La citation du jour de Ralph Waldo Emerson

« Tout est mystère, et la clé d’un mystère est un autre mystère. »

Ralph Waldo Emerson est un essayiste, philosophe, poète américain et chef de file du mouvement transcendantaliste du début du XIXème siècle.

Après l’obtention de son diplôme, il aide son frère au sein de l’école pour jeunes filles installée dans la maison de leur mère. Lorsque son frère part à Göttingen faire des études de théologie, il prend l’école en charge, ce qui assure l’essentiel de ses revenus pendant plusieurs années.

Emerson étudie également la théologie et devient pasteur unitarien, avant de démissionner après un conflit avec les dirigeants de l’église. À peu près à la même époque, il perd sa jeune femme, Elena Louisa Tucker, qui meurt en février 1831.

Au cours des années 1832-1833, il fait un grand voyage en Europe. Il traverse l’Italie, se rend à Paris (sa visite au Muséum national d’histoire naturelle le marquera profondément) et en Grande-Bretagne où il rencontre alors Wordsworth, Coleridge, John Stuart Mill, et Thomas Carlyle avec lequel il entretient ensuite une correspondance jusqu’au décès de ce dernier, en 1881. Il se rendra une seconde fois en Angleterre, en 1847-1848, voyage dont il tirera son ouvrage « English Traits » en 1856.

En 1835, Emerson achète une maison à Concord (Massachusetts), et devient rapidement une des personnalités de la ville où il fait la connaissance de Henry David Thoreau.

Il publie anonymement son premier livre, « La Nature », en septembre 1836. Un an plus tard, le 31 août 1837, il fait un discours désormais célèbre devant le club « Phi Beta Kappa », « The American Scholar ». Dans son discours, il déclare l’indépendance littéraire des États-Unis et recommande vivement aux Américains de créer leur propre style d’écriture, et libéré de l’Europe.

Il participe avec quelques autres intellectuels à la fondation du magazine The Dial dont le premier numéro sort en 1840 pour aider à la propagation des idées transcendantalistes.

Emerson perd son fils aîné Waldo atteint d’une scarlatine, en 1842. Sa douleur lui inspire deux œuvres majeures : le poème « Threnody » et l’essai « Experience ». En 1844, il publie le second tome des Essais.



Catégories :La citation du jour

2 réponses

  1. Oui mais non, pense à mes neurones, voyons 😆

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :