Légion de Brandon Sanderson

Parution : 20 janvier 2016 – Le Livre de PochePrix papier : 6,10€ – Prix Numérique : 4,99€ – Pages : 96 – Genre : Thriller-psychologique 

« Mon nom est Légion, parce que nous sommes nombreux. »

Stephen Leeds, dit « Légion » est doté d’une intelligence au-dessus de la moyenne, puisqu’il peut apprendre n’importe quoi en un temps record, mais son savoir sera géré par une de ses personnalités, sous forme donc d’hallucinations, qui sont autant d’aspects de lui-même. Il vit entouré de ces entités et riche, puisqu’il loue ses services…

Pour certaines personnes, un scientifique qui disparait n’est pas une mince affaire, mais pour « légion », c’est du gâteau… Enfin pas toujours facile de devoir exprimer ses pensées, quand on est le seul à voir les personnes avec qui ont discute…

Pourtant ici, c’est la clé de l’intrigue, ce qui fascine, ce n’est pas l’enquête en elle-même, ni le fait que le scientifique disparu est l’inventeur d’un appareil photo capable de prendre des photos du passé… Ce qui est fascinant c’est la construction que l’auteur a apporté à son personnage, multi personnalités donc multitâche, donc méga compétent!

Dommage que l’intrigue soit trop empruntée à Dan Brown avec le Da Vinci Code. Nous embarquons donc avec tout ce petit monde, vers Israël pour récupérer cet appareil dont la possession peut faire basculer le cours des croyances religieuses, notamment pour prouver l’existence de Jésus… Jusque là ça se tient, mais l’auteur fait intervenir des terroristes avec des visées politico-religieuses que j’ai eu du mal à cerner, mais qui n’apportent rien au récit. Il aurait été intéressant de pouvoir en apprendre plus sur ce fameux appareil photo.

Nous sommes ici dans les fondations de « Légion » ce personnage qui passe pour schizophrène aux yeux du monde, mais qui s’avère un véritable génie.

C’est le premier livre de l’auteur que je découvre et je ne suis pas certaine de lire ses autres œuvres, non pas que l’auteur ait une plume difficile à appréhender, mais parce que je ne suis pas fan de fantasy,  son genre de prédilection. Pour autant, je me suis régalée avec ce personnage atypique dont la personnalité est extrêmement bien construite, ainsi que la personnalité de ses avatars, qui lui permettent de prendre du recul et de gérer que ce soit ses émotions ou les enquêtes qui lui sont soumises.

Un récit qui nous entraine dans les méandres du cerveau humain et de sa complexité, c’est brillant.

J’ai hâte de découvrir le second opus, avec « À fleur de peau »

Sanderson a commencé à publier en 2005 et s’est imposé auprès du public comme l’un des meilleurs auteurs de fantasy de ces dernières années, grâce à son cycle des Fils-des-Brumes et à celui des Archives de Roshar. Auteur de best-sellers traduits en plus de quinze langues, il a vendu plus de 5 millions d’exemplaires à travers le monde.

 

4 Comments

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.