Parution : 15 mai 2017 – Éditions Dreelune – Prix Numérique : 1,99€ – Pages : 74

Une belle surprise m’attendait avec « à pas de Loup » ! En principe je ne lis pas la 4ème de couverture en entier… Je me laisse parfois séduire juste par une couverture et là ce fut une belle surprise avec cette nouvelle écrite par Mylène Ormerod, publiée aux éditions Dreelune.

C’est court, mais c’est très bien construit et c’est beau ! Il y a un peu de romance… Mais cela n’envahit pas l’histoire… C’est plus comme une âme sœur que peu à peu sort de sa chrysalide…

L’auteur construit son récit peu à peu tout en douceur pour amener son lecteur à vivre et ressentir son univers où la réalité se mêle à la fiction.

Guerrier, une créature massive, aux crocs acérés et au regard d’acier est un loup pas comme les autres, avec qui vous apprendrez que l’animal peut avoir une conscience humaine…

« L’Homme est un loup pour l’Homme » mais la bête n’est pas celle que nous pensons… Vous pourriez être surpris par ce récit court mais très agréable à lire, que l’auteur a rendu vivant grâce à une jolie plume, très bien travaillée. Le lecteur ressent tout l’amour qu’elle a mis dans ces lignes et on se laisse embarqué.

La psychologie des personnage est finement travaillée, avec des émotions bien présentes et palpables. Les descriptions sont faites avec justesse pour le plus grand bonheur du lecteur qui peut les visualiser et passer un très bon moment avec eux.

Un auteur de talent, qui a une belle plume addictive et travaillée qui nous plonge dans son univers et le lecteur en ressort heureux d’avoir passer un très bon moment de lecture.

 

 

 

Parution : 30 juin 2016 – Auto-édition – Prix Numérique 2,99€ – Prix papier : 14,99€ – Pages : 524

Je déteste faire un retour de lecture comme celui-ci !

Je remercie l’auteur Sam Carda pour sa confiance et la plateforme SimPlementPro. J’étais curieuse et emballée par cette lecture, mais je ressors très déçue…

En me penchant sur la quatrième de couverture et avec ce titre, je savais qu’il y aurait des secrets, un meurtre et cela présageait une enquête atypique dans ce monde viticole. Malheureusement la sauce n’a pas pris…

Le moins que je puisse dire c’est que l’auteur a une imagination fertile, peut-être trop à mon goût… Tout va vite, trop vite, ça bouge tout le temps, je l’ai lu comme un train lancé à grande vitesse, sans pouvoir reprendre mon souffle et je dois dire que c’est épuisant ! Pourtant cela aurait pu être passionnant…

Le situations sont toutes aussi improbables les unes que les autres, les relations entre les personnages sont assez bizarres : ils se méfient les uns des autres, ne se connaissent pas et pourtant se confient… Les découvertes de secrets bien cachés se font comme ça, sans que rien ne prépare le lecteur… Non franchement, c’est tellement incompréhensible pour moi que je me suis demandée si je n’avais pas sauté des pages !

Pourtant, il y avait de quoi construire une intrigue intéressante sans tomber dans la caricature…

Mais pas assez exploitée, l’histoire devient un vaudeville… Le genre de série « les feux de l’amour » où même des mois après, pas grand chose n’a changé et l’intrigue a stagné… Les « Secrets Mortels » n’ont malheureusement de mortels que l’ennui qui a découlé de ma lecture…

Je suis désolée pour l’auteur, mais je me suis ennuyée ferme et si j’ai lu jusqu’à la fin, c’est pour tenter de trouver du positif… Malheureusement… 524 pages que j’ai trouvé bien trop longues…

Même les personnages n’ont pas trouvé grâce à mes yeux… J’aurai souhaité que l’auteur les développe, prenne le temps de les décrire pour faire ressortir tel ou tel trait de caractère… Et surtout qu’il prenne le temps de les façonner avec un caractère propre. Tous les personnages ont un phrasé identique, les attitudes sont d’une platitude horripilante… Des personnages en manque de caractère, façonnés sur le même moule… Je n’ai donc pas pu trouver un seul personnage attachant, sauf Victor, que j’ai trouvé intéressant, l’auteur m’a donné envie de le découvrir et de le comprendre… Plus étoffé et mieux travaillé, ce personnage donne du volume au récit.

Le fait que l’auteur ne prenne pas le temps de présenter les choses, donne une sensation brouillonne et fouillis alors que parfois la lenteur permet au lecteur de s’approprie les personnages, digérer les informations.

Pourtant les ingrédients sont bien présents : un univers intéressant avec le monde viticole, des mensonges, des trahisons, des vols, des meurtres…

La première partie se laisse lire, même si je sentais une pointe de lassitude… Mais j’attendais que l’auteur se renouvelle un peu, mais la suite reste trop plate à mon goût.

L’écriture demande à s’améliorer et l’auteur s’il prend le temps de poser ses personnages et son intrigue peut surprendre car des idées sont présentent.

Je n’ai lu que des éloges… Ce qui me laisse à penser que, soit je suis trop exigeante, soit que je n’ai pas du tout adhérer… Soit… Je ne sais pas en fait… Je suis restée sur ma faim… Mais certainement que ce livre plaira à d’autres…

Challenge ABC 2017 auto-édition – challenge un pavé par mois

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

challenge-un-pave-par-mois

capture

 

 

 

 

 

 

Parution : 27 avril 2015 – Taurnada Editions – Prix Numérique : 4,99€ – Prix papier : 9,99€ –  Pages : 274

Que ferions-nous si notre vie basculait ? En un claquement de doigt ? Peut-être comme Josey et son père… Parfois la vengeance est la seule possibilité que nous entrevoyons …

« Au fur et à mesure que les cercueils s’enfoncent dans la terre, ce sont des morceaux de mon âme qui disparaissent avec elles et le bruit sourd de la plaque de marbre qui glisse sur l’ouverture pour les enfermer à jamais, finit d’aspirer la part d’humanité qu’il me restait. »

Josey, qui vient de perdre sa femme et sa fille dans des circonstances dramatiques,  décide de se venger et de partir à la recherche des sales types… Un périple à travers la France… Mais pas seulement… Il va se transformer, va muter en un monstre sanguinaire… Un monstre froid… Le temps de la vengeance…

C’est une vengeance qui se décide en famille, en famille on décide de se faire justice… La justice semblant faillible et trop clémente avec les crapules… Une famille unie pour le meilleure et pour le pire…

« Je vais les buter papa ! Et ils vont souffrir. »

L’auteur, nous balance les scènes d’une rare violence, mais on y revient… Il nous balance les ressentis des uns et des autres dans un style sans fioritures et sans blablas… On va directement, là où il nous mène, sur les chapeaux de roues, avec des mots justes, percutants…

Les scènes de viols, de séquestrations, de tortures sont décrites avec talent. Comme un film qui se déroule sous nos yeux, la violence est telle que la lecture se fait parfois en apnée.

« Ils ont tué des membres de ta famille, des membres de notre famille et ils doivent souffrir pour ça. Mais

nous ne parlons pas seulement de vengeance, nous parlons aussi de meurtres ! Tu devras vivre avec du sang sur les mains était nuit seront hantées par les cadavres de ses hommes. Après ça, il te faudra vivre caché pour le restant de tes jours.

– Ce n’est pas être meurtrier que de faire disparaître ces monstres de la surface de la terre ! »

Quand à la fin, j’ai trouvé qu’elle était amenée trop vite… Elle aurait pu être plus longue, surtout qu’elle a un impact sur tout le déroulé et la raison du livre…

Sans raison est un bon thriller qui ne se perd pas en tergiversations, puisque dès le départ, on sait que la vengeance sera au cœur du récit.

Cette histoire amène nécessairement une réflexion sur notre possibilité ou non de basculer… Comment la douleur peut nous transformer… Tout à chacun peut « péter un câble » et vouloir tuer à celui ou celle qui a fait le plus mal…

Je remercie Joël des éditions Taurnada pour sa confiance et l’envoie de ce livre.

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

 

 

 

Parution : 17 mai 2017 – Auto-édition – Prix Numérique : 2,99€ – Prix papier :  10,55€ –  Pages : 239

Nous sommes tous potentiellement le con de quelqu’un et là Charly a décidé de faire le ménage et de ne rien laisser passer…

Il y a les cons dits gentils, ceux qui s’ignorent, qui n’ont pas conscience de leur état, mais qui ne distribuent pas leur connerie à tour de bras. Mais ceux que j’abhorre par-dessus tout, ce sont les cons méchants irrécupérables, les CMI comme j’aime à les appeler.

Une vraie curiosité que ce livre ! Le thème du thriller est rarement exploité du point de vu du tueur et c’est du coup encore mieux quand l’auteur a en plus une plume addictive.

Charly m’a prise dans ses filets pour faire de moi non sa victime, heureusement pour moi… Mais une admiratrice ! Une admiratrice de l’esprit complètement tordu de Charly ! Bon en même temps, qui n’a pas eu des envies de meurtres ? Qui n’a pas voulu tuer un con ? Je n’ai jamais franchis le pas, mais Charly ne les supporte pas… Les cons le rendent fous… Il ne peut rester sans rien faire et décide de s’occuper d’eux… Bon surtout les Cons Méchants Irrécupérables, les CMI comme il dit… Jusqu’au jour où LE con de trop rencontre sa route… Charly décide de prendre les choses en main et d’écouter ses pulsions… Il va se charger de ce con… à sa manière…

Les choses se mettent en place, peu à peu, mais sans longueurs, les personnages ne sont pas nombreux, mais être dans la tête du tueur donne l’impression d’un huis-clos qui frôle la folie…

Nous assistons à la naissance d’un tueur… Nous voyageons dans son esprit… Et il est sympathique ce Charly !  Il a une vie bien rangé et décide par moment d’assouvir son fantasme … Tuer un con… Des cons… La rage que Charly ressent par moment est palpable et c’est dans ces moment que j’ai ressenti du plaisir à être à ses côtés. J’ai ressenti aussi cette rage et cette envie de tuer… Après tout nous sommes tous des meurtriers en devenir… Je me suis attachée à lui et je l’ai compris…

L’auteur divulgue le tout avec parcimonie mais sans fioritures, avec une plume vive, et sur un rythme haletant avec des pointes d’humour noir cynique.

Un excellent thriller psychologique digne des plus grands !

J’ai retrouvé un peu de Dexter dans Charly, qui rend justice à sa manière. Charly n’a pas encore tout dit… Et je suis impatiente de savoir comment la suite va se construire, car les envies de meurtres de Charly ne peuvent que monter en puissance…

Challenge ABC 2017 auto-édition 

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

 

 

 

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

 

 

 

Parution : 27 mai 2017 – Édition : Séma Editions – Prix Numérique : 2,99€ – Prix papier :  10€ –  Pages : 88

Un livre bien étrange mais qui amène une réflexion intéressante sur le devenir de l’âme humaine ! 

Pour peu que les histoires de Karmas, résurrections, vies antérieures vous parlent, ce livre est fait pour vous.

Le lecteur est invité à suivre les tribulations d’une âme à travers ses nouvelles vies et je dois dire que même si le début était déstabilisant, je me suis trouvée entraînée dans l’aventure de plusieurs vies.

Le tout est parsemé de références historiques puisque les époques et les renaissances différents. … Avec une belle écriture, malgré quelques longueurs métaphysiques dont je ne suis pas fane, parfois même poétique à l’image d’une histoire racontée par un chaman, un guide spirituel… 

Jalonné de leçons de vies, point moralisatrices mais comme un fil conducteur qui pousse à la réflexion…

Ça se lit vite, bien et sans aucune prise de tête, malgré un thème qui saurait pu entraîner l’auteur dans la facilité d’un énième livre sur le sujet ! 

Je remercie Séma Édition pour sa confiance et ce partenariat. L’auteur a su m’entraîner dans une lecture atypique pas désagréable, qui pousse à la réflexion et une certaine introspection est nécessaire pour comprendre ce qu’il a souhaité transmettre…

Une lecture à la réflexion spirituelle parsemée de plusieurs vies, enrichissante.

Jean-Charles Flamion a quinze ans lorsqu’il publie sa première nouvelle dans un magazine spécialisé dans le polar. Au fil des lectures, ses goûts évoluent vers le fantastique. Il trouve son inspiration chez H.P. Lovecraft, Richard Matheson, Dean Koontz, Stephen King et Serge Brussolo. Auteur de quatre titres publiés par un éditeur local puis grâce à internet, il aime jouer avec l’interdit, les faiblesses et l’ambivalence de l’esprit humain. Son roman Les derniers jours d’Octobre a été étudié par les lycéens mosellans de Bitche en 2005 et 2006. Après une expérience journalistique comme correspondant au Républicain Lorrain entre 1995 et 1997, il reste proche de sa région d’origine et travaille aujourd’hui au Luxembourg.

Bibliographie 

Annabelle, avril 2015 – SMS, mai 2014 Maudit Christ, 1999 – Portraits polychromes (nouvelles), 2001 – Les derniers jours d’Octobre, 2004 – L’île interdite, 2006

 

 

 

Parution : 13 mai 2017 – Auto-édition – Prix Numérique : 2,99€ – Prix papier :  10,54€ –  Pages : 439

Amélie De Lima frappe fort avec son premier roman «Le silence des aveux» Tout d’abord avec cette très belle couverture, faite «maison» qui présente bien l’ambiance froide et hivernale de l’intrigue dans laquelle le lecteur va plonger.

L’auteur campe le décor et les personnages avec talent, les rend vivants, le lecteur est immergé dans l’esprit de chacun des protagonistes pour son plus grand bonheur, un voyage dans le passé de chacun, mais pas seulement, puisque l’auteur nous fait voyager au plus profond de leurs esprits… Parfois machiavéliques…

Tous les personnages sont réellement attachants, chacun à leur manière présente ses blessures, ses doutes, ses désirs…

Véronique, commissaire de police, est réveillée le 26 novembre 2010, en pleine nuit, par son adjoint, l’inspecteur Bernier, pour qu’elle se rende sur les lieux où une jeune fille, a été découverte, les cheveux scalpés, en sous-vêtements, un billet de vingt euros dans sa main droite… La neige, a recouvert le peu d’indices…

 » On lui a scalpé les cheveux à grands coups de ciseaux, comme vous pouvez vous-même le constater. Il désigne d’un coup de menton, le crâne saccagé de l’adolescente, auréolé d’une énorme touffe de cheveux. « 

Elise, psychologue hérite d’un nouveau patient… Benjamin… Une enfance difficile et traumatisante…

Plusieurs meurtres avec la même signature, le même mode opératoire… Un tueur en série sévit sur Lille…

Ce livre aurait pu être un énième thriller, simple, classique, mais l’auteur, bouscule nos attentes et le lecteur plonge dans un thriller psychologique d’une grande qualité et diablement bien construit… Le tout est décortiqué, amené avec parcimonie pour un final explosif…

L’auteur distille les indices et tente de perdre son lecteur à travers plusieurs réflexions… J’ai été embarquée dans une intrigue avec des personnages que j’ai eu plaisir à découvrir, à apprécier, ne pas comprendre… J’ai eu de l’empathie pour certains et détester d’autres…

L’auteur a une plume simple, sans fioritures, ce qui apporte une fluidité au récit dont le rythme est dense, avec un final jouissif, qui se devine grâce aux infos distillées… Mais que le lecteur ne veut pas voir, ne souhaite pas voir, tellement cela semble inattendu…

Un final à la hauteur pour ce thriller atypique, maitrisé avec talent…Pour le plus grand plaisir du lecteur… Pour mon plus grand plaisir ! J’ai été plongé dans une atmosphère glauque à souhait avec des personnages à la limite de la folie, la folie qui nous prend dans ses filets pour nous recracher dans une atmosphère bien tordue mais tellement maîtrisée et brillante.

Comme tout premier roman, il est perfectible et l’auteur, qui est à l’écoute des retours de lecture, a donc décidé d’améliorer son récit en corrigeant les fautes qui parsèment son récit, ce qui est tout à son honneur.

Amélie de Lima, confirme son talent d’écrivain pour le plus grand bonheur des lecteurs qui oseraient s’aventurer dans les méandres du «silence des aveux»

Originaire de Lille, expatriée à Barcelone, rédactrice web et formatrice en entreprise. Passionnée par la lecture et l’écriture, raison pour laquelle, elle s’est plongée dans les études littéraires.Elle écrit depuis l’âge de 10 ans, en commençant par des nouvelles policières, fantastiques et des poèmes. Il y a près d’un an et demi, Amélie a décidé d’écrire son premier roman auto-édité qui se déroule à Lille, dans un esprit sombre et nordique.

Challenge ABC 2017 auto-édition – challenge un pavé par mois

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

challenge-un-pave-par-mois

 

 

 

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture