Sauvage de Jane Harper

Parution : 4 avril 2018 – Edition Calmann-LevyCollection : suspense crime – Prix papier : 21,90€ – Prix Numérique : 15,99€ – Pages : 432 – Genre : Thriller

  

Après avoir eu le plaisir de découvrir la plume de l’auteur avec Canicule, j’avais hâte de la retrouver dans une intrigue prenant sa source dans les paysages australiens qu’elle décrit de manière très visuelle.

Sauvage, est dans la même veine que Canicule et l’auteur confirme son talent pour les intrigues bien construites avec des personnages aux personnalités bien travaillées. En arrière-plan, il y a toujours ces fabuleux paysages qu’elle affectionne  et décrit de manière sublime. C’est tellement visuel, que l’on ne peut s’empêcher d’aller zieuter sur le net pour voir de belles photos…

L’environnement, toujours aussi « Sauvage » va servir de toile de fond à une intrigue bien très bien ficelée avec des personnages diablement construits. Une construction narrative en entonnoir, comme on peut les apprécier, permettant au suspense de monter crescendo.

Une alternance de deux intrigues en une, avec une autre en toile de fond, qui est là pour mettre en lumière l’hostilité de la région où tout se déroule.

La rivalité entre les personnages ne fait qu’accentuer le conflit sous-jacent et surtout fait émerger les jalousies qui vont indéniablement conduire à la violence latente. Une violence palpable, mais toujours maîtrisée. Cette violence qui trouve son écho dans les profondeurs de cette nature de plus en plus hostiles…

Plus les conflits et les jalousies sont exprimés, plus les paysages deviennent dangereux. Comme dans son premier livre, Jane Harper offre un parallèle saisissant entre ses personnages et la nature dans laquelle ils se trouvent. C’est un des points fort de l’auteur, qui dans chaque recoin de nature, trouve un point d’ancrage humain. Plus la colère monte plus les sons se font présents, la nature parle et gronde, hurle son mécontentement, comme ces femmes qui vont peu à peu exprimer leur haine…

La psychologie de ces femmes est extrêmement bien construite, les rendant difficiles à cerner par un lecteur qui sera à la fois touché et agacé par les comportements de chacune.

Une descente en enfer dans tous les sens du terme, puisqu’elles sont confrontés à la fois à la faim, la peur, à ces paysages magnifiques qui les enveloppent pour ne plus laisser respirer… mais surtout à cette peur de l’autre, à cette découverte de l’autre qui devient plus hostile que la nature…

La nature  en opposition avec la nature humaine… Pas tant que cela, puisqu’elles sont en osmose et vivent chacune au rythme de l’autre…

Malgré beaucoup de points positifs, j’ai trouvé que « Sauvage » était un cran en dessous de « Canicule » l’intrigue étant plus classique avec quelques passages plus lents, certainement dû au fait que l’alternance entre l’enquête et les jours qui précédent n’est pas toujours respectée, puisque certains chapitres nous permettent de mieux connaitre l’enquêteur emblématique de Jane Harper, mais « cassent » un peu le rythme de l’intrigue.

L’atmosphère est beaucoup moins oppressante que dans « Canicule » alors que l’auteur avait toutes les cartes en main. Elle a préféré se recentrer sur Aaron Falk que le lecteur apprend à mieux connaitre.

Malgré tout, j’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir cette intrigue policière pourtant plus classique. J’espère que l’auteur, dans son prochain livre retrouvera cette puissance narrative dont elle le secret.

Je serais de toutes les façons au rendez-vous pour le prochain, Jane Harper étant un auteur dont j’apprécie la plume, la puissance de ses descriptions et surtout le parallèle qu’elle imagine entre l’Homme et la nature…

Je remercie les éditions Calmann-Lévy et NetGalley pour cette lecture

 Jane Harper étudie l’anglais et l’histoire à l’université du Kent à Canterbury. Elle travaille ensuite comme journaliste au Royaume-Uni et en Australie. En 2014, suite à la publication de l’une de ses nouvelles, elle décide de se consacrer à l’écriture romanesque. En 2015, son premier roman, The Dry (Canicule) est publié avec succès en Australie. Il est ensuite édité au Royaume-Uni et aux États-Unis, puis traduit en français et en allemand. Les droits de ce roman ont été achetés par la productrice américaine Reese Witherspoon.

25 Comments

  1. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais ce livre ne m’attire pas, et Canicule non plus malgré tout le positif que tu en dis. Je devrai peut-être tenter d’en lire quelques pages pour voir si j’accroche ou pas ^^

    Aimé par 1 personne

  2. Coucou,
    Je viens de le terminer et suis très surprise par rapport à Canicule, dont l’auteure a traité ce sujet, très difficile à traiter. Elle pose ses jalons pendant cette expédition en parallèle avec l’enquête de la disparition et les flash-back où se déploie toutes ces psychologies entre les protagonistes et d’autres sentiments moins glorieux en avançant très loin dans ce livre.
    Autant il a fait chaud dans Canicule et dans les esprits et dans ce huis clos de petite communauté. Ici c’est également un huis clos choisi dans le bush cette fois-ci où Aaron Falk a vécu avec son père. Retour vers ce passé pour lui, que j’ai aimé et qui fait un peu le lien avec la fin de Canicule. Il n’est pas nécessaire de l’avoir lu, ce premier livre. Je regrette cette fois-ci, le froid qui m’a imprégnée lors des trop longs échanges entre « filles » dans une randonnée dans cette géographie particulière, bien décrite, et qui pourtant m’a lassée par ses redondances. Je trouve que Jane Harper a tiré sur la ficelle de cette atmosphère avec trop d’enchevêtrements (c’est mon opinion) lorsque la fin se met à jour.
    J’ai aimé le huis clos en parallèle avec la nature, là c’est son truc à l’auteur accompagnée de la plongée dans les analyses psychologiques des personnages comme dans Canicule. Sauf que j’ai ressenti comme de la lassitude, du réchauffé, et cela m’a agacée. J’avais lu le résumé et j’avais confiance, et j’ai un petit peu regretté face au premier livre. Cela ne m’empêchera pas de lire le troisième 🙂 J’aime avoir confirmation ou pas du talent d’un(e) auteur(e). Cela peut réserver des surprises. Merci de m’avoir lue. Comme tu le sais je ne chronique pas, mais sauve ce type de commentaire dans un bloc-note. Un jour peut-être pour les chroniques 😉

    J'aime

    1. Ah tu devrais poster tes avis 🙂
      Tu décris très bien ce que tu as ressenti !
      J’ai trouvé qu’il était un cran en dessous de canicule c’est certain ! Mais j’ai retrouvé les descriptions des paysages et c’est le point fort de l’auteur. Autant il faut chaud dans canicule autant ici il fait froid. On ressent le froid de la forêt, les arbres qui bruissent, l’air qui s’engouffre entre les branches… Et c’est ça que j’ai aimé 😉
      Il y a cette lassitude effectivement, mais elle met en exergue la lassitude des personnages. Les personnages sont fatigués, sont las et la plume qui transpire la lassitude y fait écho 🙂

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.