Le sang des Belasko de Chrystel Duchamp

En débutant « le Sang des Belasko », y a comme un sentiment confus, lancinant, qui s’est peu à peu immiscé en moi… Belasko, ça me parlait… J’y reviens plus tard…

Après avoir eu le plaisir de découvrir la plume de l’auteure avec « l’art du meurtre », livre dans lequel son intrigue se construisait au rythme de meurtres artistiquement mis en valeur, j’attendais avec impatience la sortie de son second opus, afin de voir ce qu’elle pouvait proposer d’autres…

Avec « le sang des Belasko », je pensais qu’elle resterait dans le même registre et je dois dire que j’ai été bluffée ! Alors, oui, il y a toujours l’art en toile de fond, on sent qu’elle aime ça, mais ici, c’est par de toutes petites touches, qui pourraient passer inaperçues, qu’il se devine, sauf que cette fois, on se retrouve dans le monde vinicole, qui sans être le sujet principal, construit une toile autour de cette famille bien trop riche, qui semble parfaite… 

Mais tout vole en éclats à la mort du patriarche. Un huis-clos savamment dosé, puisque les souvenirs viennent donner une bouffée de respiration entre chaque parole haineuse et chaque cri de rage et de désespoir. Fort heureusement, d’ailleurs, car les personnages étouffent, s’étouffent et au gré des pages, le lecteur manque certaines respirations. 

Sans jamais tomber dans la facilité, ou manquer d’originalité, Chrystel Duchamp, nous balade dans son intrigue au fil des révélations.

Au ¾ du livre, une touche de paranoïa s’installe, et vient ferrer un des personnages et là, on se dit qu’en fin de compte, il est schizophrène… Ce qui, vu l’état d’esprit familial aurait été complètement cohérent. Oui, mais voilà… L’auteure ne découvre pas tout son jeu, elle en garde sous la main, histoire de bien, nous rendre dingue.

Au début du livre, une tonalité extravagante se devine, avec une maison témoin de la chute des Belasko et puis plouf, plus rien… Bon, sincèrement, je me suis dit que c’était pas mal trouvé cette idée et je trouvais dommage de la perdre en route… Pourtant… D’un très bon thriller-psychologique aux personnages aussi tordus les uns que les autres, on bascule dans un thriller-horrifique !

Beaucoup, ne percevront pas cette touche horrifique, et je le comprends tout à fait, mais pour la férue du genre, que je suis, je l’ai décelé dès les prémisses de l’intrigue.

Je pense qu’il ne faut pas lire « le sang des Belasko » de manière linéaire, bien au contraire, il faut décortiquer et déceler ce que l’auteure y glisse comme fantastique. Il y a un nombre impressionnant de références au genre et un bien bel hommage à l’un des maîtres de la littérature horrifique.

Et là, je vais vous parler de ce qui m’a titillé dès le titre, dont je vous parlais en introduction de cet article. Belasko ? Le sang des Belasko ? Kesako ? « La maison des damnés » de Richard Matheson, ça vous parle ? Non ? Pourtant, il faudrait le lire, pour comprendre ce qu’a voulu nous dire Chrystel Duchamp ! C’est à la fois, un livre complètement indépendant avec sa propre intrigue, mais c’est aussi, un bel hommage et une sorte de suite-finale de l’intrigue laissée en suspens par Richard Matheson.

Pour mémoire, « la maison des damnés », c’est la maison hantée par excellence. Le Dr Barrett et une équipe de spirites se voient confier une sacrée mission, par un milliardaire, qui semble un peu loufoque… Mais le parapsychologue s’empresse d’accepter, pour prouver ses théories scientifiques sur l’existence d’une vie après la mort. La réputation de la maison n’est plus à faire, elle est hantée, : résonnant des crimes et des orgies qu’elle a accueillis par le passé, la maison Belasco semble les attendre. Prête à posséder les audacieux qui oseront pénétrer en son sein…

Et là, je dis merci Chrystel Duchamp ! Merci pour ce parfait dosage, merci pour le final à la hauteur du genre horrifique. 

L’auteure a plus d’une flèche à son arc et balade son lecteur du début à la fin, pour en fin de compte construire une intrigue comme les petites poupées russes, où tout s’imbrique parfaitement. J’ai franchement été bluffée, car au-delà d’un bon thriller à huis-clos, c’est un excellent thriller horrifique qui a toute sa place dans cet univers littéraire.

Bienvenue chez les Belasko, où le sang coule à flots, mais où l’on se pose beaucoup de questions…

Après la mort de leur père, cinq frères et sœurs se réunissent dans la maison de leur enfance. Les portes se referment sur eux. Avec une terrible révélation… Cinq frères et sœurs sont réunis dans la maison de famille, la Casa Belasko, une vaste bâtisse isolée au cœur d’un domaine viticole de Provence. Leur père, un vigneron taiseux, vient de mourir. Il n’a laissé qu’une lettre à ses enfants, et ce qu’il leur révèle les sidère : leur mère ne se serait pas suicidée – comme l’avaient affirmé les médecins six mois plus tôt. Elle aurait été assassinée… Au cours de la nuit, non-dits, jalousies et frustrations accumulés au fil des années vont se déverser. Mais le pire reste à venir. D’autant que la maison, coupée du monde extérieur, semble douée de sa propre volonté…

Parution : 14 janvier 2021 – Éditeur : L’Archipel – Pages : 240 – Genrethriller-psychologique, thriller, thriller-horrifique, littérature horrifique, famille, meurtres

Née en 1985, Chrystel Duchamp se passionne très tôt pour la littérature de genre, notamment le fantastique et la série noire. Elle et son conjoint, Eric Barge, montent la maison d’édition Le Miroir aux Nouvelles, où ils publient plusieurs romans illustrés de Chrystel : La Boîte aux objets perdus (2013), 47°9’S – 126°43’W (2014), La Vallée dérangeante (2015). Son dernier roman, À l’ombre des sureaux, a paru en 2018. Elle habite près de Saint-Etienne.



Catégories :Challenge de l'imaginaire, Challenge Polars et Thrillers, Fantastique, Horreur/Epouvante, Thrillers

Tags:, , , ,

17 réponses

  1. Je n’ai pas du tout relevé l’hommage (vu que je ne connais pas ce titre) mais j’ai adoré ce livre !

    Aimé par 1 personne

  2. Non, ne dis rien, je ne l’ai pas encore lu mais ça va viendre, j’en ai trop envie (mais ils sont 36 à me faire envie en même temps !!).

    J'aime

  3. Une de mes lectures de mars 🤩🤩

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Littérature de l’Imaginaire – Bilan 1er trimestre – Ma Lecturothèque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :