Un livre, un extrait… Héritage de Miguel Bonnefoy

 » Un hasard de l’histoire le fit débarquer à Valparaiso, le 21 mai. Il fit preuve, sans le savoir, d’un courage aussi admirable que celui de son fils Lazare qui partirait se battre en France, d’une bravoure aussi exemplaire que celle de Margot qui volerait au-dessus de la Manche, d’une résolution aussi fière que celle d’Ilario Da qui se tairait sous la torture, greffant ainsi la première racine sur le tronc des descendances à venir.

Bien des années plus tard, déjà vieil homme, installé à Santiago avec sa famille, Lonsonier continua à se demander si Michel René avait réellement existé. Mais le jour où son fils Lazare lui demanda d’où venait sa famille en France, il ne put que répondre, projeté tout à coup dans un vieux souvenir peuplé de fugitifs et de pucerons :–

Quand tu iras en France, tu rencontreras Michel René. Il te racontera tout.

Ce nom se passa de génération en génération, pendant un siècle, avec la prudence d’un talisman.

Parution : 19 août 2020 – Éditeur : Rivages – Pages : 206 – Genre : saga familiale, immigration, première guerre mondiale

La maison de la rue Santo Domingo à Santiago du Chili, cachée derrière ses trois citronniers, a accueilli plusieurs générations de la famille des Lonsonier. Arrivé des coteaux du Jura avec un pied de vigne dans une poche et quelques francs dans l’autre, le patriarche y a pris racine à la fin du XIXe siècle. Son fils Lazare, de retour de l’enfer des tranchées, l’habitera avec son épouse Thérèse, et construira dans leur jardin la plus belle des volières andines. C’est là que naîtront les rêves d’envol de leur fille Margot, pionnière de l’aviation, et qu’elle s’unira à un étrange soldat surgi du passé pour donner naissance à Ilario Da, le révolutionnaire.
Bien des années plus tard, un drame sanglant frappera les Lonsonier. Emportés dans l’oeil du cyclone, ils voleront ensemble vers leur destin avec, pour seul héritage, la légende mystérieuse d’un oncle disparu.
Dans cette fresque éblouissante qui se déploie des deux côtés de l’Atlantique, Miguel Bonnefoy brosse le portrait d’une lignée de déracinés, dont les terribles dilemmes, habités par les blessures de la grande Histoire, révèlent la profonde humanité.



Catégories :Un livre, un extrait...

Tags:

4 réponses

  1. De lui j’avais lu « sucre noir » et j’avais adoré, passé à côté de « jungle », mais héritage me tente ! 😉

    J'aime

  2. J’avais mis Héritage sur ma PAL mais à vous lire et à aller voir de plus près, j’ai très envie de découvrir cet auteur par Sucre Noir. Merci pour les partages 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :