Comme nous existons de Kaoutar Harchi – La voix de l’immigration post coloniale…

 

L’auteure prend un risque en livrant une part d’elle-même, de son enfance, son adolescence, ses souvenirs. Une manière d’exorciser ses démons, pour ainsi se libérer de la souffrance face au racisme qu’elle a vécu. Une blessure qu’elle avait gardée en elle depuis plusieurs années.

Comme nous existons n’est pas un simple roman, Kaoutar Harchi,, à travers ce récit intimiste, se livre à plusieurs confidences sur son statut de fille d’immigrés en évoquant ses parents et les espoirs d’ascension sociale qu’ils nourrissent pour elle et à travers elle.

Elle retrace ses années d’apprentissage, confrontée à la violence verbale, à la recherche d’une place dans ce monde qui lui permette d’être elle-même, sans toujours être confrontée à son statut de fille d’immigrés. Tout en usant de belles phrases, pour évoquer ses parents, sa mère notamment, avec beaucoup d’amour, de respect, de pudeur, en continuelle recherche de l’approbation parental, en égrenant des souvenirs, qui mettent en lumière les blessures, les peines enfouies. 

Un passage du livre est particulièrement émouvant, et reflète parfaitement le mal-être ressenti par l’auteure, mais surtout la vulnérabilité de l’enfance. 

C’est au collège (catholique), qu’elle découvre de belles jeunes filles blondes, gracieuses, aux yeux bleus. En expliquant qu’elle ne s’est jamais sentie aussi laide et gauche. Les moqueries et les méchancetés de ces filles ramèneront l’auteure à ses origines maghrébines. Une violence qui laissera des traces, des morsures et dont elle ne comprendra toute la profondeur que des années plus tard.

Sa découverte de la sociologie lui ouvrira la voie des possibles et lui permettra non pas de s’affranchir de l’immigration, mais de comprendre l’impact qu’elle a eu sur elle, sur ses parents et les immigrés d’une manière générale.

C’est à travers l’écriture, que Kaoutar Harchi, devient la porte-parole des enfants de l’immigration post coloniale, mais surtout, c’est à travers elle que sa parole devient politique, largement revendiquée par certains passages et propos notamment sur la conscience des immigrés d’être dominés, d’accepter cette domination, pour permettre à leurs enfants de s’élever.

C’est une plongée dans les méandres de la vie de Kaoutar Harchi où sa plume devient l’étendard bouleversant, des immigrés issus du colonialisme face au racisme endémique de notre société, par laquelle elle évoque, les révoltes des banlieues de 2005, de son passage à l’âge adulte et de son éveil à la politique… Mais surtout, tout l’amour qu’elle porte à ses parents.

Parution : 18 août 2021 – Éditeur : Actes Sud – Pages : 144 – Genre : autobiographie, immigration, sociologie,

Kaoutar Harchi mène dans ce livre une enquête autobiographique pour saisir, retranscrire au plus près cet état d’éveil, de peur et d ‘excitation provoqué, dit-elle,  » par la découverte que nous – jeunes filles et jeunes garçons identifiés comme musulmans, que nous le soyons ou pas d’ailleurs – étions perçus à l’aube des années 2000 par un ensemble d’hommes et de femmes comme un problème. »
Un livre où l’amour filial et l’éveil de la conscience politique s’entremêlent dans une langue poétique et puissante.



Catégories :biographie, Contemporain

Tags:, , ,

3 réponses

  1. Je te rejoins, c’est toujours courageux de dévoiler ce qui a fait souffrir un être dans un livre autobiographique, que ce soit le racisme, la maladie.. Merci Julie pour cette belle présentation. 🙂📚

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :