Et d’un seul bras, la sœur balaie sa maison – Cherie Jones

L’intrigue se déroule à la Barbade, un décor paradisiaque, avec ses beaux hôtels, ses plages au sable fin, à la mer turquoise. Rien ne laisse présager l’horreur. Lala vit chichement dans un cabanon de plage avec Adan, un mari abusif. Quand un de ses cambriolages dans une villa luxueuse dérape, deux vies de femmes s’effondrent. Celle de la veuve du propriétaire blanc qu’il tue, une insulaire partie de rien. Et celle de Lala, victime collatérale de la violence croissante d’Adan.

Cherie Jones raconte les vies meurtries et les destins tragiques avec justesse tout en dénonçant l’envers du décor des Caraïbes. Elle décrit un monde où les hommes exercent une violence qui leur semble légitime, excusable, sur des femmes n’aspirant qu’à la paix dans un monde qui le leur refuse. Portée par une plume vive, acérée, l’intrigue fait froid dans le dos, révolte. Les violences conjugales au paradis prennent une dimension encore plus étrange.

L’alternance des points de vue, donnant la parole aux différents personnages, rend l’histoire crédible à travers la succession des générations de femmes nées dans la violence, dans ce que l’être humain peut fait de pire à un autre être humain.

C’est un roman choral avec plusieurs intrigues, toutes aussi bien développées les unes que l’autre et s’imbriquant à la perfection entre elles, dans lequel le lecteur est tour à tour spectateur et acteur. La narration donnant la parole aux différents personnages est parfois suffocante, au point que la lecture se fait par moment en apnée.

Aucun des personnages n’est complètement innocent ou complètement coupable, mais naître au paradis, où l’argent permet aux touristes de profiter de cet Eden, accentue la pauvreté et les dérives d’un tourisme profitant des plus pauvres, les laissant à la périphérie de leurs vies, oscillant entre espoirs d’une vie meilleure, au point de se perdre.

Ce n’est pas un simple roman que l’on peut lire au bord de la plage, malgré le décor de rêve, c’est une étude sociétale, d’une grande finesse, d’une grande force qui démontre que l’homme est un loup pour l’homme, quel que soit l’endroit où l’on se situe.

J’ai vécu ces vies mordantes, de fatalité, où la tragédie se trouve entre chaque page, chaque mot, nous entrainant inexorablement vers les noirceurs les plus profondes, de manière insidieuse, l’intrigue m’a émue, et laissera une trace profonde dans ma vie de lectrice.

Parution : 18 août 2021 – Éditeur : Calmann-Lévy – Traduction : Jessica Shapiro Pages : 368 – Genre : Thriller-psychologique, thriller, polar, roman noir, roman sociétal

Lala vit chichement dans un cabanon de plage de la Barbade avec Adan, un mari abusif. Quand un de ses cambriolages dans une villa luxueuse dérape, deux vies de femmes s’effondrent. Celle de la veuve du propriétaire blanc qu’il tue, une insulaire partie de rien. Et celle de Lala, victime collatérale de la violence croissante d’Adan qui craint de finir en prison. Comment ces deux femmes que tout oppose, mais que le drame relie, vont-elles pouvoir se reconstruire ? Derrière des paysages caribéens idylliques, un intense et poignant portrait de femmes blessées depuis des générations. Renversant de grâce et d’émotions à vif, Et d’un seul bras, la soeur balaie sa maison est un premier roman déchirant qui prouve que l’héritage des traumatismes est tenace, mais pas toujours  irrémédiable.



Catégories :Challenge Polars et Thrillers, Romans noirs, Thrillers

Tags:, , , , ,

15 réponses

  1. Puisque le roman se déroule à la Barbade, Magnum dans un hamac était LA référence 😆

    Bon, je le note parce que moi aussi j’aime être marquée par une lecture et que ces derniers temps, j’ai eu quelques déceptions… 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Effectivement, Magnum est LA référence 😜
    J’espère qu’il te plaira autant qu’à moi 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Bon.. encore un que tu vends très bien 😉 bonne fin de semaine à toi :*

    Aimé par 1 personne

  4. J’espère qu’il te plaira autant qu’à moi 🙂

    Aimé par 2 personnes

  5. Merci 😉
    Bonne fin de semaine également 🙂

    J'aime

  6. Magnum m’a toujours plus ! L’ancien, hein, pas le nouveau…

    Oh, pardon, tu parlais du livre, sans doute ??? 😀

    Aimé par 1 personne

  7. Une bien belle chronique de ta part Julie. On peut dire que ce livre t’as marqué de façon très positive. C’est chouette ! 😃

    Aimé par 1 personne

  8. Oui, j’ai beaucoup aimé 🙂
    😁

    Aimé par 1 personne

  9. Une chronique qui donne envie ! Merci pour ce retour 😉

    Aimé par 1 personne

  10. C’est moi qui te remercie 🙂

    J'aime

Rétroliens

  1. Et d’un seul bras, la sœur balaie sa maison de Chérie Jones – Les Lectures de Maud
  2. Bilan lectures août 2021 – Ju lit les mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :