Premières lignes… Les miracles du bazar Namiya de Keigo Higashino

C’était Shōta qui avait proposé qu’ils aillent dans la vieille bicoque. Elle n’était pas loin, et parfaite.

— Comment ça, pas loin et parfaite ? demanda Atsuya
en le toisant de haut.

Il était plus grand que Shōta dont le visage avait gardé
quelque chose d’enfantin.

— Elle est pas loin, et parfaite pour se planquer. Je suis
tombé dessus par hasard quand je suis venu en reconnaissance. Même si je n’ai pas du tout pensé qu’on en aurait besoin.

— Je vous demande pardon à tous les deux, dit Kōhei, qui regardait en se faisant tout petit la vieille Crown arrêtée au bord de la route. Je ne m’attendais pas à ce que la batterie lâche. Atsuya soupira.

— À quoi bon dire ça maintenant ?

— Quand même, je comprends pas. Elle marchait bien jusqu’à ce qu’on arrive ici, et on n’a pas laissé les phares allumés non plus.

— Elle était en fin de course, fit Shōta. T’as vu le compteur ? La bagnole a plus de cent mille kilomètres. Elle était quasi morte. Ça l’a achevée, de venir jusqu’ici. Je t’avais pourtant dit d’en prendre une neuve si t’en volais une.

Kōhei croisa les bras et grogna.

— Les neuves, elles ont des antivols super efficaces.

— Ça suffit, lança Atsuya. Elle est loin, ta vieille bi-coque, Shōta ?

— Non, répondit celui-ci. Vingt minutes au plus, en marchant vite.

— Bon, allons-y. On te suit.

— D’accord, mais on fait quoi pour la voiture ? On peut la laisser ici ?

Atsuya jeta un coup d’œil alentour. La voiture était garée sur une place libre d’un parking privé, dont le titulaire ne manquerait pas de prévenir la police sitôt qu’il la verrait.

— Non, pas vraiment, mais vu qu’elle ne peut plus bouger, on n’a pas le choix. Vous n’y avez pas laissé d’empreintes digitales, non ? Les flics ne devraient pas pouvoir nous identifier.

— On se fie à notre bonne étoile, c’est ça ?

— Tu vois autre chose ?

— Non, je voulais juste savoir. OK, on y va. Shōta se mit à marcher et Atsuya le suivit. Le sac qu’il portait de la main droite était lourd. Kōhei les rejoignit.

— Atsuya, on pourrait prendre un taxi, non ? On va bientôt arriver à une avenue où je suis sûr qu’il en passe. Atsuya ricana.

— Si trois mecs comme nous prennent un taxi ici à cette heure-ci, tu peux être sûr que le chauffeur s’en souviendra. Et si la police fait ensuite circuler nos portraits-robots, on sera foutus.

— Rien ne dit que le chauffeur nous regardera, non ?
— Non, mais s’il le fait ? D’ailleurs, même s’il ne nous regarde pas, ça pourrait être quelqu’un capable de se souvenir de la tête de gens qu’il n’a vus qu’un instant.

Parution : 22 janvier 2020 – Éditeur : Actes Sud – Traduction : Sophie Refle – Pages : 384 – Genre : science-fiction, fantastique, thriller-fantastique, policier, polar


En 2012, après avoir commis un méfait, trois jeunes délinquants se réfugient dans une vieille boutique abandonnée pour s’y cacher jusqu’au lendemain. Dans le courant de la nuit, quelqu’un glisse une lettre par la fente du rideau métallique. Lorsqu’ils l’ouvrent, les trois compères découvrent qu’elle contient une requête adressée à l’ancien propriétaire, qui s’était taillé une petite notoriété dans le quartier en prodiguant des conseils de toutes sortes à ceux qui lui écrivaient. Mais la lettre a été écrite… trente-deux ans auparavant. Ils décident de répondre à cette mystérieuse demande de conseil et déposent leur missive dans la boîte à lait à l’arrière de la boutique, comme l’ancien tenancier avait coutume de le faire. Aussitôt, une nouvelle lettre tombe par la fente du rideau métallique, elle aussi venue du passé… L’espace d’une nuit, d’un voyage dans le temps, les trois garçons vont infléchir le cours de plusieurs destinées, sans se douter qu’ils vont peut-être aussi bouleverser la leur.



Catégories :Premières Lignes...

Tags:

2 réponses

  1. La couverture je la trouve splendide. Quel travail d’Actes-Sud ! 😊

    J'aime

  2. Oui elle est magnifique ! Effectivement certaines couverture sont accrocheuses 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :