hypothèses sur l’enquête, jusqu’à la fin … Je ne dis rien, de peur de gâcher le plaisir de la découverte…

Fait partie de ces rares romans qui laissent un très bon souvenir, de ces romans que l’on a envie de faire découvrir.

Les personnages sont très crédibles avec une profondeur psychologique et une grande authenticité.

Un coup de coeur et une très belle découverte de ma première lecture de cet auteur.

Citation :

quote-quand-tu-regardes-un-nympheas-de-monet-tu-as-l-impression-comment-dire-de-t-enfoncer-michel-bussi-175680

En 30 ans, Monet peignit environ 250 tableaux représentant les nénuphars de son jardin (nymphea en latin). Commençant par des représentations de style impressionniste, Claude Monet ira de plus en plus vers l’abstraction au fil du temps.
En 30 ans, Monet peignit environ 250 tableaux représentant les nénuphars de son jardin (nymphea en latin). Commençant par des représentations de style impressionniste, Claude Monet ira de plus en plus vers l’abstraction au fil du temps.

Ce n’est un secret pour personne, j’aime lire! mais la lecture a un coût 🙂

même si j’achète chez mon libraire attitré, aux beaux jours je vais me balader sur les vides greniers et ainsi je rajoute quelques titres à ma pile à lire 🙂

Je vous présente ici mes achats du mois de mai

(cela fait déjà plus de 15 jours que mon article attend d’être publié)

wpid-picsart_1432814621582.jpg

wpid-picsart_1432815015396.jpg

wpid-picsart_1432814389411.jpg

wpid-picsart_1432824840596.jpg

wpid-picsart_1432824938460.jpg

De belles lectures en perspective 🙂