Parution : 1er juin 2017 – Auto-éditionPrix papier : 25€ – Prix numérique : 3,99€ – Pages : 388 – Genre : Polar, thriller

Vingt ans séparent les meurtres de Limoges de ceux de Périgueux, pourtant en 1995, le meurtrier a été interné en hôpital psychiatrique. Alors que c’est-il passé ? Pourquoi les meurtres recommencent avec autant d’horreur ?

Certaines enquêtes mettent du temps à débusquer un tueur et Sophie Mancel va balader son lecteur, de Limoges en 1995 à Périgueux en 2015. Les flics vont devoir trouver le meurtrier, pour éviter que des jeunes femmes enceintes soient trucider.

On plonge rapidement dans le feu de l’action avec une construction classique à l’alternance de chapitres, de longueur variable. Le manque d’équilibre entre les chapitres m’a rendu perplexe, mais heureusement, c’est un point que l’on oublie rapidement, au regard de l’intrigue.

Sophie Mancel, arrive à tirer son épingle du jeu, grâce à une histoire bien menée et dont le travail historique sur les religions est très bien documenté, pour le rendre très crédible. Alors même que la forme est assez classique, ce polar évite les écueils d’une intrigue banale.

Le lecteur se laisse facilement entraîner par le travail des enquêteurs et par les révélations qui jalonnent le récit avec, notamment, un aspect religieux des meurtres assez différent de ce que l’on peut lire.

Les meurtres coïncident avec des pluies diluviennes, rendant l’atmosphère sombre et la météo ne fait que rendre le mysticisme de ces meurtres que plus prégnant.

On peut regretter la misogynie de certains gendarmes, mais, même si c’est une des choses qui m’a gêné, Sophie Mancel, semble rendre compte du regard d’un univers très masculin et qui ne fait que traduire la réalité du quotidien de certains flics. Donc, une fois que l’on dépasse cet aspect, on s’aperçoit que l’auteur fait évoluer les mentalités de ses protagonistes, démontrant ainsi qu’une femme est tout aussi capable.

Des personnages hauts en couleur aux caractéristiques bien travaillées, ce qui donne de la crédibilité à l’intrigue. Et même si j’ai eu des doutes sur le tueur, je dois dire que l’auteur a vraiment été jusqu’au bout d’un bon polar qui divulgue avec parcimonie les indices, afin que le lecteur ait des soupçons, mais sans jamais se dire que c’est trop facile, grâce au savant dosage entre chaque révélation.

Un livre perfectible, au style parfois maladroit, avec des fautes d’orthographe qui demeurent, par moment trop présentes, dont l’intrigue relève largement la qualité. La quatrième de couverture est beaucoup trop longue et devrait être réduite des 2/3 afin de ne pas trop en dire.

Ce livre m’a été envoyé par l’auteur en service de presse. Pour en savoir plus sur les conditions vous pouvez consulter la page Partenariats

Parution : 30 août 2018 – Autoédition – Prix papier : 11,98€ – Pages : 208 – Genre : thriller initiatique

Les retours, élogieux, trop élogieux, qui foisonnent sur les réseaux sociaux, me font de plus en plus prendre mes distances avec certaines lectures.J’ai une sensation de copinage exacerbé qui me hérisse et me donne envie de m’affranchir de plus en plus des dictats de certains lecteurs. Ces derniers mois, j’ai vu fleurir un rejet, d’une rare violence verbale, des retours mitigés ou négatifs, qui n’allaient pas dans le sens des lecteurs… Ou de l’auteur lui-même…

Bref, tout ça pour vous dire, qu’afin d’éviter d’être taxée de « copinage » avec l’auteur, je préfère, laisser passer quelques mois, avant de me faire mon avis.

Je ne vais pas vous mentir en disant que j’attendais impatiemment de lire le second opus de Vanaly Nomain, même si j’avais apprécié son premier livre «Emulsion : Au-delà du visible ».

En effet, entre les retours élogieux et la sensation d’un livre identique au premier, la quatrième de couverture, qui fait penser à une lecture philosophique, parsemée de morales, je n’étais pas pressée…

Pour les retours, je vous laisse juges, pour le livre, je peux vous en parler… Il est très différent du premier, donc un ouf de soulagement, de ce côté-là…

Sur la route de sa vie, Léa rencontre Ugo, SDF hypersensible, que Sophie tente de retrouver…

Ugo, artiste peintre, a le don de voir l’âme des gens, dans ce qu’elle de plus beau ou de plus horrible. Grâce à son coup de fusain, ceux dont il dessine les traits sur la toile, prennent forme. Mais il peut aussi entendre ces âmes qui croisent son chemin. Les voix se font parfois agressives et ne font qu’accentuer ses phobies…

Léa, a grandi en foyer et essaie de ne garder que le positif que la vie veut bien lui accorder. Sophie, désespère de retrouver Ugo. En tant que Psy, elle sent qu’elle n’a pas été au bout de son travail avec lui. Grâce à elle, l’intrigue, va en partie se révéler et permettre au lecteur d’appréhender l’histoire sous un angle intéressant.

L’auteur s’affranchit de son premier livre, tant au niveau de l’intrigue, totalement différente de son premier, qu’au niveau de l’écriture, que j’ai trouvé moins emprunte de spiritualité ou de philosophie de vie.

Pour le coup, ici, il y a un thriller qui sommeille dans « sombrent les âmes » et j’ai beaucoup apprécié cet aspect.

Une histoire très agréable, avec une galerie de personnages travaillés, une plume simple, subtile et sensible, le tout donnant du corps à une intrigue que l’auteur souhaite rendre lumineuse malgré la noirceur de certaines âmes… Le lecteur est pris facilement par l’histoire qui capte son attention et l’intrigue reste différente de ce que beaucoup d’auteurs servent pour satisfaire ses lecteurs…

Malgré ces points positifs, une pointe de déception n’a cessé de me poursuivre tout le long de ma lecture et qui malheureusement n’a fait que s’attiser au final et je ressors déçue !

L’auteur a tellement voulu peaufiner son écriture, son intrigue, qu’elle en a oublié l’essentiel : l’émotion ! Les mots qui donnent de la puissance au récit !? La plume, malgré qu’elle soit agréable, reste d’une platitude désespérante. Rien de percutant. Cette noirceur des mots, ne m’a pas collé un uppercut, ne m’a pas fait mal au bide ou mal à mon petit cœur.

Un manque de profondeur par moment qui m’a fait lever les yeux au ciel, en me disant : « Mais pourquoi ? »

Pourquoi, l’auteur n’a pas évité les lourdeurs ? Pourquoi, certains passages semblent moins travaillés que d’autres ? Pourquoi on sent comme une urgence vers la fin… Une urgence de terminer cette écriture ?

De manière générale, j’ai été tiraillée tout le long de ma lecture, entre une histoire très intéressante, un manque de punch dans les sentiments, qui restent trop plats et cette sensation que l’auteur hésitait entre être gentille, ou passer à l’étape supérieure et faire mal à son lecteur.

Malheureusement, ce manque d’émotions a quelque peu gâché cette lecture qui m’a fait l’effet d’un électrocardiogramme plat…

Ugo vit dans la rue. Il dessine pour apaiser les voix qui hurlent dans sa tête. Léa vit dans un minuscule appartement. Elle écrit pour repousser les démons du passé. Sophie est psychiatre. Elle cherche Ugo désespérément. Trois âmes meurtries, trois voix torturées qui se croisent, se cherchent et vont tout faire pour ne pas sombrer. Peut-on entendre le bruit de l’âme qui sombre ? Peut-on le déceler lorsque l’appel se transforme en un souffle sourd, lorsqu’il n’est plus que murmure lointain ? Nous trébuchons, souvent. Nous nous effondrons, parfois. Il est erroné de penser que la vie est plus forte que tout, faux de croire que les épreuves nous rendent toujours plus valeureux.
La vie abîme nos rêves et nos espoirs, parfois jusqu’à la moindre parcelle de lumière. Elle dépose des fleurs et des ronces sur notre chemin, au hasard, au détour d’une promenade. Il nous arrive de les effleurer, de les arracher ou de nous y écorcher.

Parution : 20 juin 2017 – Auto-éditéPrix papier : 9,99€ – Prix Numérique : 3,99€ – Pages : 247 – Genre : thriller-psychologique

Un premier roman, un auteur auto-édité, une couverture intrigante et une quatrième de couverture très intéressante, voilà quelques ingrédients qui m’attirent dans un livre…

Tout au long de cette lecture, on découvre deux hommes… Deux hommes que tout semble opposer… Pourtant, ils vont se rejoindre, pour ne composer qu’une seule intrigue… Une intrigue très intéressante.

Quels liens peuvent bien avoir un père de famille, aimant, bosseur et qui donnerait tout pour sauver sa boite et cet homme, mal dans sa peau, écorché vif, qui ne cherche qu’à être aimé ?

L’auteur dévoile peu à peu sa trame, joue sur deux tableaux et embarque son lecteur, dans une histoire dérangeante, mais beaucoup plus simple qu’il n’y paraît, une fois que le lien est fait.

Pour autant, je n’ai pas réussi à avoir d’empathie pour ces deux hommes… Certainement, un manque de rythme et une histoire trop linéaire, sans réel rebondissement. L’auteur, doit à mon sens travailler plus ses personnages pour leur donner une vraie personnalité.

Un récit assez court, qui n’arrive pas à décoller, alors même que l’histoire est assez surprenante où les époques s’alternent de manière bien travaillée.

Il faut attendre la toute fin, pour que mon intérêt reprenne et là, je dois dire que l’auteur arrive à me reprendre par la main et à me repêcher, alors même que je commençais à me noyer dans ses filets… Le final arrive, quelque peu, à balayer ce qui m’a gêné et pour le coup, heureusement que je me suis accrochée, car j’ai bien failli me noyer…

Le manque de rythme, une intrigue qui tarde à se mettre en place, ne laisse pas le lecteur s’immerger rapidement.

Comme tout premier roman, il est perfectible, gageons que l’auteur a fait évoluer sa plume dans son second livre, que je ne tarderais pas à lire… Car il y a du potentiel.

Ce livre m’a été envoyé par l’auteur en service de presse. Pour en savoir plus sur les conditions vous pouvez consulter la page Qui suis-je ?

Passionné de football, il rêvera toute sa jeunesse de faire de ce sport son métier, avant qu’une grave blessure au genou ne l’éloigne des terrains. Il se concentrera alors sur ses études et obtiendra son diplôme d’ingénieur à l’Institut National des Sciences Appliquées de Rouen, en 2004. « Sixième sens », sorti en 1999 et réalisé par M. Night Shyamalan, provoque un déclic dans son esprit. Il se met alors à imaginer des histoires aux dénouements improbables. Par la suite, ce sont les séries américaines, mais également des auteurs comme Dennis Lehane, Harlan Coben ou encore Maxime Chattam qui nourriront son inspiration… jusqu’à ce que le besoin de se lancer finisse par l’emporter.

 

img_20181129_154741_9065375736433008960666.jpg

Parution : 2 décembre 2016Editeur : Librinova – Prix Numérique : 2,99€ – Prix Papier : 15,90€313 Pages – Genre : Littérature

Rien ne m’attirait dans cette lecture… Cette couverture, trop fleur bleue, trop lisse… Trop rose… Un côté trop sensible qui a tendance à me repousser… Les 10 premières pages, que je trouvais trop lentes à mettre en place une intrigue, que je ne percevais pas…

En fait d’intrigue, c’est un récit, une initiation, une quête de soi…

Avec une plume douce, lente qui aurait pu décourager, l’auteur arrive à transporter le lecteur dans un univers en construction… En devenir…. Cet homme, à la mémoire qui flanche, ne ressemble-t-il pas à ce que nous voudrions parfois vivre…

Pour oublier…

La mémoire est le centre de la connaissance de l’être humain… L’amnésie est ici, vécue comme une certaine délivrance, malgré les interrogations… Cet homme en pleine errance, qui n’a aucun souvenir de son passé… On ne sait rien de lui… Pourtant, son parcours va être jalonné de rencontres…

C’est un livre avec lequel on évolue au rythme du personnage…

La route a été agréable et contre toute attente, je l’ai terminé de belle manière en faisant une jolie découverte…

Cet homme, va cherche à comprendre pourquoi il se retrouve parachuté dans un endroit paumé, au contact de gens qu’il ne connait pas, mais qui sont tous d’une gentillesse déconcertante… Malgré un sentiment, qu’il n’arrive pas à cerner, entre l’envie de se poser, de passer à autre chose, malgré un sentiment d’inachevé…

Même si on devine le chemin que l’auteur souhaite nous faire prendre, sa plume est empreinte de bienveillance et nous embarque dans ce récit, nous prend par la main et nous guide… On tourne les pages, impatient de comprendre….

Tous les indices parsemés, ajoutent une note de mystère entretenue, jusqu’à la fin…

Un hymne à la vie… La trace qu’on laisse… Le sentiment de plénitude qui t’envahit quand tu comprends le sens de tes actes, de tes choix… Mais surtout quand tu comprends que certains de tes actes influencent ton parcours…

Sans le Prix des auteurs inconnus, c’est un livre que je n’aurais pas lu et je serais passée à côté d’une plume très agréable, lente, mais de cette lenteur qui te donne envie de prendre le temps, de laisser l’auteur te prendre par la main et te guider vers la vérité… Du moins une vérité…

Une très belle découverte. Une quête de soi… Une quête d’identité qui permet de trouver une réponse, parmi tant d’autres…

Il est parfois des livres, que vous ne choisissez pas, mais qui s’imposent à vous…

Né en 1978 à Abbeville, Yann Déjaury vit actuellement dans la région Lilloise. Scientifique de formation, il aime quitter son esprit cartésien pour laisser place à l’imaginaire qu’il exprime à travers la pâtisserie, les objets décoratifs et l’écriture.

Plus d’infos sur l’auteur :

– Twitter : https://twitter.com/YannDejaury
– Instagram : https://www.instagram.com/yanndejaury/
– Facebook : https://www.facebook.com/yanndejauryauteur/

Ce livre m’a été envoyé par la maison d’édition ou l’auteur en service de presse. Pour en savoir plus sur les conditions vous pouvez consulter la page Qui suis-je ?

46511328_10213912940478422_731171401360211968_n

 

Parution : 15 mai 2018 – Auto-éditionPrix broché : 17€ – Prix Numérique : 2,99€ – Pages : 388 – Genre : Dystopie – Anticipation – Science-fiction – Thriller

Avec ce titre l’auteur change complètement de registre et je dois dire qu’elle arrive à merveille à donner corps à un récit dystopique très crédible.

Comme le titre l’indique, nous sommes en 2063, un bond de 45 ans dans un futur complètement hermétique aux sentiments… Ces sentiments qui sont l’essence même de l’être humain.

Même si l’intrigue semble profiler un futur hostile à l’Homme, avec des émotions annihilées, on ne peut ignorer la nature humaine, où le cerveau est notre moteur. Faire disparaître les émotions semble être une chose simple, cloisonner les gens en les étudiants, les façonnant pour en faire des marionnettes malléables à souhait ! Mais c’est sans compter, sur l’organe qui fascine le plus… Le cerveau ! Ce cerveau qui décide de déjouer les plans tout tracés de l’élite qui décide…

Fauve est dans un centre éducatif, mais à travers ses rêves, sa curiosité va la pousser à chercher les origines de son monde en 2063, un monde autoritaire où l’être humain n’a plus le droit de choisir.

L’auteur arrive à construire un univers très réaliste, qui par moment trouve écho dans notre monde, à travers ses deux personnages attachants et bien construits. Fauve en 2063 et Mégane en 2027, chacune lutte à sa manière, pour la vérité.

A travers le journal de sa grand-mère Fauve va ouvrir les yeux et comprendre que la vérité est falsifiée.

La révolte jalonne le texte de Magali Cervantès, une révolte contre le système qui nous ment… Qui nous manipule… Et dont les effets, sur les masses est destructeur. La préservation de l’espèce humaine n’est pas un jeu et cela commence par une prise de conscience.

L’auteur nous entraine dans son univers où les chapitres s’imbriquent parfaitement, puisqu’elle dilue les informations au fil de l’eau et au fil de la découverte par Fauve du carnet de sa grand-mère.

Une plume toujours travaillée et qui démontre bien que l’auto-édition recèle des talents méconnus et qui méritent d’être dans la lumière.

Je dois dire, que ce genre sied parfaitement à l’auteur, que j’ai eu le plaisir de découvrir dans un thriller-psychologique très agréable. J’espère qu’elle renouvellera l’expérience car j’ai apprécié cette lecture parsemée de dystopie, d’écologie et où la politique a pris le pas sur le tout…

L’auteur livre une réflexion très intéressante sur un futur qui ne semble pas dénué de sens… Si aucun changement n’est fait…

chat-europeen-860070599

 

 

 

 

Parution : 6 juin 2017 – Auto-édité – Prix Numérique : 2,99€Prix Papier : 11,90Pages : 265 Genre : Thriller-psychologique

Quelle belle démonstration de qualité littéraire, avec ce récit qui allie aussi bien belle intrigue psychologique que belle plume !

Je remercie sincèrement l’auteur qui a compris que les thrillers psychologiques avaient ma préférence.

Une histoire qui débute sur un drame, avec toutes les interrogations, les dénis, le refus d’affronter la réalité que cela suscite. Un postulat de départ assez classique mais qui va prendre un virage à 180° ! Un retournement de situation que l’on ne voit pas venir…. Ou dirais-je, que l’on se refuse de voir, tellement c’est énorme ! Glauque ! Tordu !

Tous les superlatifs du genre s’appliquent… L’auteur a le don de faire monter la pression pour que le lecteur soit broyé par des révélations toutes aussi incroyables les unes que les autres.

Avec une plume travaillée, maîtrisée, Frédérique Hoy, ne se perd pas en descriptions superflues et le lecteur est malgré lui entraîné dans ce que l’être humain peut avoir de plus sombre… Les personnages sont minutieusement travaillés avec une psychologie propre, ce qui leur donne une identité chacun, même aux plus secondaires.

Malgré toutes ces qualités, je n’ai ressenti aucune empathie pour les personnages… Sauf, pour Simon…

Ce n’est certes pas dû à l’auteur, mais plus à moi qui fuie les douleurs que l’on peut ressentir et garde une distance salvatrice face à ce type de lecture. En effet, je ne lis pas d’intrigues avec disparitions d’enfants… J’évite, ma sensibilité ne résistant pas… J’ai réussi à dépasser mon rejet premier, pour m’attacher à la plume de l’auteur et à son intrigue qui peu à peu prend une dimension bien différente qu’une simple disparition d’enfant…

Un coup de génie! Brillantissime, inattendu et bluffant !

Un thriller psychologique d’une densité maîtrisée, au suspense maintenu du début à la fin doublé d’un page Turner, qu’on lit avec frénésie sans pouvoir le lâcher.

Lu en une matinée, ces 265 pages furent un bonheur à découvrir.

Un final, qui pourrait sembler déconcertant, mais que je trouve parfait. Il est à l’image de cette intrigue : sombre, réaliste et humain…

Frédérique Hoy est née dans l’Oise en 1978. Après une décennie à enseigner les Lettres classiques, elle a enfin décidé de quitter l’école et consacre aujourd’hui son temps à sa grande famille et à l’écriture de romans qui assouvissent son besoin compulsif de réinventer la vie.
« Et un jour, disparaître » est son premier roman publié. Elle est également l’auteur de « Lune ou l’autre » paru aux éditions YakaBooks en juillet 2017.

page Facebook : https://www.facebook.com/hoyfrederique/
Twitter : https://twitter.com/frederique_hoy