PicsArt_07-13-01.22.52.jpg

 

 

 

 

Parution : 14/12/2018 – Auto-édition Prix papier : 4,49€ – Prix numérique : 0,99€ – Pages : 56 – Genre : thriller-historique, drame

Un sujet difficile à évoquer, pas évident à appréhender, pourtant Brian B. Merrant, le fait de belle manière, dans cette nouvelle de 56 pages. Arriver à captiver le lecteur avec une nouvelle n’est déjà pas chose aisée, quand en plus l’auteur décide de lui donner une forme épistolaire, l’exercice se complique. J’étais donc curieuse de voir comment l’auteur allait aborder la bête… Et, je dois dire que j’ai été agréablement surprise.

Vous me direz 56 pages, c’est court pour être surprise… Que nenni, car ici la forme, la plume, l’intrigue sous fond de première guerre mondiale, les personnages tout est bien posé.

De par sa longueur, le récit plonge directement dans l’intrigue avec la déclaration de la première guerre mondiale en 1914, et la présentation des orphelins de la Haute-Barde réquisitionnés. C’est à Joseph, le plus jeune orphelin, taiseux et solitaire, que l’auteur va nous faire suivre à travers sa correspondance avec son chat. Cela aurait pu être rigolo, je dois dire qu’au départ c’est ce que je me suis dis… Mais c’est beaucoup plus profond qu’on ne le pense. Cette anecdote ne fait que mettre le doigt sur la jeunesse du personnage principal qui n’est qu’un enfant, qu’on envoie à l’abattoir.

En 56 pages, l’auteur a réussi à m’émouvoir mais surtout à me montrer qu’il a du talent, même si le style littéraire est simple, certainement pour rendre la lecture accessible au lectorat plus jeune. Et surtout, cela met l’accent sur la jeunesse du personnage principal, à travers cette correspondance intime entre Joseph et Louis qui est émouvante.

Emouvante, car suspendue entre deux mondes, entre la vie et la mort, qui peut faucher ce gamin qui n’avait rien demandé…

Ce livre a été sorti de ma PAL…

Aixois de 28 ans, il a été rédacteur technique dans l’industrie vinicole puis planificateur avant de se consacrer à l’écriture. Nominé au Prix Concours de l’Auteur Indépendant 2017, avec son livre « Espoir, sors-moi du noir »

Parution : 28 octobre 2016 – Auto-édité – Prix Numérique : 2.99€ – Prix Papier : 18€ – 292 PagesGenre : Drame, Résilience, fantastique

Ce livre a été sélectionné pour le Prix des Auteurs Inconnus, que je vous invite à découvrir Ici ou ici ou encore   🙂

J’ai avant tout été attirée par cette couverture et ce titre qui renvoie à l’enfance ! Ensuite j’ai découvert la 4ème de couverture, qui laissait présager un bon moment !

L’auteur, Errol Sabatini a un réel talent de conteur et nous embarque dans une histoire riche et tout en poésie

Je me suis immergée entre les lignes pour n’en sortir que tard dans la nuit. Le lendemain, il me fallait bien des allumettes pour rester les yeux ouverts au boulot… Mais j’étais sur un petit nuage et ça fait du bien !

Ce petit bijou, ce lit tout seul, les chapitres sont courts et l’auteur nous entraine dans le sillage de Naëlle qui décide d’acheter un vieux moulin en ruine et de s’y installer. Les habitants voient d’un mauvais œil son installation dans ce vieux moulin qui serait hanté… Mais elle se sent enfin vivre dans ce paysage qui lui permet de reprendre contact avec elle-même et d’appréhender plus facilement ses dons de voyance… La rencontre avec ce petit garçon de 10 ans, Julien, solitaire et peu bavard, sera le début d’une très belle amitié et Naëlle se fixe l’objectif de protéger cet enfant… Qu’elle pense en danger… Par sa faute….

Les personnages sont attachants et tellement vivants, que même les pires ont de l’humanité en eux !

Une petite bulle de bonheur, qui vous redonne l’espoir tellement il est plein de vie et de gaîté, malgré une histoire triste… Oui, il y a une histoire triste, mais les enfants ont une telle capacité de vivre et un tel regard sur les choses que voir par les yeux d’un enfant ça fait du bien !

Plusieurs vies en un livre, des vies parallèles, des vies brisées, mais des vies qui se construisent ou se reconstruisent grâce au talent de l’auteur !

La tendresse est un fil conducteur, mais sans jamais tomber dans mièvrerie… Bien au contraire la construction du récit aboutit à une réelle beauté du récit et avec un twist final de grand talent…

Même si le twist final a déjà été utilisé par d’autres auteurs, ici Errol Sabatini, lui donne un vraie sens psychologique pour donner une explication. Jamais je ne me serais imaginée cette fin, tellement le récit est bien construit ! L‘étrange s’invite sur la pointe des pieds.

Le plus ? Une petite note « oubliée » de l’auteur ! Que vous ne pourrez lire qu’une fois le livre terminé…

Un roman qui se déguste, mais qu’on dévore comme des petits biscuits…

Challenge ABC 2017 auto-édition – Prix des auteurs Inconnus

 

 

 

 

Profitant d’un changement de profession, il décide de se lancer dans l’écriture et de donner vie à son premier livre qui vivait au fond d’un tiroir. Il écrit depuis l’enfance et lorsqu’il a le temps, il peint.

 

 

Parution : 18 mars 2017 – Auto-édité – Prix Ebook : 2,99€ – Broché : 14,90€

206 Pages  – Genre : thriller psychologique – Roman noir – Drame

Il suffit Seulement quelques minutes pour qu’un auteur t’embarque dans une histoire familiale qui ne te laissera pas indifférent…

Un thriller qui débute sur une scène violente… La raison a bien failli abandonner Louise… Mais malgré la haine qu’elle ressent ou la haine qu’elle sent de ces parents qui l’ont élevé sans amour… Louise va vivre sa vie… Elle va mettre cette vie vécue de côté et se construire un autre moi… Profond et emprunt de doutes …

Des années plus tard, elle s’est construite… mais garde un œil bien ouvert sur son passé qui va surgir du plus profond de son inconscient pour la mener vers la lumière et vers sa quête, l’amour… Une quête bien légitime quand on en a été privé…

Qui sont Louise, Jade ? A qui appartient le squelette d’enfant enterrée dans ce jardin ?

Un petit livre addictif, qui se lit vite, doublé d’une très belle plume, sans fioritures, ni blablas.

Les sentiments sont au départ absents… Le tout est écrit comme on raconte un fait, comme un exposé, pour prendre de la distance… On sent que les secrets de famille doivent être analysés, décortiqués, pour être appréhendés… Et que ces secrets le lecteur va les prendre en pleine face… L’horreur n’est pas loin, l’horreur est sous-jacente et palpable… L’auteur joue avec nos sentiments, mais ses sentiments à elle sont aussi mis à rude épreuve, comme un vécu qu’on ose enfin affronté…

Peu de personnages, mais des personnages tous liés par une histoire commune, comme des fils que la vie aura tisser pour les relier entre eux pour qu’ils puissent vivre l’épouvantable, jusqu’au dénouement qui cassera ce fil et regroupera toutes les interrogations…

Le ton est donné dès les premières pages avec l’emploi de mots qui ne donne qu’une envie, c’est de plonger un peu plus dans l’horreur… L’horreur qui monte peu à peu et prend son envol et explose, jaillit pour en fin de compte faire en sorte que de ce drame du beau ressorte…

Une rose sur un tas de fumier, une vie gâchée, des vies gâchées, des vies malmenées mais unies dans l’amour filial et dans le pardon peut-être… Car pour avancer il faut savoir d’où l’on vient, pour avancer il faut se connaitre et pour se connaitre il faut parfois creuser dans les bas fonds de l’inconscient…

Paul, ce jeune homme confronté à la mort brutale de ses parents, range trie, commence un travail de deuil, qui ne sera peut-être pas si difficile… Des découvertes troublantes, que le jeune homme préfère ne pas voir quelques semaines avant la vente, vont resurgir, révélant non pas un mais plusieurs secrets, qu’il devra affronter…

On suit les traces de Paul pour peu à peu découvrir ces secrets et trouver les réponses avec lui, mais avec un train d’avance… On le suit dans ses réactions… Dans cette vérité qui se trouve dans l’inconscient de cette jeune fille, Louise… Mais qui est Louise ?

Une incroyable vérité va exploser, va jaillir et éclabousser tout ce petit monde, malgré tout, pour leur bonheur… Car ce bonheur auquel ils ont droit va les aider à se construire… Car la vérité, même si elle fait mal, permet de se construire… Cacher les choses, ne fait qu’engendrer doutes et incompréhensions…

L’auteur m’a ému, m’a subjugué par cette qualité narrative et par son retrait face à son récit. Le suspense se construit peu à peu pour arriver à ce final, qu’on devine mais qui est salvateur !

Un secret sordide qui vous mènera à vous interroger sur l’utilité des secrets et le bien fondé d’en avoir…

L’auteur a mis ses tripes dans ce roman et ça se sent, elle le fait avec retenue, sagesse et grand talent…

Son premier roman, « Il est toujours trop tard », publié en 2013, fait écho, d’une certaine manière à « Il suffit juste de quelques minutes »… Dans lequel elle nous montre qu’il n’est jamais trop tard pour se construire et avancer… Un livre qui témoigne d’un changement, d’une évolution….

Un roman court, mais il me semble que c’est la première fois qu’un de mes avis est aussi long….

Je laisse le mot de la fin à l’auteur :

Il est toujours trop tard, trop tard pour avoir des remords, trop tard pour avoir des regrets, trop tard quand les gens sont morts et que tout ne s’est pas dit tant que les mots pouvaient encore s’entendre, expliquer et apaiser les âmes. Trop tard quand on ne peut plus se retourner parce que la peur, l’orgueil, le temps ont trop passé…Mais il n’est jamais trop tard pour tourner la page et se laisser conduire dans l’infini richesse de la douleur qui construit, pour exprimer ses sentiments et ses ressentiments.M.V.

 

Challenge ABC 2017 auto-édition

 

 

 

Parution : 28 octobre 2016 – Auto-édité –

Prix Ebook : 2.99€ – Prix papier : 18€

292 Pages  – Genre : Drame, Résilience, fantastique

J’ai avant tout été attirée par cette couverture et ce titre qui renvoie à l’enfance ! Ensuite j’ai découvert la 4ème de couverture, qui laissait présager un bon moment ! Et l’envie de sortir quelque peu de ma zone de confort a fait le reste.

L’auteur, Errol Sabatini a un réel talent de conteur et nous embarque dans une histoire riche et tout en poésie

Je me suis immergée entre les lignes pour n’en sortir que tard dans la nuit. Le lendemain, il me fallait bien des allumettes pour rester les yeux ouverts au boulot… Mais j’étais sur un petit nuage et ça fait du bien !

Ce petit bijou, ce lit tout seul, les chapitres sont courts et l’auteur nous entraine dans le sillage de Naëlle qui décide d’acheter un vieux moulin en ruine et de s’y installer. Les habitants voient d’un mauvais oeil son installation dans ce vieux moulin qui serait hanté… Mais elle se sent enfin vivre dans ce paysage qui lui permet de reprendre contact avec elle-même et d’appréhender plus facilement ses dons de voyance… La rencontre avec ce petit garçon de 10 ans, Julien, solitaire et peu bavard, sera le début d’une très belle amitié et Naëlle se fixe l’objectif de protéger cet enfant… Qu’elle pense en danger… Par sa faute….

Les personnages sont attachants et tellement vivants, que même les pires ont de l’humanité en eux !

Une petite bulle de bonheur, qui vous redonne l’espoir tellement il est plein de vie et de gaîté, malgré une histoire triste… Oui, il y a une histoire triste, mais les enfants ont une telle capacité de vivre et un tel regard sur les choses que voir par les yeux d’un enfant ça fait du bien !

Plusieurs vies en un livre, des vies parallèles, des vies brisées, mais des vies qui se construisent ou se reconstruisent grâce au talent de l’auteur !

La tendresse est un fil conducteur, mais sans jamais tomber dans mièvrerie… Bien au contraire la construction du récit aboutit à une réelle beauté du récit et avec un twist final de grand talent…

Même si le twist final a déjà été utilisé par d’autres auteurs, ici Errol Sabatini, lui donne un vraie sens psychologique pour donner une explication. Jamais je ne me serais imaginée cette fin, tellement le récit est bien construit ! L‘étrange s’invite sur la pointe des pieds.

Le plus ? Une petite note « oubliée » de l’auteur ! Que vous ne pourrez lire qu’une fois le livre terminé…

Un roman qui se déguste, mais qu’on dévore comme des petits biscuits…

Je remercie l’auteur pour sa confiance et le lire ne fait que confirmer que l’auto-édition est le terreau d’auteurs de talent.

Challenge ABC 2017 auto-édition

Profitant d’un changement de profession, il décide de se lancer dans l’écriture et de donner vie à son premier livre qui vivait au fond d’un tiroir.

Il écrit depuis l’enfance et lorsqu’il a le temps, il peint.

 

 

 

 

Parution : 15 juin 2017 – Auto-édité – Prix ebook : 1,49€ –

223 Pages  – Genre : thriller psychologique – Roman noir – Drame

Solène Bakowski m’a retourné et encore une fois elle m’a entraîné dans le sillage d’une écriture de talent ! Une conteuse de la vie…

Avec un sac elle m’avait subjugué par son talent et avec cet opus elle démontre un talent de conteuse de la vie… la vie inexorablement meurtrie…

Ici point de meurtres…. Mais des cœurs brisés. … des vies brisées. … par la seule manipulation…

« On croit qu’on a oublié, on croit qu’on n’a pas fait attention, et puis il suffit d’un objet, d’une parole, d’une musique et tout remonte à la surface, y compris des détails qu’on ne pensait pas avoir relevés sur le moment. »

Comment pousser une famille vers la destruction. … comment s’imaginer un moment que l’amour peut vous détruire. .. pourtant un amour qu’on s’imagine inconditionnel peut nous détruire ou nous pousser vers le haut…

Encore une fois Solène Bakowski se sert de l’amour filiale comme terreau de sa trame, décortique les sentiments avec talent, finesse et en fin psychologue elle démontre que la vérité arrive toujours à trouver la porte de sortie !

On ne ressort pas indemne après avoir lu du Solène ! C’est en même temps une claque et une thérapie ! Oui j’ose le dire !

Vous vous poserez maintes fois la question : dois-je en fin de compte cacher certaines choses pour protéger ? Cacher un tel secret protège vraiment ceux que j’aime ?

Un secret, un non dit ronge son détenteur mais aussi ceux que l’on croit protéger en ne divulguant rien !

Avec ce livre, vous prendrez en pleine face vos secrets et leurs conséquences et toutes vos certitudes s’écrouleront !

Merci Solène, pour ce livre, merci pour cette écriture, merci pour cette thérapie !

« La haine est une araignée qui entoile tout et tout le monde, elle ne s’encombre pas de demi-mesure. »

Bizarrement, cette lecture a fait quelques parallèle à ma vie et je dois dire que tout du long je me suis sentie fière des choix que j’ai pu faire… fière d’avoir rompu avec les traditionnels secrets bien gardés qui te bouffent de l’intérieur !

Avec talent, empathie l’auteur te prouve par A+B que parler délie les nœuds et engendre compréhension. …

Parler, ne pas cacher permet de comprendre et mieux appréhender l’autre mais surtout de le comprendre….

Il est intéressant de noter que j’ai lu ce livre le lendemain d’une grande discussion entre 3 générations de femmes,  générations qui ont chacune à leur manière décider de briser le cercle de répétitions inconscientes dues à l’absence de parole…

La génération de ma mère 64 ans ne parlait pas et pensait protéger ses êtres aimés en cachant ses propres blessures, ma génération de 20 ans plus jeune a décidé de rompre ces secrets et de parler à la 3ème génération, ma fille 20 ans… en ne cachant rien ! Et j’ai vu les bienfaits….

Alors oui ! Un grand merci Solène pour cette lecture en avant première, un grand merci pour cette confiance, un grand merci pour cette thérapie, un grand merci de démontrer avec talent que l’être humain se croit fort mais est bien faible sans  remise en question…

L’amour peut-être une destruction, l’amour peut aussi élever celui qui le reçoit sans concessions sans tabous, sans secrets….

Aimer l’autre, c’est l’aimer assez fort pour faire confiance en son jugement ! Aimer l’autre c’est être sincère ! Aimer l’autre c’est lui faire confiance.

Être une mère ne donne pas un droit de diriger la vie de son enfant ! Aimer son enfant c’est lui faire confiance, l’aider à se construire et surtout le laisser voler de ses propres ailes…

On ne sort pas indemne d’une lecture comme celle-ci ! La plume de l’auteur te marque au fer rouge et laisse son emprunte indélébile….

Merci Solène….

56a3c076863eeSolène Bakowski est née en 1981. Elle est actuellement enseignante dans la région parisienne.

Lien vers sa bio

 

 

Challenge ABC 2017 auto-édition

 

 

Auto-édition ♦ Parution 21/01/2017 Pages : 301 ♦ Prix Broché : 16,90€ Pris ebook Genre : Thriller- Drame

« Le paradoxe de la condition humaine, c’est qu’on ne peut devenir soi-même que sous l’influence des autres. » Boris Cyrulink –

Quand réalité et fiction se croisent, cela donne un petit bijou à lire !

Quand tout est trouble, les frontières qui séparent la réalité et la fiction ont parfois tendance à se confondre…

Une belle histoire d’amour entre Romain et Elsa, qui débute à leur adolescence. Il est fasciné par elle, par sa part d’ombre. Lorsqu’elle disparaît, Romain, en pleine déchéance, meurtri, devenu alcoolique, décide de retourner sur les pas de celle qu’il va faire revivre en écrivant leur histoire en comblant les vides avec ce qu’il a imaginé…

« Je regarde encore le ciel. La lumière est belle. Le soleil n’est pas bien gaillard mais ses premiers rayons percent la grisaille. Là-haut, entre deux goélands, je vois des idées qui scintillent.
J’ai faim. Mon ventre gargouille. Ça gâche quelque peu la solennité de l’instant. J’ai faim donc je mange mes mots. »

L’auteur, Luca Tahtieazym, nous guide avec un grand talent, à travers une magistrale histoire complètement déstabilisante ! J’ai été prise dans ses mots et la trame de son écriture !

Les personnages sont aboutit, leurs hésitations, leurs sentiments, confèrent une réalité étrange, au point qu’on s’identifie à eux et qu’on les imagine sortir du livre et prendre vie…

J’ai été bouleversée par le réalisme et la vie qui fusait dans les veines des personnages ! Quel talent !

Deux parties, apparaissent rapidement : Une où Romain est centré sur sa douleur, sur son ressenti, son alcoolisme, il s’apitoie sur son sort, et rejette ceux qui l’aiment pour pouvoir glisser encore plus dans la déchéance…

Dans le seconde partie Romain apparaît plus humain et se dévoile beaucoup plus, se confie sur ses sentiments sans avoir peur. Un peu comme une auto-analyse psychologique qui permettrait de le grandir…

« J’ai donc été élevé comme un psychopathe. Ce n’est pas que je ne ressentais rien, non,mais plutôt qu’on m’engageait à rester mesuré à chaque fois que mon pouls battait un peu fort. Non dans cette famille, on ne s’emballe pas pour rien. On ne s’emballe pas tout court. »

La narration est excellente, la structure que Luca Tahtieazym, lui donne est tellement complexe qu’il nous entraîne dans les tréfonds de l’âme humaine, sans jamais nous pousser au voyeurisme. Bien au contraire, on garde une distance avec Romain, on l’analyse, on ne devient ni son pote, ni son ennemi. Il est d’une telle complexité qu’on le dissèque pour tenter de comprendre une partie de son mécanisme…

« Je fais avec. C’est une expression que j’affectionne, ça, de faire avec. On fait avec quand on n’attend plus grand-chose. Quand je lorgne ma tronche dans un miroir et que je soupire, je me dis que je vais faire avec. Après tout, il y a des gens qui se traînent la même mâchoire mais qui en plus n’ont rien connu qui les fasse vibrer un tant soit peu. Ce n’est pas mon cas. »

C’est le premier livre de l’auteur que je découvre et j’ai bien envie de me pencher sur les précédents, histoire de me faire plaisir et surtout de voir l’évolution qu’il a pu suivre dans son écriture…

D’un drame d’une grande banalité, l’auteur construit son « roman inachevé » d’une grande originalité où la fiction et la réalité se croisent pour un moment addictif et d’une grande réussite.

Ce roman ne m’a pas laissé sur ma faim. Ne vous fiez pas au titre, car c’est loin d’être un roman inachevé, bien au contraire, il est aboutit avec un final d’une très grande qualité et une belle surprise…

challenge polar et thriller 2016-2017

logopolarssharon1

ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

dropfin

Auteur de quatre romans : un thriller désespéré ayant pour cadre notre monde recouvert par une neige qui ne cesse plus de tomber (CHAOS), un diptyque sur la quête d’identité au suspens haletant (L’ombre et LE roman inachevé) et un OLNI flirtant avec l’humour et la philosophie (BAGATELLE ET LA CHAMADE DES CŒURS PERDUS), unique en son genre et finalement inclassable.