Les 9 jours du cafard (Roman policier mais pas que…) de Jean-François Pré

Tout le monde sait qu’un cafard survit à tout… Tout le monde sait que si on coupe la tête d’un cafard, il peut vivre encore 9 jours. 9 jours au cours desquels la faim l’achèvera…

Je connais le Jean-François Pré, « Monsieur cheval », je viens de découvrir Jean-François Pré, auteur. Et autant dire que ces deux identités se confondent agréablement.

Même si l’auteur redonne vie, le temps de cette enquête à son personnage récurent, ce qui peut parfois s’avérer compliqué, pour le lecteur qui prend le train en route, il distille les informations dont on a besoin, sans référence aux anciennes enquêtes. Et j’ai trouvé cela vraiment judicieux. Pas besoin, comme pour certains auteurs, de se fader les différents livres pour l’esquisser. Les manies des uns et des autres, leurs relations s’imbriquent parfaitement grâce à ce fil rouge non palpable et pourtant présent tout au long du récit qui fait que l’on avance avec plaisir à leur rythme. Je n’ai pas eu le sentiment que ce flic était « incomplet ».

Langsamer a ce côté british que j’affectionne particulièrement. Ce flegme, qui agace les uns, vivant dans la précipitation de découvrir le mobile et le meurtrier, est la clé de la réussite, selon lui. Et ça match bien. Il a le regard perçant et l’analyse fine, permettant de déceler le moindre mensonge que l’on essaie de lui faire gober.

L’aura d’Agatha Christie n’est pas loin, avec une variété des personnages et plusieurs mobiles.

Une intrigue décortiquée, complexe, qui ne lasse pas. Pas de fioritures, on va à l’essentiel, vers un seul but : résoudre un meurtre. On s’aperçoit que chaque mot compte, tout est fait pour que le lecteur prenne du plaisir et arrive à la fin à résoudre cette enquête. Une fin logique alors que tout n’était pas si évident…

C’est du bon polar… Mais pas que…

Certaines réflexions sur le rôle des uns et des autres, sur leur place sur l’échiquier des manipulations sont très intéressantes. Les manipulations, dont nous pouvons faire l’objet sont d’une limpidité confondante et peuvent faire écho en ce sentiment d’incompréhension face aux Hommes dont on attend l’intégrité la plus totale. Plusieurs sujets de société sont abordés, mais sans lourdeur, posée là, comme une réflexion.

Non seulement Jean-François Pré, nous entraîne dans un bon polar, mais en plus, il pousse à la réflexion par petites touches, parfois suggestive… Au lecteur de lire entre les lignes… Ou pas…

4° de couverture

Un jeune peintre, valeur montante de l’art contemporain, est assassiné dans un manoir normand, par une personnalité politique de tout premier plan venu passer quelques jours en Normandie, incognito. Son hôte, une duchesse anglaise, décide de détourner les soupçons qui pèsent sur son invité. Elle convoque l’ex-commissaire Langsamer et l’envoie, outre-Manche, résoudre un improbable défi. Il en revient bien vite, persuadé que la clé de l’énigme se trouve au haras. Un second meurtre, celui d’une jeune journaliste, le conforte dans cette idée.

Le retour du héros de Jean-François Pré, l’ex-commissaire Langsamer. Un détective que n’aurait pas renié Agatha Christie. Une atmosphère et un décor chics et ouatés. Le monde des courses et des ventes de chevaux décrit par un éminent spécialiste. Deauville et ses environs magnifiquement dépeint.

Pas d’éventration, pas de scènes d’horreur mais des crimes presque parfaits. Un cadre rare dans le panorama policier actuel

Un manoir normand, une duchesse, un homme politique, un cadavre et quelques purs-sang…
L’ex-commissaire Langsamer, Hercule Poirot des temps modernes, se lance dans une délicate enquête : une affaire d’État.

Parution : 11 octobre 2019 – Editions Lajouanie –  Prix papier : 19,99€ – Prix numérique : 9,99€ – Pages : 554 – Genre : polar

Ce livre a été lu en partenariat avec la maison d’édition. Pour en savoir plus sur les conditions vous pouvez consulter la page Partenariats

Entré à Tiercé Magazine en 1975 et au Parisien un an plus tard, Jean-François Pré intervint pour la première fois à la télévision en mai 1983, sur TF1 dont il fut ensuite le « Monsieur cheval » jusqu’en 2012. De 1983 à 1992, il y a commenté toutes les courses en direct, d’abord aux côtés de Léon Zitroneet d’André Théron, puis seul à la tête de son équipe. En 1994, il crée « La minute hippique », émission de vulgarisation du cheval qui, sera un grand succès d’audience.

Le Cheval du Président, paru en 1997, est son premier roman. Il y met en vedette un couple d’aventuriers milliardaires qu’il fera revivre dans son récit suivant, toujours avec le cheval en toile de fond. Depuis 2012, il a créé, Georges Langsamer, commissaire à la retraite, que l’on retrouve depuis dans ses parutions.

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  et du challenge Polar et Thriller 2019-2020

challenge-un-pave-par-mois

 



Catégories :Thrillers

Tags:, , ,

21 réponses

  1. Ah, les manipulations dont nous sommes victimes… Même que parfois on ne le sait même pas.

    Je note les cafards, même si je n’aime pas ces bestioles…

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Challenge polar et thriller 2019/2020 – Ju lit les mots
  2. Bilan du Challenge polar et thriller 2019/2020 – Ju lit les mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :