Le dernier dîner de Camille Lesur : un huis-clos psychologique étouffant

Pierre accompagne Jeanne à un dîner en rechignant, et à sa stupéfaction, c’est Marie, la femme qui l’obsède secrètement, qui ouvre la porte. Oui, mais pourquoi ne le reconnaît-elle pas ? Pourquoi son mari est-il là ? L’ambiance semble feutrée, mais ce qu’elle recouvre l’est nettement moins…⠀

Tel est le pitch du roman de Camille Lesur (Éditions Jouvence), qui cache bien son jeu ! On lit ce texte comme un roman à suspense où on tourne les pages de plus en plus vite pour comprendre ce qui a bien pu se nouer entre ces quatre convives dans le passé, mais on le referme comme un livre psychologique qui donne envie de le recommencer immédiatement pour profiter du renversement de perspective qu’offre la fin. Ce renversement se produit à la dernière ligne, dans une histoire qui avait pourtant déjà pris totalement sens… cette dernière ligne n’est pas celle qu’on attendait, bien sûr, mais elle donne à toute l’histoire un sens psychologique bien plus puissant.

Camille Lesur était entrée en littérature avec un feel-good, et elle change radicalement de genre en revisitant, excusez du peu, Vipère au poing. Rappelez-vous : Folcoche a trois fils. Et si elle avait eu une fille ? C’est ce qui arrive dans Le dernier dîner. Pierre et Rebecca surnomment leur mère Folcoche : comme le personnage de Bazin, elle les traite en insectes, mais aussi, elle se met en rivalité féminine avec sa fille, qui entre dans son jeu d’une manière de plus en plus dangereuse en grandissant.

Si Vipère au poing vous paraissait malsain, alors lisez Le dernier dîner pour avoir une idée des confins jusqu’où Bazin n’était pas allé !

Parution : 17 mai 2022 – Éditeur : Jouvence – Pages : 224 –  Genre : thriller, thriller psychologique, huis-clos

Le temps d’un dîner, Pierre se retrouve à table avec Jeanne, avec qui il vit mais ne partage plus rien ; Marie, qu’il s’attendait à ne jamais revoir et qui ne semble pas le reconnaître ; et Marc, l’époux de cette dernière. La soirée bascule lorsque Pierre décide de réveiller les souvenirs de Marie, quelles qu’en soient les conséquences… Une simple invitation à dîner, plusieurs vies qui basculent… Un huis clos psychologique dont on ne ressort pas indemne.



Catégories :Les avis de Marceline Bodier, Thrillers

Tags:, ,

2 réponses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :