Le manteau de neige de Nicolas LECLERC

Je n’imaginais pas que plonger dans ce livre serait aussi prenant ! Dès le prologue, on glisse entre les pages, pour en ressortir sonné, le cerveau en ébullition, avec le plein d’interrogations…. 

Lorsque je l’ai commencé, je pensais lire un énième thriller, qui promettait malgré tout, car la quatrième de couverture, ne dévoile que très peu de chose tout en donnant l’envie de le lire. Pourtant, j’ai vite compris que ma lecture serait différente et je dois dire que ce premier roman se démarque par son intrigue avec cet aspect paranormal que j’affectionne particulièrement. 

L’idée que le paranormal puisse égrener les chapitres arrive rapidement, le thriller fantastique a pris le pas sur le thriller traditionnel pour mon plus grand plaisir.

Nous découvrons aux côtés de Katia, cette ado mal dans sa peau, la révélation de son donc médiumnique, qui se déclenche à un moment clé de l’intrigue. L’enterrement de ce grand-père qu’elle ne connaît pas, poignardé par une grand-mère qui vit dans un état végétatif depuis 30 ans ! 30 ans et un soir, elle se lève et trucide son mari…

Les causes vont se révéler aussi étranges qu’horribles. Une fois cette mise en bouche faite, les chapitres s’alternent entre réalité et fantasmagorie.

Les visions de Katia, jalonnent le récit et donnent peu à peu corps à une intrigue dont les crimes passés et présents permettent de reconstruire ce puzzle à la construction narrative qui alterne entre réalité et surnaturel. Les informations qu’elle reçoit de ces fantômes, permettent peu à peu d’élucider les mystères auxquels Katia est confrontée.

Je me suis immergée complètement dans cette enquête, menée à la fois par Katia au gré de ses visions, mais aussi par sa mère, très septique au départ, puisqu’elle est persuadée que la maladie de sa fille prend de l’ampleur, mais son amour, fera fi de ses préjugés. Au rythme de cette enquête paranormal, on découvre l’amour maternel qui va plonger dans les méandres de l’histoire familial, pour y découvrir l’horreur qui a traversée le temps et l’espace.

On se plaît à croire que cela peut être plausible, l’auteur y apportant toute la crédibilité d’un bon thriller paranormal, doublé d’une évolution des personnages et de leur relation qui vient enrichir le récit, jusqu’à élucider le mystère… 

Les lieux dans lesquels se déroulent les événements, donnent corps à cette histoire glaciale, avec cette ferme perdue dans une forêt, entourée de neige… Une ambiance qui vient accentuer la tension nerveuse des protagonistes, comme celle du lecteur. Les descriptions sont visuelles, et on se perd dans ces caves et grottes, au moment où, la mère, Laura s’y perd. On ressent sa frustration, son angoisse qui monte crescendo et qui vient nous surprendre et nous oppresser. On vit cette intrigue aux côtés de Katia et de sa mère. 

L’auteur aborde plusieurs sujets, avec talent, en les rendant accessibles avec une construction narrative de très bonne qualité, il ne s’abandonne pas aux clichés liés au surnaturel et garde sa trame directrice tout le long, c’est-à-dire le thriller !

À travers, ce récit, plusieurs thèmes sont abordés, notamment la psychologie, la schizophrénie, mais aussi l’hypnose et son utilisation dans le milieu psychiatrique avec les bienfaits que cela peut apporter. Le poids des secrets, des non-dits… D’ailleurs, l’auteur n’hésite pas à nous parler des livres qui ont nourris ses recherches et on comprend mieux la maîtrise de son sujet.

Friande de ce genre, que l’on ne trouve que rarement, j’ai eu du mal à lâcher ma lecture où, malgré la présence du surnaturel, la réalité prend le pas sur l’imagination.

4° de couverture

Katia est haptophobe : elle ne peut supporter aucun contact physique. Ses parents ont tout tenté depuis son enfance, médecins, psys, guérisseurs, rien n’y fait. Mais le malaise de Katia prend une ampleur plus inquiétante lorsque son grand-père est sauvagement assassiné par sa femme. Un détail cloche cependant : cette dernière était dans un état végétatif depuis 30 ans…

Parution : 6 février 2020  – Editions du Seuil – Pages : 352 – Genre : thriller-psychologique, thriller, thriller fantastique

Ce livre a été lu en partenariat avec la maison d’édition et Bepolar. Pour en savoir plus sur les conditions vous pouvez consulter la page Partenariats

Né en 1981 à Pontarlier, Nicolas Leclerc a  quitté le Jura pour étudier l’audiovisuel et le cinéma. Il travaille  aujourd’hui pour la télévision. Le Manteau de Neige est son premier roman.

Lu dans le cadre du challenge Polar et Thriller 2019-2020



Catégories :Thrillers

Tags:, , , , , , ,

4 réponses

  1. A reblogué ceci sur Le Bien-Etre au bout des Doigts.

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne sais pas, j’hésite… d’un autre côté, ce n’est pas comme si je n’avais rien à lire non plus… 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :