Léviatown de Philip Le Roy

page25_2

Parution : 20/09/2007- Editeur: La Baleine – Collection : Club Van Helsin – Pages : 237  – Prix : 9,90€ – Genre : fantastique

Hugo Van Helsing, descendant du fameux chasseur de vampires de Bram Stoker, dirait le plus sérieusement du monde : « malgré le positivisme ambiant, des montres rôdent encore dans nos mégalopoles éclairées au néon. »

Une collection de 12 romans, de belles  couvertures, des monstres avec pour toile de fond notre  société moderne. Chaque livre est indépendant mais avec des personnages récurrents.

  • Guillaume LEBEAU : Gold Gotha
  • Maud TABACHNIK : Tous ne sont pas des monstres
  • Johan HELIOT : Question de mort
  • Jean-Luc BIZIEN : Mastification
  • Philip LE ROY : Leviatown
  • Denis BRETIN et Laurent BONZON : Mickey Monster
  • Catherine DUFOUR : Délires d’Orphée
  • Xavier MAUMEJEAN : Freakshow
  • Jean-Marc Lofficier : Crépuscule vaudou
  • Paul HALTER : La nuit du minotaure
  • Pierre GRIMBERT : Saigneur des loups
  • Pierre PELOT : Outback

J’ai apprécié cette lecture très visuelle, comme un bon film d’action, avec une héroïne pleine de ressources,  Kathy Khan, descendante de Gengis Khan et kunoichi (femme Ninja), doit se battre à tous les étages contre une machination orchestrée par les quatre princes de l’enfer. Elle découvre, au fil de l’aventure, l’amitié, l’amour, emportée dans un train à grande vitesse.

La plume est vive, sans temps morts, on en prend plein les yeux et les oreilles avec des bandes sons qui nous poussent à aller les écouter si on ne les connaît pas !

Le parallélisme fait entre l’avènement du mal et la tour construite sur les décombres du World Trade Center, est excellent.

Le final est très surprenant et tellement bien construit qu’il en est probant et on se plaît à imaginer une vérité à tout cela…

Une lecture emplie d’hémoglobine et d’action, dans une tour avec des étages cachés, des ascenseurs truqués, des tueurs dans tous les coins et des personnages complètement étranges…

Avec Léviatown, Philip Le Roy aborde un aspect très intéressant et donne matière à s’amuser et réfléchir… Il imagine que la Freedom Tower, construite sur les décombres du World Trade Center incarne le nouveau pouvoir économique aux yeux du monde et que Hugo Van Helsing y détecte un signe de l’apogée de Léviathan sur terre.

Je n’ai d’ailleurs pas pu résister et j’ai réussi à me procurer la quasi totalité des titres… Je tenterais de vous faire découvrir d’autres livres issus de ce fameux club…

 

visuel-cvh

Les grands mythes monstrueux : légendaires, littéraires et cinématographiques réapparaissent ici et maintenant, mais sous la houlette d’Hugo Van Helsing, descendant du héros de Bram Stocker, des chasseurs les affrontent. Ils formant le Club Van Helsing…

Une volonté pour la série de rassembler les meilleurs ressorts de la littérature populaire, héritage du XIX° s et du techno thriller d’aujourd’hui. CLUB VAN HELSING apparaît ainsi comme la première collection littéraire défendant la fusion des genres : polar, science-fiction, fantasy, thriller…

Les éditions Baleine ont été créées en 1995 et ont donné naissance à la célèbre série LE POULPE. Essentiellement tournée vers la littérature de genre, BALEINE compte aujourd’hui environ 360 titres au catalogue. L’objectif des fondateurs, et la continuité du projet éditorial, c’est l’ambition de décloisonner les « mauvais » genres littéraires (Polar, SF, gothique, romans sentimentaux, angoisse et horreur), en leur donnant des lettres de noblesse qu’elles n’ont jamais eu, ou perdu. (Sources : Éditions Baleine)

Philip Le Roy a d’abord suivi des études en école de commerce avant de devenir scénariste pour la publicité et le cinéma.

Il se lance dans l’écriture en 1998 avec la publication d’un premier thriller, « Pour Adulte Seulement », remarqué par la critique à sa sortie et couronné du Prix Polar de la ville de Toulouse. Il récidivera l’année suivante, dans ce même genre qu’il a semble-t-il adopté, avec « Couverture Dangereuse ».

Il reçoit en 2005 le Grand Prix de littérature policière pour son roman « Le Dernier Testament ». Il se dit influencé par de nombreux cinéastes dont Alfred Hitchcock, Stanley Kubrick, Brian de Palma ou encore Quentin Tarantino.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Léviatown de Philip Le Roy »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.