Bartleby le Scribe ou la désobéissance passive : la magnifique adaptation de la nouvelle d’Herman Melville par José-Luis Munuera

José Luis Munuera, propose une adaptation magistrale de la nouvelle d’Herman Melville, parue en 1856, accompagnée de magnifiques planches, qui donnent un beau rendu aux rues, proches de Wall Street, aux immeubles de bureaux vertigineux. 

Les teintes sont assez ternes, dans des tons ocres, gris, avec de rares planches aux lumières dorées. Elles restituent l’atmosphère mélancolique de l’œuvre de Melville, tout en apportant un côté vintage.

Munuera apporte une touche toute personnelle, avec des personnages permettant de créer des dialogues, ce qui n’était pas nécessaire dans la nouvelle de Herman Melville, puisqu’on ne sait que peu de chose du narrateur.

Le Bartelby de Munuera se rapproche d’une attitude volontairement passive, à la limite de la désobéissance, face au formatage que nous subissons. Donc la seule attitude saine serait de désobéir, mais sans violence.

Bartelby est un vrai mystère, et cela, jusqu’à la fin, il ne participe à aucune activité qui impliquerait un échange avec ses collègues, ne regarde personne en face, ne sort jamais de cet immeuble dont il a fait son refuge. Sa seule interaction est cette réponse, répétée à l’infini, comme un mantra : il « préférait ne pas ».

J’ai apprécié cette adaptation en roman graphique, par José-Luis Munuera, qui apporte une nouvelle vision de Bartelby et de la nouvelle de Melville.

New York City, quartier de Wall Street. Un jeune homme est engagé dans une étude de notaire. Il s’appelle Bartleby. Son rôle consiste à copier des actes juridiques. Les premiers temps, Bartleby se montre irréprochable. Consciencieux, efficace, infatigable, il abat un travail colossal, le jour comme la nuit, sans jamais se plaindre. Son énergie est contagieuse. Elle pousse ses collègues, pourtant volontiers frondeurs, à donner le meilleur d’eux-mêmes. Un jour, la belle machine se dérègle. Lorsque le patron de l’étude lui confie un travail, Bartleby refuse de s’exécuter. Poliment, mais fermement : je préfèrerais ne pas. Désormais, Bartleby cessera d’obéir aux ordres, en se murant dans ces quelques mots qu’il prononce comme un mantra. Je préfèrerais ne pas. Non seulement il cesse de travailler, mais il refuse de quitter les lieux…

Parution : 19 février 2021 – Editions : Dargaud – Planches : 72 – Genre : BD, roman graphique, thriller-historique, thriller dramatique



Catégories :13 ans et +, Challenge Polars et Thrillers, Historique, jeunesse, Romans graphiques, Thrillers

Tags:, , , , ,

8 réponses

  1. J’ai le roman dans ma bibliothèque mais je n’ai pas encore osé m’y plonger. Je vais voir à trouver cette Bd à la bibliothèque, peut-être qu’elle m’y incitera. Merci Julie, bonne semaine :*

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai lu le roman qui m’a marqué et que j’ai trouvé génial. Moins connu que Moby Dick que j’ai lu aussi. Je note cette BD que je découvre grâce à toi. Merci Julie 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Tiens, j’avais « raté » ce billet !
    C’est dommage parce qu’entre Melville, la BD et ce que tu en en écirs, ça donne envie de la lire.
    Bonne fin de soirée, Julie.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :