La part du démon de Mathieu Lecerf nous mène aux confins de l’enfer…

Un petit week-end à Bordeaux a été l’occasion de trimbaler ce fameux livre, et même si je n’ai pu lire beaucoup, je dois dire qu’à chaque fois, je le refermais avec regret, ce qui est plutôt un très bon signe chez moi.

Comme souvent, je croule sous les lectures, et un livre peut y rester des mois… C’est lorsque j’ai vu que le second opus « Au royaume des cris » sortait le 24 mars, que je me suis flagellée… (Juste en pensées, il ne faut pas déconner, ça fait mal !) J’avais, effectivement, très envie de le lire à sa sortie, et puis la maison d’édition me l’avait envoyée, donc j’étais impardonnable… Bon rien de grave, puisqu’un livre n’est pas périssable et que sa durée de vie n’est pas limitée dans le temps, et que je vous en parle aujourd’hui et puis pour être totalement sincère, j’ai souvent envie d’aller à contre-courant… Comme je peux aussi lire et publier au moment de la sortie. 

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, foncez lire « La part du démon » car c’est franchement de la bonne came ! À tous les niveaux d’ailleurs.

Une nouvelle enquête démarre sur les chapeaux de roues avec Manuel Del Ameida capitaine à la brigade criminelle et la nouvelle recrue Esperanza Doloria. En parallèle plusieurs enquêtes viennent se télescoper, sans que l’une ne prenne l’ascendant sur l’autre. Elles se croisent, filent dans la même direction, tout en demeurant distinctes. C’est là que réside la grande force de narration de l’auteur.

L’enquête principale aux ramifications insoupçonnables, se révèle beaucoup plus tordue qu’il n’y paraît. Rien n’est simple au royaume des démons, car le pire se trouve en chaque personnage. La construction des personnalités est fine, savamment dosée, avec la part sombre qui surgit lorsque cela doit l’être. 

C’est incroyable de précision, de densité, doublé d’une construction narrative qui m’a franchement bluffée.

Je suis une fana de thriller, même si je sors régulièrement de ma zone de confort, mais là, je peux dire que j’ai vraiment kiffé ma lecture. L’intrigue est prenante, et cela, dès les premières lignes, jusqu’au point final où l’on retient son souffle pour essayer de grappiller quelques secondes de répit, avant d’amorcer une descente en douceur pour digérer.

J’ai aimé l’alternance des chapitres, entre Esperanza, Manny et Cristian, avec leur regard sur des instants identiques, permettant de déceler les personnalités écorchées par la vie, mais ne dévoilant les indices qu’avec parcimonie, pour permettre une montée du suspense pour exploser sur un final très bien construit.

Les souffrances des uns et des autres, ne sont jamais des excuses, mais chaque personnage en tire une force, comme une résilience indispensable pour continuer à vivre et à construire du beau sur du terreau infertile. Les personnages sont palpables, vrais, ils nous ressemblent et c’est la grande force de l’auteur, car il a réussi à dégager une psychologie fine pour chacun.

La suite, paraît le 24 mars avec « Au royaume des cris » et je vous en parle justement le jour de sa sortie. J’ai pu lire les deux opus à la suite et j’ai adoré…

L’homme est un démon en puissance et Mathieu Lecerf, avec cette intrigue aux ramifications insoupçonnables, aux confins de la folie, nous démontre que le mal à l’état pur se révèle, dans toute sa splendeur, être tapi en chacun d’entre nous.

Parution : 4 mars 2021 – Éditeur : Robert Laffont – Collection : La Bête NoirePages : 432 – Genre : thriller, thriller psychologique, polars, policiers

Une religieuse sauvagement assassinée et mutilée, à Paris, ça n’arrive jamais. Pourtant, c’est la première affaire du lieutenant Esperanza Doloria à son arrivée au 36, rue du Bastion.
Au couvent où enquêtent Esperanza et le capitaine Manuel de Almeida, la religieuse est décrite comme un ange. Et qui voudrait tuer un ange ? Mais un mystère plane autour d’elle. À l’orphelinat où elle enseignait, les enfants semblent terrorisés… Certains prétendent même subir de terrifiantes expériences médicales. Disent-ils la vérité ou sont-ils manipulés ?
Esperanza se jette corps et âme dans cette enquête. Manuel, lui, est persuadé que seuls le sang-froid et la raison permettront de la résoudre. Se trompe-t-il ? Le grand patron de la brigade criminelle en est convaincu. Et bientôt Esperanza se retrouvera seule face à un complot démoniaque que le diable lui-même renierait…



Catégories :Challenge Polars et Thrillers, Challenge Vice versa, Policier/Polar, Romans noirs, Thrillers

Tags:, ,

21 réponses

  1. Quelle chronique enthousiaste ! J’avais déjà ce livre dans ma liste d’envies, mais j’avoue que là, tu le donnes envie de le voir dans ma PAL !

    J’aime

  2. Je note merci !!!

    Aimé par 1 personne

  3. Ton enthousiasme donne envie! Je le note 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Je voudrais le lire, je le possède. Bien que je préférerais une part… de tarte 😆

    Aimé par 1 personne

  5. 😂🤣

    Aimé par 1 personne

  6. Lu, validé et adoré également ! Les voyages à Bordeaux ça ne peut qu’inspirer ! :p

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :