Au service secret de Marie-Antoinette : L’enquête du Barry de Frédéric Lenormand

 

Parution : 16 mai 2019 – Editions de la Martinière –  Prix papier : 14,00€ – Prix numérique : 9,99€ – Pages : 360 – Genre : polar, comédie, polar historique, humour

Décidément, Marie-Antoinette a l’art de se mettre dans des situations bien étranges… Elle et sa cour, jettent leur dévolu sur deux personnages hauts en couleur, que tout oppose, mais qui vont devoir s’entendre pour mener à bien leur mission… Une mission qui a va se révéler pavée de cocasseries en tout genre, malgré les deux corps qui sont retrouvés… Assassinés…

L’auteur, cherche à faire plaisir à ses lecteurs et ne se prive pas, à travers ses personnages, de le faire rire. A plusieurs reprises, j’ai eu la sensation d’être au théâtre, face à une pièce de Molière, sans prise de tête, qui ne se prend pas au sérieux, mais qui a un goût de j’y reviens…

Bien trop souvent, les polars historiques obligent à plus de concentration, avec des descriptions et de références, parfois trop détaillées, pourtant l’auteur, même si son récit est parsemé de détails, ne noie pas le lecteur. Bien au contraire, tout en restant ludique, certains passages sont de vraies références historiques, il nous fait rire et donne envie de prolonger cette lecture.

C’est à la fois un polar, une comédie et un roman historique, qui dévoile la vie cachée de Versailles du temps du roi et de ses maîtresses.  Manipulatrice, jolie et loin d’être idiote, Marie-Antoinette, n’est certainement pas la potiche que nous connaissons, puisque l’auteur lui donne un rôle de femme à la hauteur de son rang. Comme il se doit, elle ne fait que tirer les ficelles, laissant à ses dames de compagnie jouer le rôle d’entremetteuses.

Chaque chapitre porte un titre délicieusement détourné, pour le plus grand plaisir du lecteur : « cinquante nuances de gras », « le bonheur est dans le pré (courrons-y vite) »…

La construction des personnages y est pour beaucoup, ne nous voilons pas la face. Un personnage cynique à souhait, avec une pointe d’humour, aura franchement plus de saveur à mon goût, même si l’intrigue demeure légère. Si en plus, on se retrouve dans les joutes verbales à regarder un très bon match de tennis, on ne va pas s’en priver !

Les personnages sont drôles et leurs échanges, bourrés d’humour, donnent une dynamique à ce duo atypique et un rythme à l’intrigue.

L’auteur s’inspire de personnages qui ont vraiment existé, ce qui donne une réalité assez drôle au récit. Rose Bertin, modiste et première femme créatrice de mode (métier réservé aux hommes jusqu’alors) et entrepreneuse de l’Histoire, et Léonard-Alexis Autié coiffeur à l’origine des coupes et perruques vertigineuses que nous connaissons tous.

Bien que Léonard et Rose s’entendent « comme deux sœurs », la pointe de jalousie les poussera dans une compétition assez drôle pour attirer les faveurs de Marie-Antoinette.

Un premier tome d’une série prometteuse, Frédéric Lenormand restitue la personnalité de chaque personnage, en les réinventant à travers une intrigue légère mais savoureuse.

Ce livre a été lu, en partenariat avec la maison d’édition. Pour en savoir plus sur les conditions vous pouvez consulter la page Partenariats

Auteur de romans historiques exclusivement, il se spécialise dans le XVIIIe siècle, avant de concentrer son attention sur la Révolution, puis sur la Terreur et, enfin, sur les maisons de santé transformées en prisons à cette époque. Ce parcours culmine avec la publication chez Fayard de deux ouvrages purement analytiques abordant des sujets peu traités, La Pension Belhomme, sur les prisonniers de cette maison de fous, et Douze tyrans minuscules, sur les policiers qui les y enfermèrent. Afin de ne pas s’enfermer dans un domaine trop spécialisé, il change son fusil d’épaule, glisse des policiers de la Terreur à ceux de la Chine ancienne, et donne une suite aux romans chinois de Robert van Gulik, décédé en 1967. Ce sera Les Nouvelles Enquêtes du juge Ti. Il est parallèlement l’auteur de récits pour les enfants, dont le cycle de L’Orphelin de la Bastille (éditions Milan), qui lui permet d’épancher sa passion pour la Révolution française.

10 Comments

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.