Une bête au paradis de Cécile Coulon

La vie d’Émilienne, c’est le Paradis. Cette ferme isolée, au bout d’un chemin sinueux. C’est là qu’elle élève seule, avec pour uniques ressources son courage et sa terre, ses deux petits-enfants, Blanche et Gabriel. Les saisons se suivent, ils grandissent. Jusqu’à ce que l’adolescence arrive et, avec elle, le premier amour de Blanche, celui qui dévaste tout sur son passage. Il s’appelle Alexandre. Leur couple se forge. Mais la passion que Blanche voue au Paradis la domine tout entière, quand Alexandre, dévoré par son ambition, veut partir en ville, réussir. Alors leurs mondes se déchirent. Et vient la vengeance. Une bête au Paradis est le roman d’une lignée de femmes possédées par leur terre. Un huis clos fiévreux hanté par la folie, le désir et la liberté.

Parution : 21 août 2019 – Éditeur : L’Iconoclaste – Prix grand format :  18€ – Prix numérique : 13,99€ – Pages : 352 – Genre : thriller-psychologique

C’est en découvrant des avis mitigés que j’ai eu envie de découvrir la plume de Cécile Coulon, et j’ai été agréablement surprise.

Une intrigue sombre dans laquelle l’auteure, à travers ses personnages, elle livre un récit d’une rare intensité, malgré une langueur qui peut nous saisir au fil des pages. Mais pas de celle qui est ennuyeuse, non, bien au contraire.

Toute l’intrigue repose sur le postulat que les êtres humains ne sont pas ce qu’ils représentent et autant vous dire qu’elle n’y va pas avec le dos de la cuillère…

Nous avons tous une part sombre en nous…

Le fait de planter le décor dans le milieu rural, lui donne plus de poids. Tout le livre aurait été bien différent en ville…

C’est rugueux, âpre sans fioritures, comme la plume de l’auteure, qui dépeint avec talent et une certaine poésie, la fatalité, le renoncement, mais surtout la passion et la trahison..

Les personnages sont taillés à la serpe à l’image de la dureté de leur vie. C’est beau, c’est humain et intense. De l’amour à la haine, il n’y a qu’un pas et Cécile Coulon l’a franchi pour servir sur un plateau l’humanité dans toute son intensité.

C’est cynique, émouvant et effrayant à la fois !

Ce livre a été a été sorti de mon énorme PAL…

Née en 1990, Cécile Coulon consacre sa thèse de Lettres Modernes au « Sport et à la littérature ». « Le Roi n’a pas sommeil » a obtenu le Prix Mauvais Genres France Culture / Le Nouvel Observateur 2012, et s’est vendu à près de 20 000 exemplaires. Avec « Le Rire du grand blessé », en 2013, elle nous a offert une fable d’anticipation sur la place de la littérature dans notre société. Elle est considérée comme l’une des voix les plus prometteuses de sa génération.

Lu dans le cadre du challenge Polar et Thriller 2019-2020

32 Comments

      1. Je l’ai même dédicacé par Cécile COULON, lors de son passage dans le Nord de la France. Du coup, avant la séance traditionnelle de dédicaces, il y avait un temps de Questions/Réponses entre les libraires, l’auteur(e) et les lecteurs (trices). Très intéressant !
        Bonne soirée à toi aussi, Julie.

        Aimé par 1 personne

        1. J’ai aussi son recueil de poèmes « Les Ronces » dédicacé.
          Du coup, j’attends le suivant (à paraître en février/mars 2020). Tu le sais peut-être, mais j’aime bien sur mon blog prendre un poème que j’aime, et traduire les images mentales du poème en images musicales qui me semblent correspondre.
          Cécile m’a dit qu’il y aurait plus de poèmes courts dans son prochain recueil. Du coup, je vais peut-être pouvoir « travailler » sur eux.

          Aimé par 1 personne

  1. Les retours sur ce livre m’ont beaucoup titillée aussi, mais j’ai fait le choix de commencer par un autre bouquin : « Trois saisons d’orage », que je viens de finir 😊 J’ai adoré l’écriture moi aussi, même si ça n’a pas collé avec l’histoire. Je la relirai sûrement et je pense lire « Une bête au paradis » du coup !

    Aimé par 2 personnes

    1. J’ai prévu de le lire 😉 Comme tu dis au-delà de l’histoire, dont le ressenti reste subjectif, la plume est magnifique ! J’ai beaucoup aimé une bête au paradis, je pense que beaucoup se sont attachés à l’histoire sans aller au-delà 😉

      Aimé par 2 personnes

  2. Je l’ai lu il y a deux mois environ. J’ai beaucoup aimé l’ambiance du Paradou, solide demeure avec des habitants déterminés. La scène des cochons est particulièrement marquante aussi, en cela qu’elle révèle vraiment la part sombre de chaque être humain.

    Aimé par 1 personne

        1. WP m’aurait-il foutu dans les indésirables ?? 😆

          La terre, faut la connaître pour qu’elle te parle à l’oreille et même si je la « connais », elle ne ma parlera jamais à l’oreille comme elle parlait à mes grands-pères et ceux d’avant.

          Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.