Un livre, un extrait… Manger Bambi de Caroline De Mulder

Elle ne titube pas longtemps, brièvement la tête dans le ciel et les yeux dans le vide, fait demi-tour. Reprend les escalators. La gauche, côté bar. Se dirige vers le fond, les toilettes, qu’elle connait déjà, des toilettes d’établissements de luxe, marbre, grandes glaces, tout impeccable, émail virginal, on pique-niquerait sur le couvercle.

Dans le miroir, elle en remet une couche, se redessine les yeux, la bouche, et pour Bambi le bien est l’ennemi du mieux.

Elle est maintenant tellement maquillée qu’elle n’a plus d’âge, mais quelque chose de son beau visage traverse encore ce masque.

Elle reprend cet air nonchalant et poseur qui la vieillit. Quand elle s’installe au bar, seule, on croirait une fille de l’Est en chasse.

Elle commande une coupe de champagne rosé, et elle prend encore deux ans de plus dans la gueule, vu aussi sa grâce et son naturel, comme si elle avait fait ça toute sa vie.

Parution : 7 janvier 2021 – Éditeur : Gallimard – Pages : 208 – Genre : violence, thriller sociétal, roman noir, drame, thriller psychologique


Quinze ans bientôt seize, Bambi est décidée à sortir de la misère. A la tête d’un gang d’adolescentes zonardes, terrorisantes et terrorisées, elle a trouvé un filon : les sites de sugardating qui mettent en contact des jeunes filles pauvres avec des messieurs plus âgés désireux d’entretenir une protégée. Bambi y pose en proie parfaite. Mais Bambi n’aime pas flirter ni séduire et encore moins céder. Ce qu’on ne lui donne pas gratis, Bambi le prend de force. Imitant les comportements et le langage masculins Bambi et sa clique se défendent violemment de la violences auxquelles elles sont exposées en permanence : violence de classe, violence du marché et règne du pognon, du bling, de la transaction…mais aussi – et peut etre surtout – violence au sein de ce noyau qui devrait être protecteur : la famille. Bambi est une victime devenue bourreau redevenue victime d’elle- même. Et, dans un monde où on refuse pourtant aux femmes jusqu’à l’idée de la violence, Bambi rend les coups, y compris ceux qu’on ne lui a pas donnés.



Catégories :Un livre, un extrait...

Tags:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :