Archives mensuelles : janvier 2018

Le Tueur au miroir de Fabio M. MITCHELLI

Parution : 19 octobre 2017 – Editeur : Robert Laffont Collection : La Bête noirePrix broché :  21€ – Prix Numérique : 13,99€ – Pages : 384 – Genre : Polar-Thriller


Une intrigue diablement bien construite, un rythme de folie, pour une enquête dense et rythmée.

Avec « une forêt obscure », j’étais ressortie mitigée, un goût d’inachevé avec quelques incohérences. Pourtant ici, j’ai trouvé que l’écriture de l’auteur avait pris en assurance et en maturité, pour livrer au lecteur un polar rondement mené qui accroche sans temps morts et sans incohérences.

On se retrouve un peu dans un jeu de construction, comme des poupées russes que l’on découvre peu à peu… Un effeuillage en douceur d’une intrigue qui tient en haleine.

Il y a bien une enquête principale qui lie le lecteur à ce tueur au miroir… Mais l’auteur nous livre une autre intrigue qui vient construire et agrémentée, en arrière plan, une histoire beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Et c’est là où l’auteur a réussi à m’embarquer complètement, au point d’avoir du mal à lâcher mon bouquin !

Cette seconde trame en toile de fond, donne de l’épaisseur au récit et permet de découvrir un polar doublé d’un excellent thriller. Un simple polar ne m’aurait peut être pas complètement emballé, alors qu’avec cette construction les personnages sont palpables, vivants…

On a de l’empathie pour Louise qui est limite borderline, dont j’ai adoré découvrir l’intimité et les blessures.. Carrie est plus effacée mais permet de maintenir la barque à flot en restant droites dans ses pompes…

Ce tueur complètement barge dont on devine la folie… Que l’auteur construit sans concession, sans lui trouver d’excuses… Pour ne pas donner la possibilité au lecteur d’avoir de l’empathie pour lui… Souvent les tueurs en série sont flanqués d’une histoire bien glauque et inconsciemment on leur trouve toujours des excuses… Ici point d’excuse…. Permettant ainsi au lecteur d’avoir un esprit plus critique…

Plus les pages se tournent plus nous allons de révélation en révélation… Et même si j’ ai deviné dans quoi m’embarquait l’auteur, je n’ai pas boudé mon plaisir lorsque les révélations se font…

Justement parce que l’auteur a pris le temps de décortiquer, analyser en prenant le recul nécessaire pour nous annoncer l’impensable.

Une intrigue beaucoup plus recherchée, fine et travaillée, avec ce recul palpable dans les descriptions… Comme un narrateur qui décide de s’effacer pour laisser ses personnages vivres pleinement cette intrigue à la chute inimaginable… Un final magistral pour une construction et une intrigue magistrale !

Bravo à l’auteur qui a su se renouveler tout en restant dans le genre qu’il affectionne, et a conquis une lectrice qui partait réticente…

Merci à NetGalley et aux Éditions Laffont.

Fabio M.Mitchelli, né à Vienne (Isère) en 1973, musicien et écrivain, auteur de thrillers psychologiques, romans et nouvelles. Il a signé « La trilogie des verticales » parue aux éditions Ex-aequo entre 2010 et 2012, dont La verticale du fou. Il a été révélé au public par son thriller La Compassion du Diable (éditions Fleur Sauvage – 2014), surnommé Le Livre Bleu, inspiré par la vie de Jeffrey Dahmer. Il est fasciné par les faits divers et les grands criminels du XXème siècle.

10 chroniques de livre

Badge Critiques à la UneBadge Lecteur professionnel

 

 

 

 

Publicités

Dans ma peau de Yael Adler

Parution : 9 février 2017 – Editions Solar  – Prix papier :  19€ – Pages : 352 – Genre : Thriller-psychologique


Elle nous entoure de toutes parts, mesure près de deux mètres carrés et enveloppe tout ce que nous portons en nous. La peau est notre lien avec le monde extérieur. Notre antenne. Elle peut émettre et recevoir. Elle nourrit nos sens. Elle est objet de désir, elle est notre zone frontière, le fascinant réceptacle de toute notre vie, et en même temps une gigantesque terre d’accueil pour les bactéries, les champignons, les virus et les parasites.

Pourtant, peu d’entre nous savent vraiment ce qu’est cet organe, comment il fonctionne et surtout quelles missions vitales il accomplit pour nous.

L’auteur, Yael Adler, dermatologue, phlébologue et nutritionniste, aborde un thème très intéressant, sans langue de bois, malgré quelques longueurs, un livre qui se laisse lire, instructif, pour tout ceux soucieux de comprendre.

Elle aborde notamment les choses dont nous n’aimons pas parler ou que nous trouvons écœurantes : pellicules, cérumen, boutons, sébum, sueur, les maladies vénériennes, ces choses qui ont tendance à nous écœurer, au point de faire la chasse à la saleté, en utilisant des produits très abrasif.

« Les plis sont des endroits très particuliers de l’épiderme, car ces petites niches sombres et mal ventilées abritent de nombreux germes cutanés. Les aisselles, le dessous des seins, le pli fessier, les plis de l’aine et parfois même, si l’on a de généreuses poignées d’amour, les plis du ventre, voire du dos, présentent des conditions idéales pour les agents pathogènes : humidité, chaleur et peu de lumière. Dans cette douillette atmosphère du genre tas de compost, on vit sans gêne et on se reproduit sans façon (…) »

« Ne me dites pas que vous ne jetez pas un œil dans votre mouchoir pour voir ce que vous venez de produire ! »

«Quel soulagement, quand on est débarrassé d’une crotte de nez séchée !»

« La couleur de la croûte trahit la nature du problème qui pourrait se cacher dessous »

Pour aller plus loin

« Pour des oreilles saines, le lavage à l’eau chaude suffit largement. Bien des gens ont du mal à renoncer aux cotons-tiges, malheureusement, et se curer les oreilles devient pour certains un geste quasiment érotique. Farfouiller dans l’oreille procure d’agréables sensations, mais peut donner envie de tousser car on excite alors en passant le nerf qui déclenche le réflexe de la toux. »

Dermatologue, phlébologue et nutritionniste, elle a travaillé longtemps dans la recherche avant d’ouvrir son propre cabinet de dermatologie à Berlin, en 2007. Son talent inné pour expliquer des faits médicaux complexes de manière simple, concrète et pleine d’humour n’a d’égal que le plaisir qu’elle prend à partager son savoir. Ses nombreuses conférences et ses interventions à la télévision, à la radio et dans la presse écrite en témoignent régulièrement. Aujourd’hui, elle nous offre le fruit de ses recherches et de son expérience en matière de santé et de beauté dans un livre original qui va nous faire voir la peau d’un autre œil.

Il et moi de Philippe Setbon

Parution : 12 janvier 2018 – Tohu-Bohu Editions Prix papier :  19€ – Pages : 272 – Genre : Thriller-psychologique


Avec « Il et moi » je découvre la plume d’un auteur dont je n’avais lu aucun livre et surtout une finesse dans la description psychologique du personnage principal dont on suit la déchéance pas à pas.

Une magnifique couverture, qui prend tout son sens lorsque l’on referme le livre et qui en devient encore plus parlante. Un titre à double sens avec ce « S »… Il et moi – Il est moi… Qui laisse au lecteur le plaisir de se triturer les méninges jusqu’à ce qu’il comprenne …

Court mais intense, court mais te fou une claque magistrale tellement il est bien construit, tellement il t’embarque dans une histoire bien tordue, une mauvaise blague, comme on pourrait en faire une, histoire de faire payer celui qui nous fou les boules ! C’est typiquement le genre de choses que je pourrais faire… La blague, pas le reste… Je n’ai pas encore basculé du côté obscure… Quoi que…

Avec un récit sans fioritures et sans concession, l’auteur nous entraine dans l’histoire de cet homme dont la vie va prendre un virage inattendu… Un virage qui lui fera perdre la raison au point de ne plus distinguer le bien du mal, de ne plus distinguer la réalité… Cette réalité que le lecteur a parfois du mal à percevoir, tellement la folie est palpable… Une construction en entonnoir qui donne un rythme dense, une lecture que l’on ne peut poser tellement on est pris par le récit.

L’histoire d’une folie qui se construit, qui se vit au rythme des pages que l’on tourne, pour atteindre son paroxysme. Un personnage qui ne va plus rien maitriser, que la raison a abandonné, malgré quelques soubresauts, il est trop tard…

La frontière entre réalité et fiction est parfois tellement mince que basculer d’un côté ou de l’autre est un vrai jeu d’équilibre.

Costa est un acteur engagé. Engagé au point de laisser son personnage prendre le dessus. Une mauvaise farce qui tourne à l’indéfinissable…

Il suffit parfois de peu de choses pour les rouages bien huilés d’une vie s’enrayent… Pour péter un câble… Au point parfois de ne pas se réveiller…

Je suis fana de thrillers psychologiques, l’être humain dans ce qu’il de de plus tordu me fascine et me révulse en même temps, il oblige le lecteur à se positionner et renvoie à nos convictions les plus profondes.

Je remercie la maison d’édition Tohu-Bohu pour sa confiance et pour le plaisir que j’ai pris avec cette lecture.

Philippe Setbon, né en 1957, débute comme auteur et dessinateur de de B.D dans les revues Pilote et Métal Hurlant avant de bifurquer vers le cinéma. Il signe les scénarios de plusieurs longs métrages comme Détective de Jean-Luc Godard, ou Mort un dimanche de pluie, réalise Mister Frost puis se consacre à la télévision. Il écrit de nombreux téléfilms et séries dont Les Enquêtes d’Héloïse Rome, Fabio Montale, Franck Riva, etc… Il en réalise lui-même une vingtaine dont la minisérie à succès Ange De Feu.
Il est également l’auteur d’une douzaine de romans chez Rivages, Flammarion, Buchet-Chastel et aux Éditions du Caïman.

 

Livres chroniqués

Chaque livre lu, mérite sa chronique. Que ce soit un coup de cœur ou une déception, je fais un retour pour vous donner envie, ou pas de le lire.

Alexis Arend : Josh

Amélie Antoine : Sans elle

Davy Artero : Bienvenue

Federico Axat : L’opossum Rose

Niccolo Ammaniti : Anna

Amir & Khalil : « Zahra’s paradise »

Santi Anaya : Clara et Alex, tome 2 : Des monstres à l’école

Yael Adler : Dans ma peau

Angel Arekin : Le Porteur de Mort, tome 1 : L’Apprenti

 

Azel Bury : la Baie des Morts

Philémon Le Bellégard : Syndrome de Stockholm

Bouffanges : Triumvirat

Hugues Boulet : Les gens des Hauts 

Dany Boutingy : La chambre de Mamie

Solène Bakowski : Une bonne intention

Solène Bakowski : Un sac

Solène Bakowski : Avec elle

Olivier Bal : Mille morts

Sophie Blitman : Elle vivait dans nos yeux

Slimane-Baptiste Berhoun : Les Yeux

Bertrand Boileau : Le cimetière des veaux sous la mère

Mehdy Brunet : Sans raison…

Delphine Biaussat : Les survivants d’Aglot

Ludovic Bouquin : Olagarro

Cassandra Bouclé : Une si jolie maison

Mathieu Bertrand : Les émeraudes de Satan

Jof Brigandet : La balade électrique d’Emily Archer

William BlattyL’exorciste

Djemila Benhabib : Ma vie à contre Coran

Fabrice Brunon : Rivales

Xavier-Marie Bonnot : La Vallée des ombres

José-Louis Bocquet : Olympe de Gouges

Olivier Bocquet : Le Prédicateur

Olivier Bocquet : La princesse des glaces

Christopher Buehlman : Ceux de l’Autre Rive

Derf Backderf : Mon ami Dahmer

Évelyne Brisou-Pellen : La maison aux 52 portes

Fabrice Brunon : Rivales

Olivier Bourdeaut : En attendant Bojangles

Thierry Berlanda : La Fureur du Prince

Thierry Berlanda : L’insigne du boiteux

Michel Bussi : Nymphéas noirs

Alexandra Bracken : Les insoumis Tome 1

Ray Bradbury : L’arbre Halloween

Mathieu Bertrand : Je pleurerai plus tard

Christian Blanchard : Iboga

Camille Bouchard : La Puanteur des morts

Nico Bally : Le Baron Miaou

Olivier Casaliva : Prière de sang

Jane Casey : Ceux qui restent

Eric Costa : Aztèques-Harem

Eric Costa : Réalités Invisibles

Sam Carda : Secrets Mortels 

A.J. Crime : Le château de Tanna’Saoghal

Marlène Charine : Tombent les anges

Justin Cronin : Le passage – Tome 1

Justin Cronin : Le Passage – Tome 2 : Les Douze

Justin Cronin : Le passage – tome 3 : La cité des Miroirs

Jacques Cassabois : Les Mille et une nuits

Joël Callède : Dans la nuit – tome 1 : légion

Joël Callède : Dans la nuit – tome 2 : 3ème sous-sol

Joël Callède : Dans la nuit – tome 3 : Profondeurs

I.N.J Culbard : L’affaire Charles Dexter Ward

Christian Carayon : Un souffle une ombre

Donato Carrisi : Le Chuchoteur

Donato Carrisi : L’Ecorchée

Maxime Chattam : Autre-Monde, Tome 2

Maxime Chattam : Autre-Monde, Tome 1 : L’Alliance des Trois

Elsie Chapman : Dualed

Suzanne Collins : Hunger Games – Tome 1

Magali Cervantes : Le cri de l’engoulevent

Cindy Costes : C’est pour ton bien

Franck Calderon et Hervé de Moras : Là où rien ne meurt

Daniel Cole : Ragdoll

Amélie De Lima : Le Silence des Aveux 

J-P Delaney : La fille d’avant

Jennifer Del Pino : La fille à la peau pâle et frêle

Jean Dardi : Les sept stigmates

François-Xavier Dillard : Fais-le pour maman

Line Dubief : Meurtre sur Oléron – Les mouettes ne se marrent plus

Delphine Dumouchel : Miss Zombie, détective décharnée

Cécile Duquenne : La Tour

Arthur De Pins : Zombillénium – tome 1 – Gretchen –

Jean-Michel Darlot : NiNN Tome 1 : La ligne noire

Florence Dutruc-Rosset : L’assassin habite à côté

Joël Dicker : Le livre des Baltimore

Joël Dicker : La vérité sur l’affaire Harry Québert

Thomas Dietrich : Les enfants de Toumaï

José Rodrigues Dos Santos : La Formule de Dieu

Sélène Derose : Alter Ego : Au-delà des apparences

Kate Del Ferra : Jinjinaji

Johan Duval : Tempus Morturorum (l’Ere des morts) Sweet Home

Yann Déjaury : Quand les hirondelles me reviennent

Claire Douglas : Les jumelles

Nicolas Elie : Viktor

Jean-Luc Espinasse : Intelligences

Erik Emptaz : La malédiction de la Méduse

Jeffrey Eugenides : Middlesex 

Sacha Erbel : L’Emprise Des Sens

Michael Farris Smith : Nulle part sur la terre

Jean-Charles Flamion : Karma

Jim Fergus : Mille Femmes Blanches

Jim Fergus : La Vengeance des Mères

Alain et Désirée Frappier : « Dans l’ombre de Charonne »

Claire Favan : Miettes de sang 

A.J. FINN : La femme à la fenêtre

Sébastien Fritsch : L’Expérience Cendrillon

Sylvain Forge : Tension Extrême

Sophie Guizani : Les enfants de l’ile aux cendres

Karine Giebel : D’ombre et de silence

Karine Giebel : Juste une ombre

Pierre Gaulon : Enragés

Christophe Gallo : Bienvenue

Amy Gentry : Les filles des autres

Lisa Gardner : Famille parfaite

Lisa Gardner : Le septième mois

Christopher Golden : Snowblind

Zoran Drvenkar : Sorry

Valentina Giambanco : 13 jours

Kriss F. Gardaz : Dans le silence des oiseaux

Johana Gustawsson : Block 46

David Guidat : Le meurtre était écrit

Elisabeth Hand : Images Fantômes

Loana Hoarau : Buczko 

Solenne Hernandez : LA RUMEUR tome 1 : La fuite 

Solenne Hernandez : La rumeur tome 2 : L’espoir

Jane Harper : Canicule

Jane Harper : Sauvage

Patricia Hespel : La fille derrière la porte

Keigo Higashino : La maison où je suis mort autrefois

Julia Heaberlin : Ainsi fleurit le mal

Steeve Hourdé : Zone, chronique d’un dernier jour

Freeric Huginn : Vegan Psycho

James Herbert : Sanctuaire

Jack Heath : mange tes morts

Fabienne Josaphat : à l’ombre du Baron

Sophie Jaff : L’amour est rouge

Julie Jkr : Le Couloir des Ames

Julie Jkr : Le couloir des âmes Tome 2 : la vengeance de Claire

Dan Jolley : Les cinq éléments : La Tablette d’Émeraude

Thierry Jonquet : La Bête et la Belle

Nicolas Jaillet : La Maison et autres histoires

Hillary Jordan : Ecarlate

Christophe Kayser : Freaks

Dorothy Koomson : Signé A

Megan Kruse : De beaux jours à venir

Joseph Kessel : L’armée des Ombres

Stephen King : Marche ou crève

Stephen King : Carrie

Stephen King : 22/11/63

Keisuke Matsuoka : Q Mysteries – volume 1

Mickaël Koudero : Les enfants d’Érostrate 

Olivier Michael Kim : Ne réveille jamais un ours qui dort : L’ordre de Saint-Michel – Tome 1

Théo Lemattre : La malédiction du Vatican

Théo Lemattre : Le complot de Tchernobyl

Lydia Le Fur : Apparences

Fabienne Lejamble : 1902 

Maes Larson : Amisseum : Les Terres Inconnues

Pierre-Olivier Lacroix : Anima Noctis

Frederic Livyns : Petites histoires à faire peur…

Fabrice Liegeois : Aby (n’y descendez jamais)

Maes Larson : Amisseum : Les Terres Inconnues

Fabienne Lejamble : 1902

Jean-Bernard Lemal : Sentinelle

F. Livyns et JB Leblanc : Le Miroir du Damné

James Lasdun : la chambre d’ami

Philip Le Roy : Léviatown

Philip Le Roy : La Porte du Messie

Ira Levin : Un bébé pour Rosemary

Ira Levin : Le Fils de Rosemary

Emmy Laybourne : Sweet

Keith Lee Morris : Good night Idaho

Christina Lamb : Nujeen- L’incroyable périple

William Landay : Défendre Jacob

Pierre Lemaitre : Trois jours et une vie

Nicolas Lebel : L’heure des fous

Laurent Loison : Charade

Demitria Lunetta : In the After Tome 1

Demitria Lunetta : In the END Tome 2

Nell Leyshon : La couleur du lait

Frédéric Lenoir : L’Âme du monde

Marko Leino : La véritable histoire de Noël

Gilles Legardinier : Demain j’arrête

Thomas Lejeune : Une dose d’adrénaline

Jérôme Loubry : Les chiens de Detroit

Enrique Laso : Depuis l’Enfer II

Enrique Laso : Depuis l’enfer

Sara LÖVESTAM : Chacun sa vérité

na Lucily : Sorceraid, Episode 1 : Le Fantôme de Waterlow

Guillaume Lecasble : Le Voile

France Missud : l’origine des mondes

Thierry Moral : Reconstitution

Florent Marotta : Le meurtre d’O’doul Bridge

Sam Millar : Au Scalpel

Xavier Massé : Répercussions

Franco Mannara : Je m’appelle Birdy

Victoria Martin : Horrible prophétie

Yannick Monget : Résilience

Fabio M. Mitchelli : Une Forêt Obscure

Fabio M. MITCHELLI : Le Tueur au miroir

Lisette Morival : Nini Zombie, tome 1

Pierre Mikaïloff : Las Vegas Terminus

Mark Frost : La Liste des sept

Matthew MatherExtinction

Marissa MeyerCinder

Marissa Meyer : Scarlet

Bernard Minier : Glacé

Brandon Mull : Fablehaven, Tome 1 : Le sanctuaire secret

Rohinton Mistry : L’équilibre du monde

Chase Novak : Conception

Chase Novak : Scission

Odehia Nadaco : Knysna

Adam Nevill : Derniers jours

Philippe Nicholson : Serenitas

Olivier Norek : Code 93 

Olivier Norek : Entre deux mondes

Scott Nicholson : Le Foyer 

Scott Nicholson : L’église Rouge

Nicole NeubauerSous son toit

Sarah J. Naughton : Une autre histoire

Vanaly Nomain : Emulsion : Au-delà du visible

Kate Oliver : Enquête aux volets bleus

Mylène Ormerod : A pas de loup

Kalya Ousmane : 7 jours (en) quête d’enfant

Kalya Ousmane : Le trottoir

Kalya Ousmane : Le chef d’œuvre

Joyce-Carol Oates : Zombi

James Osmont : Régis

James Osmont : Sandrine

Jussi Adler Olsen : Les Enquêtes du Département V : Délivrance

Kayla Olson : L’empire de sable

Jean-Hugues Oppel : Zaune

Sébastien Prudhomme-Asnar : KIRSTEN

Cédric Peron : CHARLY : Au commencement 

Carl Pineau : L’arménien

Sarah Pinborough : Mon amie Adèle

Daniel Panizzoli : Tu vas mourir – Récits de l’assassin

James Patterson : Zoo

Natasha Preston : La cave

Sean Platt : Yesterday’s gone – saison 1 – épisode 1 et 2 : le jour où le monde se réveilla désert

Sean Platt : Yesterday’s Gone, saison 1, épisode 3 et 4 : Aux frontières du possible

Sean Platt : Yesterday’s Gone, saison 1, épisode 5 et 6 : L’avènement de la chose

Benoit Peeters : La Théorie du grain de sable : 1ère Partie – Les Cités obscures

Benoit Peeters : La Théorie du grain de sable : 2ème Partie – Les Cités obscures

Anne Perry : L’étrangleur de cater street

David Polonsky : Valse avec Bachir

Noël PEREZ-VERA : La fille de Pablo de

Benjamin PERCY : Dark Net

Nicolas Perge et François Rivière : Agatha es-tu là ?

Pauline Perrier : La brèche

Bastien Pantalé : Sublimation

Alice Quinn : Fanny N.

Jo Rouxinol : Le temps des étoiles

Jo Rouxinol : le rêve dévoré

Mélanie Raabe : Le piège

Tobby Roland : La dernière licorne

Guillaume Richez : Black$tone

Frédérick Rapilly : Le chant des Ames

Frédérick Rapilly : Le chant du Diable

Ricardo Romero : Histoire de Roque Rey

Jean-Marc Rochette : Transperceneige : Terminus

Véronica Roth :Trilogie DIVERGENTE

Christian Roux : Que la guerre est jolie de

Vincent Ravalec : Sekt

Sophie Blitman : Elle vivait dans nos yeux

Lawrence Singclear : 42

Errol Sabatini : Des Petits Biscuits pour la Timidité

Olivier Saraja : L’appétit des ombres

Matt Strandberg : Le ferry

Romain Slocombe : L’Affaire Léon Sadorski

Arnaud Sagnard : Bronson

Amparo Seith : Alsaciens VS zombis

Philippe Saimbert : Le fossile d’acier

Marcus Sakey : Les Brillants

Marcus Sakey : Un Monde meilleur – Les Brillants Tome 2

Lawren Schneider : L’héritage de Lizie

Laurent Scalese : Je l’ai fait pour toi

Clara Sanchez : Ce que cache ton nom

Rob Smith : Agent 6

Rob Smith : Kolyma

Marie Sexton : Le puits

Philippe Setbon : Il et moi

Lawren Schneider : Les larmes des cigognes

Bruno Sanna : Le matin des larmes  

Philippe Saimbert : 11 serpents

Neal Shusterman : La faucheuse Tome 1

Neal Shusterman : La faucheuse Tome 2 – Thunderhead

Ludovic Spinosa : Tempêtes solaires : Le nouveau monde

Yuki Tabata : Black Clover – Tome 1

Luca Tahtieazym : Le roman inachevé

Luca Tahtieazym : Versus

Luca Tahtieazym : Elise

Quentin Tarantino : Bd django unchained

Elisa Tixen : Sans Traces apparentes

Franck Thilliez : Train d’enfer pour Ange rouge

Franck Thilliez : La chambre des morts

Franck Thilliez : Deuils de miel

Franck Thilliez : La mémoire fantôme

Franck Thilliez : Le syndrome E

Franck Thilliez : Gataca

Franck Thilliez : Atomka

Franck Thilliez : Angor

Franck Thilliez : Pandémia

Franck Thilliez : Sharko

Franck Thilliez : Le manuscrit inachevé

Teri Terry : Slated, Tome 1 : Effacée

Estelle Tharreau : L’Impasse

Céline Tanguy : 41 Vautours – Tome 1 – 48 Heures avant Noël

Sandra Triname : À ma vie, à ta mort

Paul Tremblay : Possession

Wendall Utroi : Wanda  

Wendall Utroi : Comme un phare dans la tourmente

Jean-Philippe Vest : Esprit es-tu là ?

Martine Venelle : Il suffit juste de quelques minutes

Lou Vernet : Ne m’oublie pas de

Hanna Vernet : La nuit les loups

Philipp Vandenberg : Le cinquième Évangile

Sophie Van Der Linden : La Fabrique du monde

Éric Valmir : Pêcheurs d’hommes

Jeff VanderMeer : Annihilation – La Trilogie du rempart sud, Tome 1

David Wellington : Positif

Charlotte Wood : La nature des choses

David Wright : Yesterday’s gone – saison 1 – épisode 1 et 2 : le jour où le monde se réveilla désert

David Wright : Yesterday’s Gone, saison 1, épisode 3 et 4 : Aux frontières du possible

David Wright : Yesterday’s Gone, saison 1, épisode 5 et 6 : L’avènement de la chose

John Wagner : History Of Violence

Jessica Warman : Maintenant qu’il est trop tard

Simon Wood : L’évadée

Minette Walters : Dans la cave

Barbara Yelin : L’Empoisonneuse

Brenna Yovanoff : L’Échange

David Zaoui : Je suis un tueur humaniste

V.M. Zito : L’homme des morts

Mirko ZILAHY : Roma

 

Le rêve dévoré de Jo Rouxinol

https://julitlesmots.files.wordpress.com/2017/09/jelisdesauton_ditn_s.png?w=123&h=113

Parution : 11 décembre 2017 – Prix papier :  12,99€ – Prix Numérique : 2,99€ – Pages : 258 – Genre : Thriller-psychologique


Jo Rouxinol a l’art de manier les sentiments, avec sa plume addictive et travaillée, elle nous entraine dans les méandres de l’âme humaine.

L’adolescence semble une période qu’elle affectionne particulièrement, puisque son personnage principal est une ado de 14 ans. Peut-être que le fait d’être professeur n’y est pas étranger… En tout cas, on sent chez l’auteur un don d’observation… Le don de déceler les blessures… Certes, c’est une fiction, mai j’ai le sentiment de découvrir une réalité…

Un fond de vérité… Une vérité que l’on croit toucher du doigt, mais que l’auteur ne divulgue que peu à peu…

Clarisse va mal… Elle n’aime ni sa vie de collégienne, ni la vie qu’elle mène chez ses parents séparés… Une mère, que l’on devine dépassée, elle ne maitrise plus rien… Enfin, elle ne veut plus rien maitriser… Ce père, qui préfère laisser sa fille faire ce qu’elle veut, histoire d’avoir la paix, la semaine où elle vient chez lui…

Clarisse, n’est pas tendre avec eux, même lorsqu’elle nous parle d’eux, on sent une rage mal contenue… Mais, peu à peu l’auteur distille les informations et on comprend enfin pourquoi Clarisse a cette soif de vivre, cette soif d’amour, d’attention… Elle ferait n’importe quoi, pour que l’on s’intéresse à elle. A elle, en tant qu’individu, sans tenter de la faire rentrer dans un moule…

Lorsque j’ai terminé ma lecture, j’ai mis un moment à me remettre de mes émotions. L’auteur a réussi à m’émouvoir avec cette gamine qui va peu à peu s’ouvrir à la vie… Cette gamine qui crie sa rage…

L’auteur a l’art de poser les situations pour permettre au lecteur de s’approprier l’intrigue. Sans jugement, elle dépeint les sentiments qu’elle pose avec finesse. Elle aurait pu tomber dans la facilité et à travers Clarisse, juger ces parents toxiques, nombrilistes et qui ne savent pas écouter… Qui ne veulent pas écouter… Pourtant, elle ne juge pas… Elle expose… Et au lecteur de se faire son avis.

On ressort, un peu sonné, comme Clarisse, qui décide de tout plaquer tellement elle en a marre… Elle craque et décide de fuir… Fuir ce quotidien qui la tue à petit feu… Elle décide de fuir pour enfin vivre ce rêve qui la dévore… Elle va le vivre jusqu’au bout, jusqu’à ce que la réalité la rattrape et qu’elle s’éveille.

Ce rêve, lui permettra de grandir et enfin s’affranchir de son histoire… Une histoire tragique mais qui lui donnera la force de vivre…

Clarisse s’adresse au lecteur qui devient son allié, le témoin de sa fuite en avant… Surtout le témoin de sa renaissance…

Son langage est parfois cru, déstabilisant, mais j’ai trouvé qu’il y avait une certaine évolution, peu à peu il devient plus posé, à l’instar de Clarisse qui pose son fardeau. Sa rage disparaît, Clarisse s’épanouit et peut enfin comprendre d’où vient son malaise et ainsi s’expliquer son attitude et se comprendre…

Déjà avec « le temps des étoiles », l’auteur m’avait touché avec sa plume et cette lecture ne fait que confirmer son talent.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille mais parfois la vie t’offre une porte de sortie… La fin est emprunte d’espoir.

Jo Rouxinol, oblige son lecteur à se poser et penser sa manière de voir les choses, qui ne sont jamais aussi tranchée que ce que l’on croit.

Je n’ai pas voulu rentrer dans les détails car il faut le lire pour le vivre ce bouquin! Et la trame est construite de manière telle que si tu dévoile un truc tout s’imbrique et prend son sens.

« Avant j’étais une vieille âme endolorie enfermée dans un corps d’enfant, dans une famille, dans une vie dont chaque contour me blessait toujours plus, jour après jour. En partant j’ai éclaté les parois de ma prison, la rage a guéri d’elle-même, je la sens encore palpiter parfois mais de manière tellement inoffensive, si vous saviez, ce n’est plus qu’une ombre de colère qui dort au fond de mes souvenirs. Avant je ne voyais que les murs, ils étaient hauts, ils étaient gris, il n’y avait ni portes ni fenêtres, rien qu’une boîte sans ciel et sans air, voilà ce que vous m’offriez, un cercueil dans lequel je ne pouvais que hurler en griffant les parois, en heurtant tout ce qui se trouvait à proximité, hurler et hurler encore, hurler tant que la vie ressemblerait à la mort. Et maintenant, regardez-moi, regardez-moi bien, j’ai vu l’océan et j’ai vu l’horizon, et je prends désespérément tout cet avenir que le monde me promet. »

Challenge ABC 2017 auto-édition                    –           Challenge polar et Thriller  2017-2018

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

 

 

Le voyage de Kirikoustra

Parution : 15 mars 2017 – Prix papier :  4,99€ – Prix Numérique : 0,99€ – Pages : 74 – Genre : Réflexions philosophiques

 

« lui qui se voulait devenir, se verra peut-être lu par vous cet autre qui dans vos mains détenez un fragment de son histoire, de notre Histoire. »

Lorsque j’ai découvert l’auteur Kirikoustra à travers les réseaux sociaux, j’ai été intrigué par le recul qu’il prenait en parlant de lui à la 3ème personne… Cela m’a rappelé ces auteurs du 17/18ème siècle… Un brin décalé dans l’univers du modernisme…

J’avais toujours un petit sourire en tombant sur un de ses posts et je me disais que cette personne vivait son personnage et je trouvais originale cette dissociation que l’auteur fait entre sa personnalité et celle de son personnage, pour justement lui permettre de vivre et surtout se faire découvrir.

Donner la parole à sa création et s’effacer en tant qu’auteur est assez culotté et j’aime bien.

Lorsque j’ai vu, que l’auteur le proposais en SP sur SimplementPro, j’ai eu envie de découvrir ce que Kirikoustra avait à me dire… Et j’ai été encore plus intriguée lorsque l’auteur n’a pas essayé de me vendre sa sauce, mais bien au contraire. D’après lui ce n’était pas mon genre… Et je risquais de ne pas apprécier…

Et pourtant….

Effectivement, je suis une fana de thrillers, dystopies, horreur… Mais je suis aussi une fana de littérature classique et j’en ai lu pas mal avant de me fixer… Dis-moi ce que tu lis, je te dirais ce que tu peux apprécier… Ne pas se fier aux apparences… Bon, un peu quand même, je n’aime pas la romance !

Kirikoustra est un ovni dans l’univers de l’écriture, ce qui en fait un écrit décalé, ce n’est pas tant les réflexions qui le jalonnent, mais c’est l’époque à la quelle il paraît.

C’est un livre étrange qui dénote et c’est ce qui donne envie de le découvrir. C’est court 74 pages, donc rapide à lire… Enfin pas si rapide, car on revient sur certains passages, pour comprendre ce que l’auteur tente d’expliquer…

L’avant propos laisse encore la possibilité au potentiel lecteur de se revenir en arrière, dissuade le lecteur de s’embarquer dans ce qui le perturber… Le déranger…

« Cet ouvrage est déconseillé aux personnes adeptes de normes et autres conventions. Dépourvu de toute logique, il vous laissera soit dans l’indifférence la plus totale, soit dans un état quelque peu perplexe »

Kirikoustra embarque le lecteur dans ses réflexions, sans but précis, des réflexions sur tout et rien à la fois… Un brin de folie que l’on a du mal à cerner, mais qui nous entraine malgré nous vers sa plume qu’il personnifie… Sa plume, à qui il donne vie, arrive à faire visualiser ce que l’auteur souhaite dire…

Kirikoustra pousse le lecteur à se pencher sur ses propres réflexions, sur ses pensées, sur plusieurs sujets… Une introspection… Qui peut être dérangeante parfois… Un brin anticonformiste…

C’est un livre difficile à définir, à cerner, qu’on apprécie ou pas, mais qui ne laisse pas indifférent.

 

Challenge ABC 2017 auto-édition

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg