Le remake de Clay McLeod Chapman

J’apprécie particulièrement le genre horrifique, donc difficile de passer à côté de ce livre, paru début octobre.

Tout tourne autour de films qui veulent faire frissonner en s’appuyant sur la légende qui a pris ses racines dans le sombre assassinat d’une femme et sa fille accusées d’êtres des sorcières, car différentes, dans ces années 30, où l’Amérique profonde croient aux sorcières.

L’intrigue est construite en quatre parties, dont le déroulé chronologique donne une certaine densité et s’articule autour de l’assassinat en 1931 d’Ella Louise Ford et sa fille Jessica. Même si ces parties sont inégales, chacune apporte un certain rythme, tantôt contemplatif, tantôt explosif.

Ella Louise Ford et sa fille Jessica ont réellement existées et ont été brûlées à Pilot’s Creek en 193, la chasse aux sorcières était toujours d’actualité dans cette Amérique profonde et ignorante, où le fait d’être différente pouvait vous entraîner vers le bûcher. Pour peu que ce soient des femmes, vivant dans la forêt, et connaissant les plantes, cela faisait le combo parfait pour en faire des sorcières. Le pire c’est que Jessica n’était qu’une petite fille de 9 ans !

Outre la fiction, l’auteur livre une véritable étude historique sur la construction d’un film d’horreur, avec la description des tournages du film et du remake. Le podcast étant un genre différent, il n’a été pour moi que le catalyseur de l’histoire. La vie sur les plateaux est très intéressante, avec la description du maquillage, des effets spéciaux visuels ou sonores.

Clay McLeod Chapman distille avec parcimonie, sans en faire trop, mais de manière très judicieuse une critique du star système, des studios de cinéma, mais aussi tout ce qui se crée autour des films d’horreur, comme les conventions, les goodies et les différents dérivés.

Même si on retrouve tous les éléments fantastiques, horrifiques, ce livre est loin d’être un livre d’horreur. C’est mystérieux, intriguant, assez sombre et parfois gothique, surtout lors du tournage du film des années 70, j’ai trouvé qu’il avait plus l’aspect d’un documentaire romancé, sur le cinéma et l’émergence du genre horrifique. Pour être friande du genre et avoir regardé beaucoup de films des années 70, l’atmosphère poisseuse des films à petits budgets est exceptionnellement bien rendue avec plusieurs références cinématographiques.

En bref, j’ai beaucoup aimé ! Le côté horrifique n’est pas le principal sujet, enfin pas pour moi, c’est plutôt tout l’aspect psychologique et cinématographique autour de films qui se construisent autour de légendes ou pas… Le tout, c’est d’y croire…

Nos peurs sont explorées, exploitées, décortiquées, à travers plusieurs décennies, où la peur et ses fantasmes évoluent au gré des mœurs et de l’exploitation de l’image avec ses effets.

L’auteur s’est inspiré de faits réels, je ne suis pas surprise, toute légende comportant une certaine réalité.

Excellente lecture que je vous recommande, si vous aimez le cinéma horrifique et si vous avez envie de comprendre certains mécanismes cinématographiques, mais aussi comment se construisent les légendes urbaines…. L’auteur a fait ses études à la North Carolina School of the Arts for Drama, et il enseigne actuellement l’écriture au programme MFA Actors Studio de l’Université Pace, c’est dire qu’il connaît bien son sujet…

Parution : 5 octobre 2022 – Éditeur : Pygmalion Collection : imaginaire – Traduction : Thibaud Eliroff – Genre : thriller, thriller psychologique, thriller horrifique, thriller fantastique

Années trente. Ella Louise Ford est la paria du petit village de Pilot’s Creek. En privé pourtant, tous les habitants viennent lui demander de soigner leurs maux à la lisière de la forêt où elle vit avec sa fille, Jessica. Jusqu’au jour où un drame advient. Qui blâmer ? La sorcière, évidemment. Au milieu de la nuit, Ella Louise et son enfant sont brûlées vives. Cette tragédie se transforme en légende urbaine que chacun raconte autour du feu de camp, hantant les natifs de la région au point de devenir, dans les années soixante-dix, le sujet principal d’un film d’horreur rendu culte par les événements étranges qui se sont produits au cours du tournage. Vingt ans plus tard, un remake se prépare…N’étaient-ils pas prévenus ? Tu ne marcheras pas sur la tombe de Jessica. Inspiré d’un fait réel, ce thriller fantastique prouve que certaines histoires refusent de mourir.



Catégories :Challenge de l'imaginaire, Challenge Polars et Thrillers, Fantastique/Science-fiction/Uchronie/Dystopie..., Thrillers/Polars

Tags:, , , , , ,

19 réponses

  1. Je ne connaissais pas ce livre, mais ça a l’air super intéressant 🙂 Je le note!

    Aimé par 1 personne

  2. Merde, j’ai envie de l’ajouter !!! mdr La couverture est superbe, en plus ! Tu m’énerves 😆

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Challenge de l’Imaginaire 10 : le suivi – Ma Lecturothèque
  2. Challenge de l’Imaginaire 10 : clap de fin ! – Ma Lecturothèque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :