Un livre, un extrait… Les rêveurs définitifs – Camille de Peretti

« Transparente et insondable, l’oxymore était parfait pour décrire la nature humaine. Mais l’oxymore n’était pas d’elle. Longtemps, Emmanuelle Tence avait cherché la première phrase d’un roman, un roman sublime qui aurait bouleversé la littérature française et dont elle aurait été l’auteure, elle, simple traductrice, soudain sortie de l’ombre après toutes ces années à transcrire les mots des autres.

Un matin, après avoir déposé son bébé à la crèche, en marchant tranquillement dans la rue, l’inspiration lui serait venue, une fulgurance, un poisson soluble, et cela aurait commencé ainsi : transparents et insondables étaient les hommes. Ou peut-être, transparents et insondables à la fois, pour bien insister sur la complexité inhérente aux hommes, et aux femmes. Aurait-il fallu préciser que les femmes aussi étaient des hommes ? D’idées de romans, elle n’avait jamais eu que des premières phrases, vite abandonnées. Parfois elle avait la révélation d’un nom de personnage, ou encore d’une association incongrue de mots qu’elle hésitait à trouver poétique.

Trop longtemps penchée sur les textes d’autrui, elle ne savait plus si la comparaison était sienne ou si elle l’avait traduite la veille, dans sa vie réelle. Emmanuelle se savait traversée, et cela n’impliquait aucun déséquilibre, aucun recours à la psychiatrie. Elle vivait en parallèles. »

Parution : 18 août 2021 – Éditeur : Calmann-Lévy – Pages : 288

« Il ne s’agissait pas de choisir entre rêver sa vie et la vivre, il fallait faire les deux. » Traductrice, Emma habite un petit appartement avec Quentin, son fils de quatorze ans. Lasse de traduire des bluettes sans intérêt, elle rêve d’écrire un grand roman. Au lieu de quoi, elle est contrainte d’accepter une mission de conseil chez Kiwi, un géant du web qui veut développer un logiciel de traduction infaillible. Mais  participer à cette entreprise, n’est-ce pas contribuer à rendre son métier inutile? Tandis qu’Emma se débat dans ses contradictions, Quentin, lui, vit des aventures extraordinaires dans les jeux vidéo et s’imagine en gameur de génie. Jusqu’au jour où il est contacté par une mystérieuse organisation qui veut s’attaquer à Kiwi. Plongés chacun dans leur réalité, au risque de s’éloigner, mère et fils vont se retrouver réunis dans la «vraie vie» par des enjeux qui les dépassent…



Catégories :Un livre, un extrait...

5 réponses

  1. Calmann Lévy fait décidément des couvertures pleine d’imagination. J’adore celle-ci tout comme celle du dernier Guillaume Sire 🙂

    J'aime

  2. Tiens ça fait envie …alors que je ne l’avais pas coché 😉

    J'aime

  3. Je peux te dire que c’est une belle découverte 😉

    J'aime

  4. J’aime beaucoup les couvertures Calmann-Lévy de cette rentrée 😉

    Aimé par 1 personne

  5. Oui très clairement elles sont superbes 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :