En chasse (Roman policier mais pas que…) de Jess Kaan

 

Ce qui m’a attiré dans ce livre ? Son titre et sa couverture… 

Ce que j’y ai découvert ? Un sujet brillamment mené, malgré une intrigue qui remue les tripes ! 

Le viol n’est pas une mince affaire à explorer, pourtant l’auteur s’en sort avec brio ! Mais, à travers ce sujet, il touche les fondements de notre société, avec notamment le traitement apporté à ces affaires à la limite du supportable… 

Le livre débute d’ailleurs sur scène de viol, dont il dépeint l’horreur, l’abject qui côtoie la peur de la victime, c’est très visuel et certains lecteurs pourraient avoir envie de poser le livre. Pour autant, on a envie d’explorer plus en profondeur le propos que l’auteur souhaite aborder… 

On sent une retenue dans la plume, une empathie pour ces victimes, que l’on découvre au fil du récit. Mais cette retenue est un sentiment sous-jacent, qui ne fait que mettre en exergue l’empathie, sans jamais tomber dans la pitié, dont font preuve, les enquêteurs. 

Mettre les mots, sur les maux, c’est bien là ce qu’évoque l’auteur. Les victimes, n’ont pas besoin de pitié, elles ont besoin de réponses et d’être entendues. Leurs voix sont criantes de vérité à travers une plume, sans concession, l’auteur laisse libre cours à la parole, qui se veut délivrance. Une délivrance qui même si, elle n’efface pas l’horreur, est salvatrice. Être reconnue en tant que victime, permet de se construire, alors même que cela semble impossible… 

Jess Kaan, aurait pu tomber dans la facilité en tombant dans le voyeurisme gratuit, mais il évite ce travers, en élevant l’humanité des personnages au plus haut degré. L’écoute, la retenue, la bienveillance… Même si nous savons que cela n’est pas une généralité, on sent le désir profond de l’auteur, que cela le soit.

C’est une lecture qui marque, dont le sujet ne peut laisser indifférent. Car, si l’on creuse un peu, comme j’aime le faire, on y découvre une étude sociétale approfondie. Plusieurs sujets, sont abordés en filigrane, la famille, le cancer, les SDF Mais aussi les voix qui s’élèvent et crient leur indignation, leur envie de rentrer dans le lard et de mettre à terre la perversité…

Des femmes violées, humiliées, sans possibilités de reconstruction, face, non seulement à l’injustice qu’elles subissent, mais parfois, face au pire, qui reste à venir, alors que l’horreur est passée. 

Un thriller qui ne laisse pas insensible, où l’horreur côtoie la réalité, jusqu’à la toute fin où le coup de grâce apporte la délivrance.

Ce livre a été lu, en partenariat avec la maison d’édition. 

4° de couverture

Nord de la France. Le lieutenant Boris Lisziak vient d’arrêter Le Moraliste, un tueur en série manipulateur et retors. À quelques encablures, la capitaine Garance Fazuras piste des barbares « chassant » en groupe, coupables de viols collectifs particulièrement atroces. Le commandant Demeyer rejoint le duo de policiers pour l’épauler dans une traque qui s’annonce impitoyable. Une bande de criminels monstrueusement pervers. Des victimes marquées à jamais. Trois flics prêts à tout.

Parution : 8 novembre 2019 – Editions Lajouanie –  Prix papier : 19,00€ – Prix numérique : 9,99€ – Pages : 440 – Genre : thriller, polar, policier

Jess Kaan, né le , est un auteur français originaire du Nord de la France. S’il a d’abord commencé sa carrière en écrivant dans les registres du fantastique, science fantasy, et de la science-fiction, il a opéré un basculement vers le genre policier dès 2013.

On lui doit essentiellement des nouvelles parues dans divers supports en France, en Belgique, au Québec ainsi qu’en Pologne, en Espagne et aux États-Unis. En 2003, il reçoit le prix Merlin pour sa nouvelle « L’affaire des elfes vérolés », première aventure du détective privé triton Eidonius (dans l’anthologie Sciences et Sortilèges). En 2004, il publie son premier recueil aux Éditions de l’Oxymore (Dérobade). Il co-dirige avec Grégory Silhol pour cette maison d’éditions une anthologie intitulée « La Route », avec au sommaire des auteurs comme Jérôme Noirez, Sire Cédric, Léa Silhol… La collaboration s’arrête suite au dépôt de bilan de l’éditeur début 2006. Dès lors, l’auteur se met à publier à l’étranger où il signe avec Christophe Duchet un dossier consacré à la sf française dans une revue tchèque.

En 2007, il publie un premier roman de science-fiction, (Réfractaires). En 2008, il coécrit avec Antoine Lencou, auteur de sf et anthologiste de l’Emblemes « Les Portes, aux défuntes » éditions Oxymore. Leur nouvelle intitulée Hors Garantie paraît dans le magazine Lanfeust Mag, elle sera rééditée en Pologne en 2010, au Canada (éditions asteroide)et en Russie dans la revue Esli.

En 2010 paraît son second roman, Investigations avec un Triton aux Éditions Mille Saisons, qui met en scène le détective privé Eidonius dans un monde de fantasy ressemblant par certains aspects à notre univers contemporain (importance des sondages, places respectives de l’économie et de l’écologie).

En 2012 paraît son second recueil de nouvelles, Fissures (éditions Lokomodo), comportant 15 nouvelles dont une majorité d’inédits (9 textes).

En 2013, il publie un roman jeunesse (à partir de 12 ans), intitulé Créature du miroir (éditions Les Lucioles) qui obtient le prix Masterton du meilleur roman francophone, un roman policier, Le Label N, (atelier Mosesu) et un album co-écrit avec Isabelle Chatel-Merlier, Chatoyants portraits d’autrefois qui met en exergue les inventions du XIX siècle, en les accompagnant de dessins de chats en costume d’époque.

En 2015, il sort un recueil de nouvelles intitulé Fissures noires, qui reprend quelques textes de Fissures. En 2016, sort Le Secret de la petite demoiselle, chez Pôle Nord éditions, policier historique qui se déroule en 1903 dans la station balnéaire de Malo-les-Bains, sur la côte d’Opale.

2017, l’auteur publie Punk Friction aux Editions Lajouanie. En 2019 paraît « En Chasse », un roman qui remet en scène le trio d’enquêteur Fazuras Lisziak Demeye rencontré dans Punk Friction.

 



Catégories :Policier/Polar, Thrillers

Tags:, , ,

4 réponses

  1. Sujet trop sensible pour moi, je passe mais contente que des voix s’élèvent pour dénoncer certaines réactions inappropriées !

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Bilan du Challenge polar et thriller 2019/2020 – Ju lit les mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :