Un livre, un extrait… La maison de verre de Roberto Cotroneo

Mais cette fois-ci, Alessandra ne toucha à rien. Son regard se tourna en direction du parc, sa mâchoire se raidit. Même ses yeux sombres, ses deux iris noisette tissés de minces filaments jaunes et verts qui les rendaient encore plus lumineux, ne paraissaient plus si grands : ils avaient rétréci pour se concentrer sur quelque chose qui ne pouvait pas lui échapper et qui l’effrayait.

Il me sembla alors que cette pièce venait d’être traversée d’un coup de vent, de ceux qui vous donnent la chair de poule, même en été. Il n’y avait pourtant pas un souffle d’air ce jour-là, pas une seule feuille ne bougeait. Comme si le jardin était une sculpture naturelle illuminée par le silence.

J’eus la sensation de perdre la notion du temps ; j’étais déboussolée, j’ignorais ou je me trouvais, ce que j’étais censée dire, aussitôt après. Cela ne dura qu’un instant, qui abolit toutes les vérités que j’avais acquises lors de cet entretien, lors de cette longue promenade, chez les personnes dont j’avais fait la connaissance jusque-là.

Je fus réveillée par la voix douce d’Alessandra : elle n’avait rien deviné de ce qui venait de m’arriver. Peut-être est-ce moi qui exagère aujourd’hui, en étirant cet instant afin de pouvoir le raconter à ma façon. Tout s’arrêta et reprit aussitôt de plus belle – au bout du compte, c’était comme si la voix d’Alessandra, le fil de ses propos, ne s’était jamais interrompu.

Parution : 6 octobre 2022 – Éditeur : Buchet Chastel – Genre : thriller, thriller thriller fantastique, littérature horrifique

 » Tout ce qui se passerait, tout ce que je verrais et entendrais au sein de la villa resterait secret, il me serait interdit d’en parler à quiconque.  » C’est le serment que fait Margherita B. en acceptant de devenir la gouvernante de soeurs jumelles dans une singulière demeure de verre aux abords de Rome. Dans son journal, la jeune femme décrit un cadre enchanteur, des petites filles douées et charmantes, des parents fascinants. Pourtant, cette maison où tout se voit et se sait cache de nombreux secrets auxquels il semble difficile d’échapper. Avec La Maison de verre, Roberto Cotroneo rend un puissant hommage au roman gothique, entraînant son lecteur aux frontières du monde visible et de la folie avec une stupéfiante maîtrise du suspense. Traduit de l’italien par Marc Lesage



Catégories :Un livre, un extrait...

Tags:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :