Scarlett et Novak de Alain Damasio

Ici Scarlett, l’intelligence artificielle de son brightphone, est la seconde peau de Novak, elle connaît toute sa vie, ses secrets les plus intimes, c’est à la fois son GPS, mais aussi son médecin, puisqu’elle étudie chaque battement de son cœur. La perdre n’est même pas une possibilité…

Novak, a des « amis » tous aussi connectés que lui, autant dire qu’il n’a personne sur qui compter, lorsqu’il se retrouve pris au piège. Dans ces quelques pages, une course-poursuite s’engage entre Novak et ses deux assaillants, dont la seule motivation est de lui voler son portable et par la même occasion Scarlett, son intelligence artificielle. Même si leur motivation n’est pas précise, d’ailleurs, on aurait tendance à vite oublier cette partie, on se focalise sur le comportement de Novak en pleine perte de repère, incapable de rentrer chez lui, ni de parler à sa concierge avec qui il n’échange en temps normal qu’à travers Scarlett qui traduit tout.

Alain Damasio, avec cette nouvelle, démontre à quel point nous sommes dépendants, esclaves de nos téléphones ou autres machines connectées. Sans cette connexion, nous pouvons être vulnérables, mais nous le sommes encore plus lorsque nous sommes hyperconnectés.

La dépendance aux nouvelles technologies, c’est la perte de l’autocritique, de la critique d’une manière générale, puisque l’on est aspiré par elle. De là, à y perdre notre liberté, il n’y a qu’un pas…

Une critique de la consommation, de la dépendance tout en finesse, sous couvert d’une nouvelle d’anticipation, la société en toile de fond est déjà la nôtre.  

Novak court. Il est poursuivi et fuit pour sauver sa peau. Heureusement, il a Scarlett avec lui. Scarlett, l’intelligence artificielle de son brightphone. Celle qui connaît toute sa vie, tous ses secrets, qui le guide dans la ville, collecte chaque donnée, chaque information qui le concerne. Celle qui répond autant à ses demandes qu’aux battements de son cœur. Scarlett seule peut le mettre en sécurité. A moins que… Et si c’était elle, précisément, que pourchassaient ses deux assaillants ?

Parution : 3 mars 2021 – Rageot Editeur  – Pages : 64 – GenreFantastique, thriller-fantastique

Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain de science-fiction et typoète français.

Il a choisi ce patronyme en l’honneur de sa grand-mère Andrée Damasio.

Sorti de l’ESSEC en 1991, il choisit de s’isoler (d’abord dans le Vercors puis à Nonza, en Corse) pour s’adonner à l’écriture. Il écrit peu, par exigence. Son domaine de prédilection est l’anticipation politique. Il marie ce genre à des éléments de science-fiction et/ou de fantasy.

Jeune, il écrit de nombreuses nouvelles. Son premier texte long est « La Zone du dehors » (1999), roman d’anticipation qui s’intéresse aux sociétés de contrôle sous le modèle démocratique (inspiré des travaux de Michel Foucault et Gilles Deleuze). Publié sous une nouvelle version en 2007, il est récompensé du Prix Européen Utopiales.

Son second livre est récompensé par le Grand Prix de l’Imaginaire 2006 dans la catégorie Roman. Il s’agit de « La Horde du Contrevent » (2004) (roman accompagné d’une BOL – Bande Originale de Livre – composée par Arno Alyvan), véritable succès public qui s’est vendu à plus de 50 000 exemplaires.

En 2007, « La Zone du dehors » obtient le prix Européen Utopiales. En 2008, Rone utilise la voix de Damasio pour son morceau « Bora ».

En 2009, il écrit « La Rage du Sage » (essai politique et poétique sur notre époque) pour le single gratuit Memento Mori du groupe SLIVER.

Folio SF publie en 2014 « Aucun souvenir assez solide, » compilation de nouvelles écrites par Damasio. En 2016, il livre un nouveau texte politique, « Le Dehors de toute chose », qui décrypte l’hégémonie du contrôle dans nos vies.

Sa nouvelle « Serf-Made-Man ? ou la créativité discutable de Nolan Peskine », parue dans le recueil « Au bal des actifs. Demain le travail » (éditions La Volte), remporte le le grand prix de l’Imaginaire dans la catégorie « nouvelle francophone » en 2018.

« Les Furtifs » (2019) décrit la quête d’un père à la recherche de sa fille. Le roman a reçu des critiques positives relatives à la richesse du vocabulaire et de la typographie et à l’univers dystopique dépeint.

Homme engagé, cet intermittent de la militance affûte ses armes à la forge philosophique et en nourrit ses combats concrets tout autant que ses livres.



Catégories :Challenge de l'imaginaire, Challenge Polars et Thrillers, Fantastique, Thrillers

Tags:, , , , ,

3 réponses

  1. Un nouveau Damasio ?
    Il me le faut !
    Merci Julie, et bonne journée.

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Littérature de l’Imaginaire – Bilan 1er trimestre – Ma Lecturothèque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :