Archives pour la catégorie Sur mon écran

Secret Défense de Philippe Haïm

48da3ff736a6f

Date de sortie : 10 décembre 2008 (1h40)

Réalisé par : Philippe Haïm

Avec : Gérard LANVIN, Vahina GIOCANTE, Nicolas DUVAUCHELLE…

Genre : espionnage, action

Résumé Allo Ciné :

Chaque jour dans notre pays, mouvements terroristes et services de renseignements se livrent une guerre sans merci au nom d’idéologies que tout oppose. Pourtant, terroristes et agents secrets mènent presque la même vie.
Condamnés à la clandestinité, ces stratèges de la manipulation obéissent aux mêmes méthodes. Alex et Al Barad sont deux d’entre eux. A la tête du contre-terrorisme de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure) pour l’un et d’un réseau terroriste pour l’autre, ils s’affrontent en utilisant les armes dont les plus redoutables : les êtres humains.
Secret défense raconte leur guerre secrète à travers les destins de Diane, une étudiante recrutée par les services secrets français, et de Pierre, un paumé qui croit trouver son salut dans le terrorisme.
Formés et endoctrinés pour des missions qui les dépassent, tous deux sont pris dans un engrenage auquel ils ne semblent pas pouvoir échapper.
Seront-ils, l’un et l’autre, sacrifiés au nom de leurs « nobles » causes ?

Mon avis :

Un film qui nous embarque dans les coulisses du contre-espionnage français. Plutôt bien ficelé, bénéficie d’une mise en scène soignée, d’un jeu d’acteur convaincant (Nicolas Duvauchelle en tête) et d’une intrigue brouillonne au départ mais qui prend peu à peu ses marques pour nous captiver jusqu’à la dernière seconde même si la fin est un peu conventionnelle. Au final, Secret Défense est un bon film du genre, français de surcroît (c’est tellement rare que l’on soit convaincant dans ce genre de film ces dernières années qu’il fallait le préciser).

Publicités

Les Enquêtes du Département V : Miséricorde

header

Résumé Allo Ciné :

Suite à l’échec d’une opération, l’inspecteur chef Carl Mørck est affecté à la Section Q, dédiée aux vieilles affaires classées. Elle ne compte que deux membres : lui-même et son nouvel assistant, Assad. Bien qu’on leur ait ordonné de se contenter de lire et de trier les dossiers, l’opiniâtreté de Carl les plonge dans les mystères de la disparition de Merete Lynggaard. Cette belle femme politique a disparu cinq ans plus tôt d’un ferry. Le seul témoin est son frère, atteint de lésions cérébrales, qu’on a retrouvé hurlant sur le pont. L’affaire a été momentanément classée, concluant au suicide. Mais peu convaincus par cette explication, Carl et Assad se lancent dans une enquête qui les mènera bien au-delà de l’apparente courtoisie de la société scandinave.

Mon avis :

Un polar glaçant et sombre. Un très bon film avec un très bon casting , c’est du bon cinéma qui nous vient du nord, pas de course poursuite mais des états d’âmes.

Au delà de l’enquête il y a deux personnalités, Carl et son assistant Assad. Des rôles taillés sur mesure avec des caractères forts que tout oppose. Carl est introverti et taciturne, Assad est doux et plus optimiste. Ils vont faire preuve d’obstination pour aller au bout de leur enquête.

Nikolaj Lie Kaas est étonnant et joue parfaitement son rôle de rustre, il est d’une grande sobriété et le duo avec Fares Faress fonctionne bien.

Un scénario captivant et sans chichi, avec une intrigue tordue mais surprenante. Mikkel Norgaard a le sens du rythme nécessaire pour faire un thriller qui a de la gueule.

Je vous recommande la lecture du livre, qui est un vrai bijoux! je l’avais lu avant c’était donc très plaisant

 

71evYLlL2ZL

Résumé :

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s’acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l’avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d’encre. Mais, faute d’indices, la police avait classé l’affaire. Jusqu’à l’intervention des improbables Carl Mørck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d’origine syrienne. Pour eux, pas de cold case …

Couronné par les prix scandinaves les plus prestigieux, le thriller de Jussi Adler-Olsen, première enquête de l’inspecteur Mørck, est un véritable phénomène d’édition mondial.

Ma lecture actuelle, dont je vous parlerais dans un prochain post :

 

71dip1a1EeL

Avec une sortie le 8 avril au cinéma

Les Enquêtes du Département V : Profanation

 

 

 

Mon Doctor favori revient pour une 8ième saison

Je ne pouvais pas faire l’impasse sur cette information 😉 Doctor Who revient 🙂 pour une huitième saison, qui promet de belles découvertes. 

Plus besoin de présenter cette série culte. Cela fait plus de cinquante ans que Doctor Who nous fait vibrer. Petits ou grands, chacun attend la huitième saison avec impatience.

Elle marquera un nouveau tournant dans la série puisque, comme ce fut le cas à onze reprises par le passé, son héros s’est régénéré. Les aventures du Doctor à bord de son TARDIS reprendront le 23 août prochain sur la BBC. Il faudra attendre un peu avant de le voir débarquer chez nous, France 4 n’a confirmé aucune date pour l’instant 😦 On connaît le nom du tout premier épisode de cette saison 8 ! Il s’intitulera Deep Breath, soit « grande inspiration » en VF. Et il y a de fortes chances pour que l’on retienne notre souffle le 23 août prochain.

Un Amour d’Hiver : WINTER’S TALE

Lorsqu’on voit ce film on se pose des questions sur la fiabilité des critiques presses, dont la plupart ont massacré le film. Car ce genre d’histoire tintée de fantastique se fait décidément trop rare de nos jours, et pourtant, quel spectacle !!

Scénarisé et réalisé par Akiva Goldsman, scénariste de renom : Da Vinci Code, Je suis une légende, I Robot ou Batman.

Peu friande des romances, pourtant en y ajoutant une petite dose de fantastique et une intrigue qui se déroule au début du 20ème siècle, partant d’une histoire d’amour un peu banale à la base, on arrive finalement à une histoire bien plus complexe, mais aussi plus enchanteresse.

Le film raconte l’histoire d’un petit voleur irlandais orphelin à New York, Peter Lake (Colin Farell). Celui-ci se retrouve traqué par son ancien employeur, Pearly Soames (Russell Crowe) qui a mis sa tête à prix, mais il parvient à s’échapper grâce à un mystérieux cheval blanc. Avant de quitter la ville pour se mettre à l’abri des hommes de Pearly, il décide de faire un dernier cambriolage et fait la rencontre d’une jeune fille, Beverly Penn, riche héritière condamnée par la tuberculose. Nait alors entre eux une relation unique, où Peter va tout tenter pour sauver celle qu’il aime.

La musique est tout simplement sublime et participe avec brio à créer une atmosphère enchanteresse. Mais venant de Hans Zimmer 😉 , on ne peut que s’attendre à quelque chose de sublime. J’ai particulièrement aimé la chanson du générique de fin intitulée « Miracle »

Ainsi que la chanson de Birdy 🙂

Les acteurs principaux sont au top, principalement au niveau du duo Farrell/Crowe sur le coté Bien contre le Mal. Et c’est également une bonne surprise du coté de Jessica Brown Findlay que je ne connaissais pas jusque là, et qui interprète une Beverly Penn touchante. Les seconds rôles ne sont pas en reste, surtout Will Smith, en Juge Lucifer, William Hurt en Isaac Penn, et la gamine qui joue « Little Willa ».

Avec également une apparition surprise d’Eva Marie Saint.

Mais l’élément que j’ai surtout adoré, c’est la photographie. Le travail de gestion des ombres et surtout de la lumière est tout bonnement génial, et maitrisé de bout en bout. Les décors sont particulièrement réussi, mais également les paysages hivernaux qui sont tout bonnement magnifiques. Ainsi, la maison des Penn au lac est simplement merveilleuse (oui je sais je m’emporte un peu). Bon j’avoue, tout n’est rose et gai dans ce film, loin de là… Car bon, l’histoire avec les démons, ça se révèle après réflexion au final peu crédible.

Concernant les effets spéciaux, j’avoue être assez partagé. D’un coté, certains font très kitch (je pense notamment aux ailes du cheval) et d’un autre, cet effet kitch n’est pas sans ajouter un petit effet fantastique indéniable. Mais bon, tout ça n’est vraiment pas tellement un problème, car dans l’ensemble, je n’ai absolument pas boudé mon plaisir.

Au final, une petite merveille à mon goût trop critiquée et trop mal distribuée (à peine deux semaines à l’affiche) pour être appréciée à sa juste valeur.