Je suis l’Abysse de Donato Carrisi – Un livre dérangeant aux accents bien réels

Lire Carrisi, c’est l’assurance de plonger dans les méandres de la psychologie humaine, qu’il décortique, tout en nous mettant face à la réalité d’un quotidien, bien trop sombre.

J’ai été surprise par le choix de la construction des personnages, car sans jamais les nommer, l’auteur arrive à immerger le lecteur à leurs côtés. Certains, n’ont pas de prénom et même si cela semble étrange, c’est certainement ce qui donne au récit une dimension bien particulière, touchant à l’universalité des situations.

Cette construction particulière, permet à l’auteur de jouer sur la complexité de l’être humain, tiraillé entre d’un côté la part sombre, détruisant toute humanité en nous et de l’autre, la part lumineuse, qui se reflète ici en chaque personnage, même le pire d’entre eux.

En explorant les poubelles, l’homme qui nettoie, connaitra ses victimes sur le bout des doigts, la chasseuse de mouches, tente d’aider les femmes victimes de violences, en les aidant à fuir,  la jeune fille à la mèche violette veut fuir ce monde dans lequel elle se sent menacée, prise au piège d’une histoire inextricable. Trois personnages dont les destins s’imbriquent merveilleusement, grâce au talent narrateur de l’auteur.

Carrisi, arrive à nous démontrer que notre histoire, notre vécu, peut conditionner ou non, notre avenir et nous actes. Le cheminement, la construction, comme la déconstruction font de nous ce que nous sommes, malgré la part d’innée.

Et c’est franchement intelligent ! Le fait de ne pas nommer les personnages aurait pu créer une distance, mais c’est sans compter sur le talent de Donato Carrisi, qui arrive à nous entrainer au fond de l’abysse, qui se trouve en chacun d’entre nous.

J’ai été bluffée et j’ai adoré ! Donato Carrisi arrive à se renouveler, tout en gardant un plume ciselée et un traitement psychologique épatant !

Un livre dérangeant aux accents bien réels.

Dédicace spéciale pour la traduction remarquable de Anaïs Bouteille-Bokobza qui retranscrit avec talent les mots de l’auteur et sans sans la qualité de traduction nous n’aurions pas la possibilité de faire de belles lectures.

Parution : 20 octobre 2021 – Éditeur : Calmann-Lévy – Traduction : Anaïs Bouteille-Bokobza – Pages : 304 – Genre : thriller, suspense

L’homme qui nettoie rôde autour de nous. Parmi nos déchets, il cherche des indices sur nos vies. En particulier sur celles des femmes seules. Une femme lui a fait beaucoup de mal enfant : sa mère. La chasseuse de mouches, elle, tente de sauver les femmes en péril. Et elles sont nombreuses… Surtout quand l’homme qui nettoie rôde autour d’elles.



Catégories :Challenge Polars et Thrillers, Policier/Polar, Thrillers

Tags:, , , , ,

10 réponses

  1. Mince alors, c’est original et casse-gueule ! Mais j’ai envie de le lire !

    J’aime

Rétroliens

  1. Bilan lectures octobre 2021 – Ju lit les mots
  2. Je suis l’abysse de Donato Carrisi – Les Lectures de Maud

Répondre à deslivresmonunivers Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :