De cendres et de larmes de Sophie Loubière

Je ne connaissais pas la plume de Sophie Loubière, j’étais donc curieuse de la découvrir et intriguée par ce couple dont l’un sauve les vivants et l’autre veille les morts.

L’auteure décortique ses personnages, leur donne corps et j’ai aimé Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, son mari Christian, conservateur au cimetière de Bercy. Michael, ado rebelle, né d’un premier mariage, un peu geek qui va se découvrir un talent pour le paranormal. Eliot CM2 harcelé à l’école, un brin froussard et Anna rêveuse mais au caractère affirmé. Sans compter des personnages secondaires qui gravitent autour de cette famille et qui vont apporter leur lot d’interrogation et d’angoisse.

La famille maintient un semblant d’unité malgré un fragile équilibre dû aux métiers bien particuliers des parents. La maison révèle ses fêlures, à l’image de celles de la famille. Lentement. Insidieusement.

Le Cimetière de Bercy théâtre de toutes les peurs et croisement de toutes les angoisses avec la maison de fonction de 180m2 mal entretenue, aux murs qui suintent, aux craquements assourdissants, qui semble avoir absorbé toutes les horreurs passées…

Je dois dire que dès le prologue Sophie Loubière réussi à éveiller mon intérêt, en débutant son intrigue sur l’incendie qui ravage Notre-Dame de Paris en avril 2019 et donne ainsi le ton à une intrigue qui se révélera noire et dramatique. Le déménagement semblait idyllique pourtant, on assiste à la lente descente aux enfers d’une famille apparemment unie. Côtoyer les morts, ne va pas être de tout repos.

La tension monte crescendo au point que l’auteure joue avec nos nerfs avec une intrigue sur le fil du rasoir entre fantastique et thriller. Pourtant, il n’y a rien de fantastique dans l’imagination des personnages dont les peurs surgissent au gré des bruits, grattements d’animaux ou intrusions au sein de ce cimetière vecteur des peurs les plus primaires. Ajoutez à cela une maison qui semble prendre vie avec des bruits inquiétants et dont l’humidité suite par tous les pores de ses murs, où le moindre craquement prend aux tripes et fait galoper l’imagination de nos chers personnages.

Cette maison représentant le siège familial révèle peu à peu ses failles, à l’image de cette famille dont les relations se délitent au gré des absences de la mère, héroïne des temps modernes, du mal-être de Christian qui sombre peu à peu dans une mélancolie qui l’entraine aux portes de la folie. Une famille à la dérive dont le sort semble inexorablement la mener vers une fin catastrophique.

L’auteure brouille les pistes en maintenant une tension palpable tout le long du récit, jusqu’au final que l’on croit deviner. Un thriller psychologique qui décortique l’âme humaine et aborde en filigrane des questions de société. A travers le personnage de Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, Sophie Loubière rend un bel hommage aux pompiers et leur dévouement, tout en leur donnant un visage humain, à travers leur famille.

Une excellente lecture teintée d’angoisse, grâce à la plume descriptive, immersive, des personnages attachants, aux fêlures palpables. Une tension oppressante qui maintient le lecteur à la frontière du thriller et du surnaturel grâce à une intrigue qui réveille l’imagination.

Madeline, Christian et leurs enfants rêvent depuis longtemps d’un appartement plus grand où chacun aurait son espace. Un rêve rendu impossible par la réalité du marché parisien. Quand l’occasion se présente pour Christian d’obtenir le poste de conservateur au cimetière de Bercy, avec un pavillon de fonction de 180 m2, la famille Mara n’hésite pas et s’y installe au début de l’été 2019. Peu à peu, les enfants se font au panorama. Tandis que Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, sauve les vivants, Christian veille les morts. L’âpreté de son métier réveille bientôt en lui le besoin d’extérioriser ses émotions par la peinture. Au cœur de ce fragile équilibre où les métiers de l’un et de l’autre pèsent lourd, la maison révèle ses fêlures. Lentement. Insidieusement.
Quelque chose menace cette famille recluse au milieu des tombes.
Une menace dont personne ne mesure encore l’ampleur.

Parution : 3 juin 2021 – Éditeur : Fleuve – Pages : 352 – Genre : thriller, thriller psychologique



Catégories :Challenge Polars et Thrillers, Thrillers

Tags:, , , ,

16 réponses

  1. Tout à fait le style de thriller psychologique que j’aime. Le paranormal, les histoires de fantômes, ça m’a toujours fasciné 😉 Merci Julie ! 😊

    Aimé par 1 personne

  2. Si ton but est de nous donner envie de lire ce livre, c’est réussi.
    Bonne soirée et bon ouikènde, Julie.

    Aimé par 1 personne

  3. Alors c’est tout bénef pour moi.
    Bonne soirée et excellent ouikènde (j’adore!) 😘

    Aimé par 1 personne

  4. Merci à toi Frédéric 🙂
    Si j’utilisais cette appréciation trop galvaudée, je dirais que c’est un coup de ❤
    Bonne soirée 😉

    Aimé par 1 personne

  5. Le « ouikènde », je l’ai emprunté à Raymond QUENEAU. 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. Voilà qui donne très envie! Merci pour la découverte.

    Aimé par 1 personne

  7. Je lirai ton retour un peu plus tard… ne m en veux pas 🤩

    Aimé par 1 personne

  8. Hâte de lire ton avis 😉

    Aimé par 1 personne

  9. Déjà faut que je commence le livre 😬

    Aimé par 1 personne

  10. 🤪😂😁

    Aimé par 1 personne

  11. Peux pas tout faire lire et sortir 😂 mais pour bientôt promis !

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Sophie Loublière – Ju lit les mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :