Vulves – Alexia Tamécylia

Un condensé de discussions de femmes, avec un sujet à chaque fois. Pas de noms, pas de dates, pas de lieux. Juste des paroles, les mots.

Un livre sans concessions, souvent cru, provoquant, tout en sensualité, parfois violent, mais surtout très honnête. Pas mal de sujets sont abordés, notamment les sexualités, les règles, la pilosité, la pornographie, mais aussi la charge mentale, la maternité, l’accouchement, et bien d’autres encore.

C’est la parole libre, décomplexée, pour amener à la réflexion, à la confrontation des points de vue, sans aucune polémique ou agressivité.

Chaque chapitre s’ouvre sur des citations, avant l’introduction du sujet et la discussion. C’est incroyablement rythmé, dense et franchement bien foutu !

Un livre engagé, pour libérer la parole des femmes.

Un livre à lire pour ses paroles et ses entretiens jubilatoires.

Un livre bourré de références sur un sujet que même, nous les femmes n’osons aborder, par peur du regarde des autres.

Un livre qui fait du bien et qui pourrait être proposé à toutes les femmes en devenir.

Parution : 23 octobre 2019 – Éditeur : Gorge Bleue Pages : 137 – Genre : essaie, sexualité, entretiens, féminisme

Invisible ou diablement encombrante, elle peut être une question centrale comme périphérique ; elle confine à la sphère intime mais se retrouve pourtant placardée sur les écrans ; religieusement préservée ici, ailleurs consommée en masse. Commune à la moitié de la population, on pourrait croire qu’elle tient du non-événement et pourtant, elle se révèle un lieu éminemment politique, squatté par de nombreux enjeux socio-économiques. Partout, on se borne à taire son nom, qui se tient en équilibre sur le bout des langues : c’est que la vulve est sur toutes les lèvres. On nous présente encore aujourd’hui la vulve comme un continent inexploré, dont seuls les plus doctes des experts sauraient manier les subtilités, mais les militantes ont prouvé qu’avec un peu d’huile de coude et d’engagement, on pouvait réhabiliter l’exactitude anatomique. La femme à vulve doit partir à la redécouverte de son propre sexe, mais gare aux risques d’éboulis chemin faisant, car sur le versant de la sexualité comme sur celui de la maternité, les injonctions contradictoires pleuvent. Il faut retrouver l’intimité de ce Gynécée du 21ème siècle pour que les corps se rassemblent et que les voix résonnent, se répondent, s’amplifient l’une l’autre ou encore se contredisent. Réunies en cercle de parole, les Fallopes sont sûres d’elles car il n’y a là personne pour leur dire qu’elles se trompent. Ici, la vulve dit ses noms, ses histoires et ses vérités.



Catégories :Challenge Vice versa, Documentaire, essai...

Tags:, , , , , ,

7 réponses

  1. Il me fait penser aux monologues du vagin, je note !

    J'aime

  2. J’aime cette confrontation de points de vues, c’est ce qui m’attire dans ce livre, pouvoir apprendre, dire et partager sans heurts.. Merci Julie !

    Aimé par 1 personne

  3. Alors il devrait t’intéresser 😉
    Merci à toi !

    Aimé par 1 personne

  4. Tu as raison, il y a un peu de ça 😉 Bonne future lecture 🙂

    J'aime

  5. Très beau retour même si….

    Aimé par 1 personne

  6. 😜 Pas ton genre de lecture 😉

    J'aime

Rétroliens

  1. Bilan lectures août 2021 – Ju lit les mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :