Sanctuaire de James Herbert

Fenn, journaliste, a presque renversé une petite fille avec sa voiture alors qu’il traversait une petite ville la nuit. Elle traverse un cimetière près d’une petite église et il la perd de vue. Pourtant quand il la revoie, la jeune fille est devant un arbre mort, laid, souriante et tout à coup elle a dit, ‘Elle est belle!’

Qu’est-ce que la fille a vu ?

Le mystère ne fait que commencer. Quand il l’emmène à l’église, il apprend du prêtre que la fille ne pourra rien dire puisqu’elle est sourde et muette… Peut-être que c’était juste son imagination, il est probablement fatigué, imbibé d’alcool… Mais la fille parle encore et ainsi commence ce qui ressemble à un miracle.

Alice, prétend qu’elle peut voir la Vierge Marie dans le vieil arbre. Des guérisons miraculeuses commencent à se produire et le monde entier focalise son attention sur la petite ville … Mais a-t-elle des visions de la Mère de Dieu, si oui, pourquoi le prêtre devient si nerveux , de quoi essaie-t-il d’avertir tout le monde lorsqu’il meurt…

Une fois qu’on commence la lecture il est impossible de l’arrêter ! Même s’il a été réédité par les éditions Milady, la première édition date de 1993 et je dois dire que cela se ressent un peu dans l’écriture, moins « moderne » par rapport à ce que l’on peut lire du même genre. Pour autant, on se laisse vite prendre au jeu entre le bien et le mal. Un livre d’horreur que j’ai eu plaisir de découvrir et qui m’a tenu en haleine.

Une première partie qu’on lit avec recul et désillusion sur le le livre, en se disant que ce bouquin n’a rien de transcendant et puis à un moment le récit bascule et là l’angoisse saisie le lecteur qui réalise que la première moitié du livre n’était qu’une entrée en matière, une mise en bouche, à l’horreur, à l’apocalypse…

Même si la fin est prévisible, classique on lit avec frénésie. James Herbert entraîne son lecteur avec sa plume visuelle et cinématographique et même si j’ai lu de bien meilleurs livres, celui-ci reste tout à fait divertissant, angoissant.

James Herbert est un auteur anglais spécialisé dans le domaine de l’horreur.

À seize ans, il entre au collège d’art d’Hornsey, où il étudie le graphisme et la photographie et joue occasionnellement dans un groupe musical. Il trouve du travail dans la publicité comme typographe. Il monte peu à peu les échelons et devient directeur artistique puis chef d’agence publicitaire.

En 1974, à l’âge de vingt-huit ans, il écrit son premier roman « Les rats » (« The Rats ») en dix mois. Il y décrit un Londres envahi par des rongeurs mutants semeurs de mort. Il envoie son manuscrit à six éditeurs. Il obtient trois réponses dont une positive. Sa carrière d’écrivain est lancée.

James Herbert explore dans ses ouvrages des thématiques récurrentes. On peut citer les catastrophes: « Les Rats » et « Fog » (1975), les fantômes et le paranormal: « Le survivant » (« The Survivor », 1976), « Hanté » (« Haunted », 1988), « Le Secret de Cricklet Hall » (« The Secret of Crickley Hall », 2006), son dernier roman, le nazisme: « La Lance » (« The Spear », 1978) et la réincarnation: « Fluke » (1977), « Le Jour où je suis mort » (« Nobody True », 2003).

Son roman « Le secret de Crickley Hall » a été adapté à la télévision en 2012.

Il est l’un des principaux auteurs du genre littéraire de l’horreur. Il a vendu plus de cinquante millions de livres dans trente-quatre langues.



Catégories :Horreur/Epouvante

Tags:,

9 réponses

  1. J’ai un James Herbert quelque part, moi…

    Aimé par 1 personne

  2. Il est dans ma PAL, et j’avoue que je suis curieuse de vivre ce moment de basculement dont tu parles ! Je le lirai, sans trop en attendre… mais un peu quand même 😉 Merci !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :